HeartBeat | ft. Elea

 :: Les RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 575
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Jeu 30 Mar - 21:45
Elea & Gabriel
HeartBeat

Il n’arrivait pas l'oublier. Se l'enlever de la tête. Elle le hantait tout le temps. Pas un jour ne se passait sans qu'il ne pense à elle, ne serait-ce que fugacement. Après sa sortie d’hôpital, quelques jours plus tard, il y était retourné. Pour la revoir à nouveau, pour mémoriser son sourire et surtout, pour l'inviter à boire un verre. Il voulait la remercier. La remercier pour tout ce qu'elle a fait pour lui. D'être restée près de lui le temps de sa convalescence, de s'être occupée de lui. Lui avoir apporté un soutien non négligeable et avoir illuminé ses journées. Oui, il voulait la remercier avant tout. Mais ce serait stupide que de dire qu'elle ne lui fait pas d'effet... car bien évidemment, même s'il n'en montre rien, n'affiche rien, elle lui plaît.  Vraiment. Alors, il avait osé. Il l'avait invitée et... il s'était pris un vent monumental. Un coup de massue subit. Il ne s'était pas attendu à un refus. Certes, il avait envisagé cette possibilité mais il ne pensait pas la voir se réaliser. Alors, Gabriel avait sourit pour sauver les apparences, affirma que ça ne faisait rien et fit volte-face avant de sortir de l’hôpital et sûrement de sa vie pour toujours.

Oui, c'est ce qu'il aurait dû faire. Ne jamais remettre les pieds ici. Ne pas réitérer son invitation et sauver son amour propre en évitant d'essuyer un nouveau refus. Car pourquoi aurait-elle accepté la seconde fois hein ?  Et il comptait ne pas y retourner. Ne pas retenter. Jusqu'à ce que son meilleur ami ne le fasse changer d'avis. Difficilement, mais il y était parvenu.  Alors, mettant sa fierté de côté, il avait essayé à nouveau. Sans vraiment y croire. Mais il tenait vraiment à la remercier. Et assura au passage ne pas être un psychopathe ou un tueur en série. Sait-on jamais qu'elle se fasse de fausses idées en le voyant insister !

Et maintenant ? Il était là, devant le café non loin de l’hôpital où ils avaient décidé de se donner rendez-vous, un air de mauvais garçon accentué à cause d'un bleu persistant sous son œil droit. Arrivé un peu en avance – le retard n'est pas l'un de ses défauts et il déteste ça – Gabriel faisait le pied de grue devant l'établissement. Bien sûr il aurait pu déjà entrer, choisir une table et l'attendre à l'intérieur, mais il ne voulait pas la manquer. Sauf que plus les minutes s'écoulaient, plus il se demandait si elle n'allait pas lui poser un lapin. Peut-être l'attendait-elle à l'intérieur ? Gabriel osa un regard, la chercha des yeux, mais ne la vit pas. Et finalement, quand il focalisa à nouveau son attention dans la rue donnant vers l’hôpital, la jeune femme fit son apparition et le cœur de Gabriel fit un bon dans sa poitrine. D'un pas léger, elle se dirigeait vers lui. Et plus elle s'approchait, plus le palpitant du brun s'emballait alors qu'un sourire niais se dessinait lentement sur son visage. « Encore merci d'être venue » lança-t-il une fois la jeune femme à sa hauteur, non sans une pointe de soulagement dans l'intonation de sa voix.

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 3 Avr - 9:52

WE ARE PLAYING TO A DANGEROUS GAME.

Indécise.

Je regarde ma montre dix fois, tout en me demandant si c'est une bonne idée. L'heure de mon service est bientôt terminé, et tout le monde trouve que j'ai "la tête dans les nuages". C'est vrai que je ne suis pas des plus concentrées depuis le début de l'après-midi...

Mais tout ça, c'est de ta faute.

Tu n'as pas idée de la surprise que j'ai ressenti lorsque je t'ai vu devant les portes de l'hôpital, à ma pause de midi. Je pensais pourtant avoir été assez claire quand à cette invitation. Assez claire... Quand à nous. Et pourtant tu es revenu, tu te tenais là, désinvolte, cette cigarette au coin des lèvres... Le mauvais garçon que l'on voit sur les pages glacées des magasines. J'ai d'abord pensé faire mine d'avoir oublié quelque chose à l'intérieur, j'ai voulu faire demi-tour, mais tu m'as hélée. Et ta voix sur mon prénom... Indescriptible sensation. Alors j'ai cédé, je me suis approchée. Je me suis laissée piéger par tes regards, piéger par tes mots... Et j'ai accepté ton invitation.

Dans quel jeu m'entraînes-tu ?

Tu ne connais rien de moi... Et pourtant je le sens, il se passe des choses quand tu me regardes. Quand à moi, j'essaie tant bien que mal de verrouiller les portes de mon coeur, mais quand je te vois, il s'agite le bougre. Il bondit, il frémit.

C'est dangereux, tellement dangereux...

Seulement tu gagnes... Oh, comme je suis faible lorsque je me retrouve face à toi. Coeur de guimauve, la moindre de tes blagues me fais rire, le moindre de tes gestes me fascine. Qu'est-ce que tu me fais, Gabriel ? Je devrais avoir pourtant appris de mes erreurs du passé, car j'en ai connu d'autres avant toi qui eux aussi, savaient user de milles combines pour me séduire... Mais chez toi, c'est inné tout ça. Tu n'as pas besoin de faire d'efforts, il te suffit de me parler, il te suffit d'un sourire... Et je tombe. Comme ça. D'un claquement de doigts.

En parlant de doigts, je quitte à peine ma blouse blanche que je décide de retirer cette bague de fiançailles qui orne mon annulaire. Pourquoi faire une chose pareille ? Et bien je te le demande... Je n'en sais rien moi même. Je suis prise entre deux feux ardents... Prise entre ma vie si sage et bien rangée... Et Toi. La Tentation. Je sais qu'avec ce geste, je m'enfonce un peu plus loin sur le terrain glissant que représente cette étrange relation que nous avons tissée. Je sais que c'est te mentir à toi, mentir à mon entourage... Me mentir. Mentir au monde entier. Mais c'est ma décision. Et je préfère laisser les choses aller à leur guise, tout en essayant de garder un minimum le contrôle.

Ce qui est parfaitement impossible, nous en conviendrons...

Alors je quitte l'hôpital. Je te rejoins. Je suis vêtue simplement, pour ne pas te donner l'impression que je souhaite te plaire. Un jean slim, des baskets, un pull ample bleu marine et une grosse écharpe. Je n'ai pas détaché mes cheveux, je ne me suis pas remaquillée... J'aimerais que ça suffise à te faire prendre tes distances... Ce serait tellement plus raisonnable.

Tu es là.

Tu souris. Tu es... Tu es tellement toi. Tellement charismatique, tellement beau, à ta manière. Que moi aussi, je t'offre un sourire peut être un peu niais, non sans guetter autour de nous au cas où quelqu'un viendrait à nous voir... Il faut que nous rentrions dans le bar le plus rapidement possible. Tu me remercie d'être venue et je hausse nonchalamment les épaules, tout en souriant d'un air plus taquin :

"Je n'aurais pas osé une deuxième fois..."

Ceci faisant allusion à mon premier refus, je te laisse m'entraîner à l'intérieur. Rapidement, je fais le tour des visages, m'assurant de ne connaître personne ici qui pourrait me voir en train de boire un verre avec un de mes patients... Mais visiblement tout le monde est encore en train de travailler. Toi, tu t'approches du bar et je remarque tout de suite l'effet que tu procures à la gent féminine autour de toi... C'est assez dingue de voir tous ces regards fardés te suivre des yeux. Je me rapproche donc, et m'assois près de toi, armée d'un indescriptible petit sourire :

"Tu es la coqueluche de ces dames. Regardes comme elles gloussent en te regardant..."

En réalité, c'est quelque chose qui m'amuse et me mets en rogne tout à la fois. Non mais, ne voient-elles pas que je suis là ?


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 575
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Lun 3 Avr - 15:00
Elea & Gabriel
HeartBeat

Il ne pensait pas qu'elle viendrait. Pendant un instant, voyant les minutes s'écouler, il s'était dit qu'elle avait changé d'avis. Après tout, ne lui avait-elle pas répondu par la négative la première fois ? Et si c'était simplement par politesse qu'elle avait accepté la seconde ? Histoire qu'il la laisse tranquille... Plus le temps passait, et plus Gabriel se faisait des films dans son esprit. Et si, et si, et si. Et merde oui ! Peut-être aurait-il dû s'y prendre autrement. Peut-être n'aurait-il pas dû insisté finalement. Mais, quand ses yeux se posent sur la rue, c'est sur elle qu'ils tombent. Vêtue simplement, cheveux attachés, à peine maquillée... on ne peut pas dire qu'elle détonne dans le paysage. Et malgré tout, Gabriel ne voit qu'elle. Quand Elea est face à lui il la trouve tout simplement magnifique. Il ne peut empêcher un sourire de se dessiner, soulagé de voir qu'elle ne lui a pas posé un lapin. Content de la voir tout simplement. Elle lui répond également en souriant. Et le cœur du brun manque un battement.

Il ne faut pas longtemps à Gabriel pour pénétrer à l'intérieur de l'établissement, tenant la porte à Elea pour qu'elle le précède. Puis, sans faire attention aux gens présents, aux regards posés sur eux, il se dirige d'un pas nonchalant vers le bar afin de commander quelque chose à boire, non sans un coup d’œil dans son dos, voir si Elea le suit. Sait-on jamais qu'elle se ravise... Manque de bol, le barman n'est pas là. Sûrement à l'arrière boutique pour faire on ne sait quoi. Alors, Gabriel s'installe, attend son retour, alors qu'Elea en fait de même en prenant place près de lui. Tout près de lui. Et à sa remarque, le brun ne peut s'empêcher d'esquisser un sourire en coin alors qu'il pose les yeux sur elle, sans un regard vers les possibles demoiselles qui les observent.

« Sûrement l’œil au beurre noir qui fait d'l'effet » répond-il en plaisantant. Le fait est qu'il n'a pas remarqué les jeunes femmes présentes dans le café. Oh bien sûr, il sait qu'il ne laisse pas la gente féminine indifférente. Gabriel a pleinement conscience de son potentiel de séduction. Mais dans le cas présent, en cet instant, il s'en fout royalement. Quand Elea est là, les autres filles n'existent pas. Même quand elle n'est pas là au final... Le truc c'est que, depuis qu'il l'a rencontré, il n'y a plus qu'elle qui hante son esprit. Jour et nuit. Les autres lui apparaissent désormais fades, sans saveurs, sans couleurs. Alors qu'elle.... c'est un arc-en-ciel. Et il n'avait encore jamais ressenti ça. Pour personne.

« Tu prends quoi ? » demande-t-il alors qu'il l'observe un court moment, toujours sans un seul regard vers les autres personnes présentes dans le café. Il sent les regards posés sur lui. Il perçoit les chuchotements qui le concernent sûrement Elea et lui. Mais il n'en n'a cure Gabriel. Il n'a d'yeux que pour la jolie brune assise près de lui.

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 8 Avr - 10:52

WE ARE PLAYING TO A DANGEROUS GAME.

L'oeil au beurre noir oui, ce doit être ça.  

Tu ne te rends absolument pas compte que tu es un canon. Ou alors, tu te moque de moi... Je ris cependant légèrement à ta remarque, tout en secouant la tête :

"Oui bien sûr. Les mauvais garçons ça à toujours fait de l'effet."

Bien entendu que ça plait. La désinvolture provoque un "boum" d'hormones chez beaucoup de femme dont je fais partie. J'ai un peu honte de l'avouer comme ça, je dois être un peu maso, car généralement ce sont ces gars là qui brisent les coeurs, j'en ai déjà fais l'amère expérience... C'est aussi pour cela que Nicolas est aux antipodes des hommes que je regarde habituellement. Parce que je sais ce que ça fait que de me faire jeter comme une malpropre pour les beaux yeux d'une autre... Et pourtant je suis là, avec toi. Toi qui représente tout ce que je suis censée fuir. Toi qui est l'archétype du mec que je me suis toujours jurée de ne plus approcher.

Comme je suis navrante.

C'est dingue cette incapacité à résister, depuis que je t'ai rencontrée. Je marche sur un fil. Je lutte intérieurement, j'essaie de penser très fort à mon futur mariage... Mais tout s'évapore si vite. C'est ton visage qui me revient, tes sourires. Délicieuses tortures qui ne cessent de me tourmenter... C'est à en devenir cinglée. Et voilà que tu me sors de mes pensées en me demandant ce que je souhaite boire. Tout ce que tu voudras qui pourrais apaiser un peu mon esprit tourmenté...

"Euh..."

Comment ça c'est flagrant que j'était en train de cogiter en te regardant avec un air idiot ?

"Un verre de Tariquet blanc."

Voilà quelque chose de pas trop fort, de pas trop doux... Et je ne sais pas vraiment où tout cela va nous conduire, ce qui me fais angoisser un peu. Faut pas que j'fasse de conneries, Gabriel. Je n'ai pas le droit.

"Tu étais de repos aujourd'hui ?"

Question bateau, histoire de penser à autre chose.




EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 575
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Dim 9 Avr - 15:41
Elea & Gabriel
HeartBeat

Sûr de lui, il avance dans le café sans prêter attention aux regards des plus curieux. Avec aisance, il s'installe, attend que le barman revienne et lance une légère blague sur ses ecchymoses. Mais le fait est qu'intérieurement, c'est un bordel sans nom. Il n'en montre rien Gabriel, et pourtant, il perd toute son assurance en présence de la jeune femme. L'effet qu'elle lui fait est nouveau pour lui. Perturbant. Il a du mal à gérer son attitude avec elle. Il a beau se dire d'agir comme il le ferait avec n'importe qui d'autre, n'importe quelle autre femme, sa conscience ne perd pas de temps à lui rappeler que ce n'est pas n'importe qui qu'il a en face de lui. Coup de cœur. Comme jamais auparavant. Et ça le trouble, Gabriel. Ces émotions mettent la pagaille.

La jeune femme répond à sa plaisanterie sur le même ton. Gabriel esquisse un sourire en coin, lance un regard dans le café, prenant en flagrant délit certaines demoiselles, avant de focaliser à nouveau son attention sur Elea. « Ah bon ? Et ça te fait de l'effet à toi ? » qu'il lance taquin, presque instantanément sans penser un seul instant qu'il pourrait la mettre mal à l'aise avec ce genre de question. Et presque aussitôt, il regrette d'avoir poussé trop loin. Mais maintenant, c'est trop tard. Il aurait mieux fait de tourner sept fois sa langue dans sa bouche. Alors, pour éviter un malaise, ou une réponse qu'il ne préférerait pas entendre, Gabriel change de sujet, demande ce qu'elle veut consommer. Et presque au moment moment, le barman refait surface, s'excusant au passage de son absence. Gabriel lui fait un signe de tête pour lui signifier que ce n'est pas grave, et le remercie intérieurement de débarquer dans un timing parfait. Le brun passe sa commande, non sans arquer un sourcil alors que la belle souhaite boire un verre de vin. Lui qui s'était attendu à quelque chose sans alcool, comme la plupart des filles... Il doit bien avouer qu'il est surpris. Agréablement surpris. Pour lui, ce sera un verre de bourbon.

La voix de la jeune femme s'élève à nouveau dans les airs et l'effet qu'elle a sur Gabriel est quasi instantané, son cœur battant légèrement plus vitre. Merde, ressaisis-toi Dumas. Se raclant la gorge, le brun se tourne vers Elea pour lui répondre.

« Non, j'peux pas me permettre de prendre ma journée. Pas en ce moment. Mais ça va, aujourd'hui j'me suis organisé de façon à finir plus tôt. » Il esquisse un sourire, avant de lui retourner la question. « Et toi ? Pas trop difficile ta journée ? ». Au moment moment, le serveur dépose devant eux leurs commandes. Gabriel le remercie, avant d'ajouter, préoccupé, à l'intention d'Elea : « Tu vas pas avoir d'ennuis parce que t'as fini tôt au moins ? »


AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 18 Avr - 11:35

WE ARE PLAYING TO A DANGEROUS GAME.

Je ressens une espèce de tension indéfinissable se tisser entre nous. Toi, tu balances des mots qui me font chavirer la tête, comme ça : "Et toi, ça te fais de l'effet ?", question balancée négligemment, presque trop pour que ce soit involontaire... Et moi. Moi qui me racle la gorge, qui détourne le regard, qui pose des questions cons et inutiles pour changer de sujet... Il se passe clairement un truc. Est-ce que j'aurais du venir, en fin de compte ? Qu'est-ce qui me pousse inexorablement vers toi de manière si dangereuse ? Parce que oui, c'est dangereux tout ça. J'suis tellement partagée, si tu savais. Je ressens le besoin de m'enfuir tout de suite avant qu'il se passe quelque chose de gênant... Et en même temps, penser à ce truc gênant me rempli d'une sensation extrêmement agréable.

Je suis bonne à pendre.

Nouveau coup d'oeil autour de nous, pendant que le barman s'affaire à nous servir nos verres. J'écoute ta réponse à ma question d'une oreille distraite. Mais finalement, comme toujours, mon attention se voit de nouveau capturée par ton regard.

Eh merde, après tout, je ne fais rien de mal, là, tout de suite.

Je bois simplement un verre avec un ancien patient... Verre qui arrive d'ailleurs, qui glisse devant moi et que je me mets à lorgner avec une indéfectible envie de me l'envoyer cul-sec, pour oublier que je peux à tout moment faire une bêtise. J'sais pas si tu te rends compte de l'effet que tu me fais, justement. Elle était pas bête ta question, et j'pense que tu l'as fais exprès.

Nouvelle question qui fuse. Tu me demande comment s'est passée ma journée.

Oh, bah écoutes, bien. Levée à 6 heures, le train-train quotidien. Un rush pas possible, à peine le temps de me poser. Une engueulade avec un collègue, ma pause de midi, et puis... Toi. T'es arrivé trop vite, j'ai rien vu venir. Et après ? Bah après j'ai pensé à toi tout l'après-midi. C'est pas simple, tu sais, de penser à toi. C'est fatigant, surtout lorsque je m'en vais manger avec mon conjoint juste après. Surtout lorsque je sais que rien n'est anodin dans ta demande de rencard, quand je sais que j'ai pas pu résister une deuxième fois... Quand je te mens, que je ne te dis rien de Nicolas, quand je retire cette bague de fiançailles pour la cacher au fond de mon sac à main... Moi non plus, je ne fais rien de manière anodine. Et ça m'inquiète drôlement.

"Oh, ça a été. J'ai juste faillis arracher la tête d'une collègue un peu trop maladroite... Elle a été raconter à une patiente stérile qu'elle vient d'avorter pour la seconde fois... Imagine la tête de la nana qui est déjà à moitié dépressive... et l'autre qui blablate en mode "fatiguée" de n'avoir aucun contraceptif efficace..."

Je me stoppe net. Peut être que tu t'en fous de tout ça, et cela peut très vite devenir ennuyeux, alors je rebondis sur ta seconde question :

"Des ennuis ? Non... Je rattrape un peu de temps sur les milliards d'heures supp' qu'ils me doivent."

Je ris doucement tout en attrapant mon verre que je lève un peu :

"On trinque à quoi ?"

Gabriel, j't'en supplie, me sors un peu truc qui pourrait encore me mettre au sol. Parce que sinon, effectivement, oui, je risque d'avoir des ennuis... Des ennuis avec moi même.

La lutte infernale pour m'empêcher de faire un pas de trop vers toi.


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 575
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Mar 18 Avr - 18:27
Elea & Gabriel
HeartBeat

Il est spontané Gabriel. Un brin charmeur aussi. Pourtant, il sait qu'il ferait mieux de réfléchir avant de parler. Surtout quand il s'agit d'Elea. Il veut tout, sauf la mettre mal à l'aise. Mais c'est plus fort que lui. Il ne peut s'empêcher de saisir les perches qu'elle lui tend. De la taquiner. Les signaux ne sont-ils pas suffisamment clairs ? N'a-t-elle pas encore compris ? Malgré ses efforts pour paraître nonchalant, presque indifférent, il a l'impression qu'on peut lire en lui comme dans un livre ouvert. Et il se rend compte bien trop tard de sa boulette le brun. Les mots ont été prononcé, impossible de revenir en arrière. Alors il change de sujet. Bénit le barman qui débarque au bon moment et leur présente les commandes. Mais la gêne est présente. Presque palpable. Gabriel est en train de foirer leur rendez-vous. Il s'en rend bien compte. Raclement de gorge, silence qui s'installe... il y a des signes qui ne trompent pas. Et il s'étonnerait presque qu'Elea soit encore là. Alors il enchaîne. Pose à son tour des questions pour ne pas que le silence reprenne sa place et que le malaise se face. Il fait comme si de rien était. Parce qu'il n'a pas envie que ce moment soit gâché par sa connerie. Et il l'écoute avec attention Gabriel. Comme à chaque fois qu'elle ouvre la bouche. Il est captivé le brun. Même par des détails inutiles. Mais c'est ça le truc. Avec Elea, aucun détail n'est futile ou dénué d'intérêt pour lui. Alors, quand il écoute son histoire, il ne peut s'empêcher d’écarquiller légèrement les yeux, presque outré par la stupidité de certaines personnes.

« Bah super. Y'en a qui sont vraiment sans gêne. » qu'il se contente de répondre, évitant d'insulter ouvertement la collègue de la jeune femme. Chose qu'il ne peut se permettre. Et à nouveau, il est soulagé en sachant qu'elle n'aura pas d'ennuis à être ici avec lui plutôt qu'à l’hôpital. Alors, il hoche la tête, avec un léger sourire, soulevant son verre pour trinquer quand Elea fait de même. Il fait mine de réfléchir un instant, mais il sait parfaitement à quoi trinquer. « Au fait que je n'me sois pas pris un second râteau ! » qu'il finit par dire au bout de quelques secondes, élargissant ainsi son sourire alors que son verre s'entrechoque contre celui de la jeune femme. Puis, il prend une gorgée. Une longue gorgée. Comme pour se redonner un peu de courage. Parce que merde, cette nana, elle le déstabilise totalement.

« T'es libre jusque quand ? » qu'il demande finalement après un court instant. « 'Fin, tu dois retourner bosser après ? » qu'il ajoute rapidement, une lueur d'espoir au fond des yeux. Parce qu'il compte bien profiter de sa présence au maximum, et espère secrètement qu'elle a sa soirée de libre pour la passer avec lui...


AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 20 Avr - 9:13

WE ARE PLAYING TO A DANGEROUS GAME.

Visiblement, ce que je raconte ne semble pas t'ennuyer, bien au contraire, tu as bu mes paroles, tu as même laissé paraître de l'étonnement à l'écoute de mon histoire. Je dois dire que ça fais du bien. À la maison, Nicolas et moi, on n'a plus ce genre de discussions. Il en a tout autant que moi, des anecdotes du genre à raconter. Il subit les mêmes choses que moi à longueur de journée. Mes amis habituels sont tous du cercle infirmier eux aussi... Donc je n'ai pas vraiment de personne extérieure à qui raconter les aberrations que je vois au travail. Enfin, maintenant, si. Je t'ai toi. Mais pour combien de temps ? Et quel tournure pourraient prendre nos rendez-vous si nous poursuivons dans ce sens ? Vais-je continuer comme ça, à me cacher, à faire comme si mon coeur n'était pas déjà pris ? Vais-je me laisser piéger par tes sourires ?

Piéger par moi même... ?

Tu lèves ton verre à ton tour, et avec ton air malicieux, tu trinques au fait que tu ne te sois pas prit "un deuxième râteau", et quand je ris à ton humour, je ne peux pas m'empêcher de penser que je glisse un peu plus loin sur cette pente dangereuse qui me happe vers le bleu océan de tes yeux. Ils sont magnifiques, tes yeux, c'est vrai. Un bleu profond, nervuré de teintes plus claires. Comment ne pas s'y perdre ?

"Je n'allais quand même pas briser ton ego une seconde fois..."

J'avais besoin de sortir une petite boutade. Le genre à me détendre un peu et surtout, à éviter les conneries... Quand je me surprends à voguer au gré de ton regard, je sais que n'importe quoi pourrait arriver.

Tu me plais Gabriel, t'imagines même pas à quel point t'es dangereux pour moi.

Nos verres s'entrechoquent doucement et je bois rapidement une gorgée de vin blanc, ses saveurs fruitées m'explosant tout de suite en bouche. Si je m'arrête à un seul verre, ça va. Si je commence à les enchainer, avec la fatigue, je risque vraiment d'aller droit dans le mur. Ou droit dans tes bras, si tu le cherches... Faut que j'arrête de penser à tout ça, moi. Et voilà que tu poses une nouvelle question. Une question qui bloque ma respiration tout d'un coup. "Est-ce quelle suis libre après ?"

Bordel, j'avais pas pensé que tu me le demanderais.

J'avais imaginé que les choses se dérouleraient, comme ça. Sans qu'on y pense. Que j'aurais au fur et à mesure de mes réflexions, réussi à te résister... Ou pas. Mais là, comme ça, de but en blanc... Non, je ne suis pas libre. Je dois rentrer, préparer le repas de Nicolas qui finis son service à 23 heures. Enfin, surtout, je dois être présente quand il rentre... Alors dans mon regard, tu dois lire tout plein de choses à cet instant précis, parce que je ne sais pas vraiment quoi te répondre. Je ne sais même pas de quoi j'ai envie... Enfin, si. Ça, je le sais, mais je dois pas tout foutre en l'air sur un simple coup de pression de mes hormones.

"Je..."

Je ? Je devrais te dire la vérité.

"Gabriel... Je... Je dois rentrer pas trop tard pour... Pour le chien."

Ridicule tu es, Elea.

"Il est resté longtemps tout seul aujourd'hui et... Faut que je le sorte."

Trois solutions : soit, tu me crois. Soit tu penses que je cherche tous les prétextes pour t'éviter, soit, tu captes que mon mensonge concerne mon éventuel faux célibat.

Je préférerais que tu me crois. Mais c'est sans compter sur ta vivacité d'esprit... Je sais que t'es loin d'être con.



EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 575
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Jeu 20 Avr - 12:56
Elea & Gabriel
HeartBeat

Ils tringuent, les verres s’entrechoquent alors qu'Elea lui lance une petite pique. Gabriel fait mine d'être faussement outré, une main sur le cœur. Mais au fond, elle n'a pas tord. Sa fierté en a pris un sacré coup la première fois. « Trop de bonté en toi » qu'il se contente de répondre, un sourire complice étirant ses lèvres. Et il boit à nouveau le brun, une longue gorgée. S'il continue comme ça, son verre sera fini en peu de temps. Vaudrait mieux qu'il évite non ? Pas qu'Elea croit qu'il est alcoolique... Il l'observe Gaby. A la dérobée, alors qu'elle porte son verre de vin à ses lèvres. Et finalement il ose. Lui demande si elle doit retourner travailler ensuite ou si elle a le reste de son après-midi de libre. Mais la question cachée, c'est surtout est-ce qu'elle est libre ce soir ? Gabriel voudrait passer un maximum de temps avec elle. Il voudrait pouvoir apprendre à la connaître, peut-être même l'inviter à dîner ce soir. En tout bien tout honneur évidemment. Alors, il questionne. Un peu maladroit. Se rattrape bien vite pour ne pas qu'elle se fasse de fausses idées. Qui ne sont pas si fausses au final... Et Gabriel capte son changement d'attitude. Son corps qui se raidit imperceptiblement et ses gestes qui se figent. Voilà, il se passe ce qu'il redoutait. Il a gâché leur moment avec sa question à la con. Et maintenant ? Elea est mal-à-l'aise. Tout ce qu'il voulait éviter. Il devrait se douter Gabriel. Se doutait que ce qu'il espère n'arrivera probablement jamais. Cette fille n'est pas intéressée. Il faut qu'il arrête de se faire des idées. Le silence retombe entre eux l'espace d'un instant. Un silence pesant. Gênant. Gabriel porte à nouveau son verre à ses lèvres, boit le reste d'une traite. Tant pis s'il apparaît comme un alcoolique. Au point où il en est... Il fait un geste au barman qui s'exécute presque aussitôt pour lui remplir à nouveau le verre.

La voix de la brune finit par fendre l'air. Elle hésite alors que Gabriel porte son attention sur son verre de bourbon qu'il tourne nerveusement entre ses doigts. Il attend que le couperet tombe. Sans un regard. Et lorsque la belle parle de son chien à sortir, Gabriel arque un sourcil incrédule avant de secouer faiblement la tête. Et finalement, il finit par esquisser un sourire en coin alors qu'il prend une longue gorgée de son précieux liquide, pour ensuite se tourner vers Elea. Plongeant ses yeux dans les siens, il perçoit parfaitement la gêne de la jeune femme. Il reste ainsi, quelques secondes à peine, puis finit par soupirer alors que ses épaules s'affaissent, comme un homme qui jette l'éponge. Et c'est un peu ça en vrai.

« Tu sais, si t'as pas envie, tu peux m'le dire directement plutôt que d'inventer le premier truc qui te vient. J'suis plus un gosse Elea. » qu'il finit par dire, d'une voix affreusement sérieuse alors qu'il plonge son regard dans le sien. Contraste parfait alors que jusqu'à maintenant, il montrait un Gabriel joueur. Taquin. Charmeur. Mais il est tout sauf idiot le brun. Et il sait parfaitement que la belle lui ment. Elle est infirmière non ? Donc si vraiment elle avait un chien, cela poserait problème avec ses gardes... Et il n'aime pas, qu'on le prenne pour un con. Aussi charmante la jeune femme soit-elle. Et puis, tout dans son attitude la trahit. « J'comprends pas. J'comprends pas pourquoi t'as accepté de venir ici avec moi si t'as si peur de... de j'sais même pas quoi. » qu'il finit par ajouter alors qu'il finit son second verre de bourbon d'une traite. « J'sais pas quelle image t'as d'moi mais si j't'ai invitée une seconde fois, c'est parc'que j'tenais vraiment à te remercier. Trois mois de rééducation, c'est pas rien. » qu'il poursuit d'une traite, passant sous silence le fait qu'il voulait l'inviter au restaurant ce soir, d'où sa question. Et il la fixe le brun. La fixe de ses yeux bleu océan. Pleinement conscient qu'il vient sûrement de tout gâcher. Il aurait mieux fait de ne rien dire. Faire semblant de gober ce bobard de chien à sortir. Mais ce fut plus fort que lui. « Allez, finis ton verre, j'te raccompagne » qu'il termine sur un ton plus détaché, plus doux alors qu'il soupire. Résigné Gabriel se lève et se dirige vers la caisse à l'autre bout du bar, afin de régler leurs consommations.


AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 20 Avr - 13:40

WE ARE PLAYING TO A DANGEROUS GAME.

Je savais bien que l'excuse du chien, ça passerait pas bien. Je le savais... Et pourtant dans l'action, c'est le premier truc qui m'est venu. C'est pitoyable. Je suis pitoyable. Parce que je suis pas foutue de te dire la vérité, parce que j'assume pas que tu me plaise autant et que je puisse foutre mon couple en l'air pour quelque chose qui ne mènera sûrement nulle part... Et en vrai j'en sais rien où ça mènerait si jamais... Si jamais on se laissait aller.

Et je vois ton expression qui change. Je vois ton attitude se transformer, ta gestuelle se préciser : t'es déçu, tu piges pas pourquoi je suis comme ça avec toi. Et c'est normal... Moi la première, je réagirais exactement de la même façon. Pourtant je suis incapable de te répondre. Tu préférerais que je sois honnête. Tu comprends pas pourquoi j'ai voulu venir ici, avec toi. Pourquoi j'ai accepté ton invitation alors que j'ai peur de choses qui te dépassent. T'imagines pas à quel point ça te dépasse ! J'suis moi même complètement perdue... Je fais n'importe quoi, quand il s'agit de toi. C'est tellement insidieux, ce que je ressens, c'est arrivé tellement vite et sans prévenir... T'étais un simple patient, comme j'en ai des centaines. Un simple gars, un accident, un numéro de chambre de plus sur mon carnet. Et pourtant y'a tout qui m'a chamboulé chez toi. J'sais pas si t'arriverais à comprendre. J'ai pourtant un homme qui m'aime, quelqu'un qui s'occupe de moi, qui fais tout pour me rendre heureuse... Et moi, je flanche pour ta gueule toute cassée dans un lit d'hôpital.

C'est pas de ma faute, Gabriel.
C'est pas de la tienne non plus.


J'ai essayé de lutter, j'te jure. Si j'avais été plus forte, si j'avais eu moins de doutes, j'aurais sûrement pu refuser une deuxième fois... Mais je n'en n'ai pas eu la force. Pas eu l'envie. J'ai comme cette impression "d'inachevé" lorsque je pense à toi, et ça me torture, ça. J'ose pas en parler. Je garde tout pour moi
parce que je suis pas sûre que ce soit compréhensible pour ceux qui connaissent ma vie. J'ai tout pour être bien, mais face à toi, j'ai envie de tout lâcher pour tenter autre chose. Tenter l'impossible. Et en même temps, n'est-ce pas simplement à cause d'une attraction purement physique ?

Tu me fixes de tes deux yeux bleus. Pitié, arrêtes ça. Moi, je ne suis bonne qu'à détourner les miens, silencieuse. Le souffle court. Tu me demandes de finir mon verre, tu vas me raccompagner vers la sortie. Tu as l'impression que je te prends pour un con, et quelque part, c'est ce que je fais. Sauf que ce n'est pas volontaire, je ne sais juste plus où j'en suis. Et j'sais pas si t'avais "juste" envie de me remercier, comme ça, sans rien d'autre de plus. J'sais pas c'que tu veux, toi non plus t'es pas clair avec moi. T'essaies de faire le mec détaché de la situation, mais au fond, t'es peut être aussi paumé que moi... Alors je finis mon verre, docile, et sans un mot, je me saisi de mon sac pour te suivre jusqu'à la caisse. Je te regarde régler, en silence, avec l'impression qu'un immense gouffre se creuse entre nous.

Et ce n'est pas vraiment ce dont j'ai envie.

Je ne peux me résoudre à perdre ce que j'ai, ni à te perdre toi. Je sens qu'il s'est tissé des liens entre nous, au-delà d'une simple relation professionnelle. Tu passes à côté de moi, je peux sentir la tension qui règne. J'ai tout gâché. Et tu sors du bar, me tenant la porte pour que je sorte à mon tour. L'heure d'un au revoir à sonné. Je ne sais même pas quoi dire mais il y aurait tellement de choses, en réalité... Je plonge mon regard dans le tien, tandis que toi, tu reste muet.

C'est sans plus réfléchir que je prends ta main, doucement, geste étonnement contradictoire avec la situation :

"Je suis désolée, Gabriel. J'voulais pas..."

J'voulais pas que ça se passe comme ça. J'en ai la voix un peu trop basse. Je secoue la tête en baissant les yeux :

"... Merci en tout cas. Tu es quelqu'un de bien."

Comparé à moi, qui m'enfonce dans mes conneries et dans mes mensonges... Moi qui essaie d'en rester là, alors que mon coeur et mon corps me crient l'inverse... Au grand damn de mon esprit torturé.


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 575
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Jeu 20 Avr - 14:31
Elea & Gabriel
HeartBeat

Il s'est braqué le brun. Parce qu'elle se joue de lui. Parce qu'elle lui ment ouvertement. Mais il aurait dû s'en douter. Et au final ce serait mentir que de dire qu'il ne s'y attendait pas. Et ses doutes ont été fondés. Si elle a accepté cette deuxième invitation, c'est sûrement parce qu'elle a eu pitié de lui. Pour qu'il finisse par la laisser, lui ficher la paix. C'est bon, il a compris Gabriel. Tout est clair désormais, et il n’insistera plus même si... merde, ça le fait passablement chier ! Parce que Elea, c'est pas juste une fille sur qui il a flashé. C'est pas juste l'infirmière qui s'est occupée de lui durant ses mois de convalescence. C'est plus que ça. Bien plus que ça. Y'a un truc. Un truc qu'il ne comprend pas. Un truc qu'il ne saurait même pas définir parce que ça ne lui était pas encore arrivé. Jusqu'à elle. Jusqu'à Elea. Et il est perdu. Totalement. Alors qu'il règle leurs consommations. Ses pensées s'entrechoquent dans son esprit torturé. Et sans un mot, il passe devant la brune, jusqu'à la sortie. Lui tient la porte en bon gentleman avant de sortir à son tour. Et il inspire un grand coup une fois dehors. L'envie de s'en griller une le prenant subitement. Il ne dit mot, détourne les yeux. Ne les pose plus sur elle parce qu'il sait que son visage lui foutra un coup. Que son regard, ses lèvres... lui feront faire machine arrière et qu'il insistera à nouveau pour qu'ils se revoient. Mais il ne peut pas. Il ne doit pas. Ce mensonge qu'Elea lui a servi est la sonnette d'alarme. Fais pas l'con Dumas.

Mais la jeune femme le prend totalement au dépourvu alors que sa main vient chercher la sienne. Le corps de Gabriel se raidit imperceptiblement à ce contact totalement inattendu. Sa respiration se fait légèrement plus rapide alors qu'il se retient de resserrer ses doigts autour de la main de la brune. Il est bien obligé de poser ses yeux sur elle, même si ça le tue à petit feu. Et il perçoit la culpabilité au fond de ses iris. Ça lui ferait presque mal, un sentiment de culpabilité faisant doucement irruption. Parce que la seule personne à blâmer ici, c'est lui. Lui qui a insisté une seconde fois. Lui qui l'a presque mise au pied du mur... « Non c'est moi qui m'excuse. J'aurais pas dû te forcer la main. » qu'il finit par répondre en soupirant, retirant sa main de la sienne et la passant dans ses cheveux, gêné. Il ne sait plus où se mettre Gabriel. Ne sait plus vraiment comment agir avec elle. Bien que ce soit déjà le cas depuis le début. Déjà perdu, maintenant c'est encore pire. Il voudrait la serrer dans ses bras, mais ce geste lui apparaît comme déplacé. N'importe lequel désormais lui apparaît ainsi. Alors, il ne fait rien. Se contente de plonger ses mains dans les poches de son jean. Lui faisant un signe de tête pour qu'ils se mettent en route vers l'hôpital. Ce qu'ils font. En silence dans un premier temps, alors que la brune finit par reprendre la parole. Quelqu'un de bien... les mots lui font esquisser un sourire en coin. Gabriel se considère tout, sauf comme ça. Si elle le connaissait, Elea ne dirait pas ça. Et finalement, peut-être qu'elle l'a senti la brune. A senti qu'il ne fallait pas trop l'approcher, malgré ses effort pour apparaître galant et bien éduqué. Il ne peut pas la fustiger d'être prudente. Et il voudrait lui dire, lui dire qu'apparemment ce n'est pas suffisant puisqu'il n'est pas assez bien pour elle. Mais ce serait la phrase de trop. Inutile de s'enfoncer d'avantage. Lèvres scellées, il ravale ces mots alors que l'hôpital n'est plus qu'à quelques mètres. Encore quelques pas, et ils sont devant l'entrée.

Sans vraiment s'en rendre compte, Gabriel ralentit, pour finir par totalement s'arrêter. Il n'a pas envie qu'ils se quittent. Du moins, pas comme ça. Et s'il a bien compris qu'elle ne souhaite pas l'avoir dans sa vie, il ne veut pas qu'elle reste sur cette image de lui. « J'suis désolé. J'voulais pas t'mettre mal à l'aise. C'était pas mon intention. » qu'il finit par dire, l'air penaud. Parce qu'il sait qu'une fois qu'elle aura passé les portes automatiques, il ne la reverra probablement plus jamais. « J'espère que ta journée se passera bien. » qu'il poursuit, alors qu'il tourne les talons. « Si jamais, t'as mon numéro... » qu'il ajoute, un sourire presque triste au coin des lèvres alors qu'une lueur d'espoir brille malgré tout au fond de ses yeux bleus. Parce que même si sa tête lui dit de ne pas se faire de fausses idées, qu'elle ne l’appellera jamais et qu'il ferait mieux de laisser tomber, de l'oublier...Son cœur lui, ne peut s'empêcher d'espérer, ne pouvant se résoudre à ne plus la revoir....

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Jessy Heartbeat [ la perfection même ]
» Refuge d'Elea
» Eléa de Pau • UC
» Un après midi lassant [Hadrien Gunther]
» GEM' - AGATE - ELEA ϟ Y a des jours comme ça où t'as envie de jouer le super-héros ϟ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Les RPs-
Sauter vers: