Don't drown your heart | ft. Elea

 :: Les RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Jeu 20 Avr - 17:27
Elea & Gabriel

Don't drow your heart.


Des jours se sont écoulés depuis son rendez-vous avec Elea. Seul et unique rendez-vous d'ailleurs. Alors, pour oublier tout ça, pour l'oublier elle surtout, Gabriel s'est réfugié dans le travail. Ne comptant plus ses heures. A bout de forces, épuisé, en rentrant chez lui le soir il s'endormait en un rien de temps, faisant des nuits sans rêves dues à une trop grande fatigue. Et ça lui allait bien le brun. Parce qu'il suffisait qu'il prenne une pause, quelques minutes à peine, et son esprit vagabondait vers la jeune femme.Que fait-elle ? Où est-elle ? Avec qui ? Pense-t-elle à lui ? Et si les choses avaient été différentes ? S'il n'avait rien dit ? N'avait rien entrepris ? Tout un tas de questions qui ne trouveront jamais de réponse. Alors Gabriel a tout fait pour ne pas penser à la brune. Et cela commençait par le travail.

Mais c'était sans compter sur son meilleur ami qui le connaît bien. Il avait insisté, affreusement insisté au fil des jours pour que le mécanicien se reprenne en main. Et cela commençait par faire de nouvelles rencontres pour oublier l'infirmière. Chose qui ne lui disait rien du tout. Il n'avait pas envie de ça, pas envie de sortir, devoir s'apprêter. Draguer. Mais l'oublier... après réflexion... Pourquoi pas ? Il devait aller de l'avant. Dans la salle de bain, Gabriel s'était regardé dans le miroir. Regarde-toi. Il s'est rien passé entre vous ! T'es pathétique mon gars ! Et le déclic s'était fait. Bien décidé à reléguer la jeune femme au rang de souvenir, passer à autre chose, il avait, le quatrième jour, finalement accepté la proposition de son meilleur ami. Accepté d'aller en boîte de nuit alors qu'il a horreur de ça.

Et le voilà désormais dans cet endroit bien trop bruyant, bien trop peuplé, chemise blanche avec les premiers boutons négligemment ouverts, jean noir, veste en cuir. Un look bien à lui. Et il ne faut pas longtemps pour que les jeunes femmes le repèrent. Et il entre dans leur jeu le brun. Flirte avec, use de ses charmes, esquisse un sourire qui les fait fondre. Se laisse murmurer des choses à l'oreille. Il sait s'y prendre. Et bien qu'il semble prendre un certain plaisir à jouer ainsi, le cœur n'y est pas. Gabriel finit par se rendre au bar, commander plusieurs shooter pour lui et son meilleur ami qui semble avoir trouvé sa proie de la soirée. Il ne leur faut que quelques secondes pour se les enfiler cul sec, avant que Gabriel ne commande un verre de bourbon. Accoudé au bar, son regard balaye la grand pièce... pour finalement tomber sur elle. Sur le coup, le brun pense à une hallucination. Un tour de son esprit, associé à l'alcool. Il cligne des yeux, se les frotte. Mais non, c'est bien elle, elle est bien là. Capable de la reconnaître entre milles, même dans la pénombre ambiante. Le destin semble se jouer de lui.... Se donnant du courage (ou pas), Gabriel finit son verre de bourbon cul sec, inspire un grand coup et se dirige vers la jeune femme avec son attitude nonchalante habituelle. Dos à lui, le brun se place derrière elle, faisant un signe à son amie juste en face pour qu'elle ne dise rien, avant d'approcher son visage de l'oreille d'Elea pour qu'elle puisse l'entendre à travers le brouhaha ambiant. « Pas de chien à sortir ce soir ? » qu'il demande, le sarcasme dans la voix. Rapidement, il jette un coup d’œil circulaire aux gens assis à la table. Et il se sent presque soulagé de voir qu'il n'y a pas de mâle un peu trop collant près d'elle.

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 20 Avr - 22:24

You wanna be high for this...

"Sérieusement, tu veux me faire croire que tout va bien ?"

Lovée dans le canapé de mon salon, enroulée dans un plaid polaire, un verre de blanc à la main, il est vrai que je peux paraître un peu "perdue". Si seulement je n'en n'avais que "l'air"... En réalité, je suis complètement perdue. Et ma collègue de boulot et amie, Léa, m'observe avec une mine impuissante.

"Tu t'es disputée avec Nico ?"

Pas du tout. Si seulement elle se doutait une seule seconde de ce que j'ai en tête.

"T'as fais une connerie au boulot ?"

Toujours pas. Et ses questions commencent à me contrarier plus qu'autre chose, si bien que je me redresse un peu, posant le verre sur la table basse en mimant un geste de la main plutôt agacé :

"Non, non, Léa. Rien de tout ça. Je crois... Que j'ai juste besoin de... de m'aérer l'esprit."

Oui voilà, c'est exactement ça. M'aérer la tête, le temps d'une soirée. Ne plus penser à rien.

Pas même à Toi.

Léa m'observe d'un air dubitatif, remuant doucement le contenu de son verre d'un geste circulaire du poignet :

"T'as un ras le bol, c'est ça ? Tu sais, je peux comprendre avec les horaires qu'on se tape, les coupures, et le fait que tu ne puisse pas vraiment profiter de ton homme à cause de vos horaires qui se croisent..."


J'ai un petit sourire en coin, peut être un peu fatigué, qui se dessine sur mon visage aux traits tirés. Elle ne sait rien et s'imagine tout, c'est assez drôle.

"En tout cas une chose est sûre, je suis toute seule pour la soirée et une partie de la nuit... Nicolas ne rentre pas avant cinq heures."

Mon regard se tourne vers l'horloge qui trône au dessus de la télé :

"Il est 23 heures. Ça te dis qu'on aille en boite ?"

Léa me fais les yeux ronds. C'est complètement inhabituel de ma part, ce genre de proposition. D'ordinaire, c'est elle qui me le demande, et moi qui râle et fini toujours par refuser...

***

Il doit être pas loin d'une heure et demi du matin. Enfin... Je crois. J'ai perdu la notion du temps dès lors que j'ai franchis les portes de la boite de nuit. Attrapant la bouteille de vodka avec un petit sourire, je me sers un énième verre tout en ondulant au rythme de la musique, pendant que Léa fais du charme à un jeune inconnu qui danse avec elle. Pour ma part, j'ai envoyé bouler toute présence masculine de mon périmètre, préférant de loin m'amuser seule. Ce soir c'est moi et ma copine Vodka. Un verre plein à la main, je rejoins ma collègue et sa proie, leur offrant un grand sourire avant de boire quelques gorgées de cet alcool qui me brûle la gorge... J'me sens complètement euphorique. Mon esprit est embrumé et je ne pense presque plus à rien. C'est tellement reposant... Dans la poche de mon jean slim noir, mon téléphone vibre. C'est Nicolas qui m'envoie un message, me demandant de faire attention à moi ce soir.

Je grimace.

J'suis plus une enfant putain... C'qu'il est rasoir quand il s'y met... Alors je ne réponds pas, glissant le téléphone dans la poche arrière de mon pantalon, et continuant de danser, balançant généreusement de mes hanches. Perchée sur des talons aiguilles noirs, j'avoue que mon équilibre est quelque peut perturbé, mais pas encore assez pour me donner l'air d'un grand échassier bourré... Cette simple pensée me fais doucement rire. D'une main je bois encore un peu de vodka, de l'autre et sans nulle gêne, je replace mon soutien-gorge d'un geste peu discret écartant un peu le décolleté de mon chemisier blanc. Le genre de geste que je voudrais tout en retenue si je n'étais pas un peu éméchée... Le genre de geste qui fait tout de suite ricaner Léa tandis qu'elle repousse gentiment sa proie devenue un peu trop envahissante. Ça aussi, ça me fais rire. On se regarde, complices et on rit toute les deux, sûrement aussi alcoolisées l'une que l'autre...

"Pas de chien à sortir ce soir ?"


Oh my god.

Cette voix...

Ta voix.

C'est à croire que le destin s'acharne... Et je me retourne de manière assez précipitée, perdant un peu l'équilibre sur mes hauts talons, et me raccrochant subitement à ta veste en cuir. Nos regards s'accrochent. Ils se cherchent, se font et se défont. Je me noie littéralement dans le bleu de tes iris.

"... Qu'est-ce que tu fais là ?"

Pas d'animosité dans ma voix, seulement de la surprise. Une agréable surprise, en définitive. Léa nous observe sans réellement comprendre... Et je réalise que notre proximité pourrait la faire percuter tout à coup alors je m'écarte de toi, m'efforçant de sourire le plus naturellement possible :

"Léa, je te présente Gabriel."

L'homme le plus sexy de Paris qui a le don de me rendre complètement barge en ce moment.

"C'est un ancien patient."

Mon sourire devient presque béat... Parce que bordel, c'que t'es beau ce soir. Non mais regardes toi ! Comment suis-je censée rester de marbre moi, hein ? Et je vois que d'après le regard de Léa, je ne suis pas la seule à penser cela... Elle s'approche de toi avec un petit sourire, et se permet de te faire la bise, tout en me jetant un regard genre "Wow !".

Oui mais ma toute belle, là, tu joues pas sur mon terrain, vois-tu ?

Et en même temps, je ne peux rien lui dire de tout cela puisque je suis officiellement fiancée... Quel merdier !

"A défaut de sortir le chien, je sors mes copines, comme tu peux le voir..."

La voir te regarder comme ça, ça m'a plutôt donné envie de dire "je sors la chienne" mais je m'abstiens... Après tout, tu ne m'appartiens pas, hein.

Elea Dawson, tu es f-i-a-n-c-é-e !


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Ven 21 Avr - 1:31
Elea & Gabriel

Don't drow your heart.


Il ne s'était pas attendu à la voir. Pas ici, pas ce soir. A dire vraie, il ne pensait plus jamais la revoir. Elle ne l'avait jamais rappelé et lui, s'était fait une raison. Ou du moins,il avait essayé.  Et dire qu'il a décidé de venir ici pour passer à autre chose. Mais à croire que le karma aime se jouer de lui... Gabriel observe de loin la jeune femme un instant, les pensées qui valdinguent dans tous les sens, comme subjugué par son déhanché sexy... et finalement, il boit son verre cul sec, se dirige d'un pas décidé vers la jeune femme en ne prêtant pas attention à son meilleur ami qui tente vainement de l’interpeller pour savoir ce qui lui arrive. Mais c'est trop tard. Gabriel ne l'entend pas, ne l'entend plus. Il n'a d'yeux que pour elle. Et les jeunes femmes qui se dressent sur son chemin pour essayer de capter son attention ne le détourneront pas de son objectif. En douceur, il s'approche d'elle alors qu'elle lui tourne le dos, fait un signe à son amie pour qu'elle ne dise rien. Il reste ainsi quelques secondes à peine, presque hypnotisé par son rire cristallin avant de se décider à s'approcher en douceur de son oreille. Prenant Elea au dépourvu, elle manque de tomber, perchée sur ses hauts talons. Mais c'était sans compter les réflexes de Gabriel qui passe une main dans son dos pour lui éviter de chuter, alors qu'elle-même s'agrippe à la veste en cuir du mécanicien. « La même chose que toi, je suppose » qu'il se contente de répondre en esquissant un faible sourire et en haussant les épaules lorsqu'elle lui demande ce qu'il fait ici. Et lentement, presque de manière inconsciente, il presse la paume de sa main dans le dos de la brune pour l’attirer un peu plus contre lui... Cela ne dure qu'un instant. Bien trop court pour Gabriel alors qu'Elea s'éloigne subitement pour le présenter à son amie Léa. Le brun esquisse un sourire tout en hochant la tête en guise de salut. Mais c'était sans compter Léa qui finit par faire le tour de la table et s'approcher de lui afin de l'embrasser sur les deux joues, comme s'ils se connaissaient depuis des lustres. Pris de court, Gabriel se reprend pourtant bien vite, passant une main dans le bas du dos de la demoiselle afin de lui faire la bise, captant parfaitement les regards qu'elle lui coule. « Enchanté. » qu'il se contente de dire. Et il sourit, l'idiot. Un sourire en coin, charmeur, comme il sait si bien le faire.

Et la voix d'Elea fend l'air. Fait que Gabriel se concentre à nouveau sur elle. Comment pourrait-il en être autrement de toute façon ? L'air de rien, il l'observe, sous toutes les coutures - c'est plus fort que lui parce que, merde, elle est beaucoup trop belle dans cette tenue qui met parfaitement ses courbes en valeur! - alors qu'elle sort une blague qui concerne son amie et surtout, ce fameux chien. « T'as pas peur qu'il soit seul trop longtemps ? » qu'il rétorque, un sarcasme impossible à cacher dans l'intonation de sa voix. Pourtant, il sait qu'il ne doit pas lui en vouloir d'avoir inventé cette histoire. Il sait qu'il a été trop loin. Peut-être trop entreprenant alors qu'il aurait dû se douter dès le début qu'il irait droit dans le mur. Sa sonnette d'alarme aurait dû retentir bien plus tôt. Mais même si se prendre un râteau n'a jamais été quelque chose qui lui fait peur, sa fierté en a pris un coup. Un sacré coup. Et il a encore du mal à avaler la pilule. Mais surtout, il aurait préféré qu'elle lui parle franchement, clairement, plutôt que d'inventé n'importe quoi...  Léa finit par pouffer de rire à côté de lui, agrippant son bras au passage, se collant un peu plus contre lui. Et surtout, confirmant ses soupçons quant au fait que le chien en question n'existe sûrement pas...

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 21 Avr - 11:50

You wanna be high for this...

C'est tout de même improbable que nous nous retrouvions au même endroit au même moment... Je suis sûre qu'on l'aurait voulu, on aurait galéré  en plus, avec mes horaires, mes contraintes et les tiennes... Et là, jeu du hasard, te voilà nez à nez avec moi, alors qu'on s'est fait nos adieux il y a quelques jours, alors que je pensais que ça valait mieux pour tout le monde que l'on ne se voit plus... Alors que je me suis promis de ne pas céder, de ne pas t'appeler... Pendant que mon esprit ne cessait de me hurler le contraire.

Qu'est-ce que tu me fais, Gabriel ?

Maintenant, je devrais me montrer ferme, te repousser, te demander de t'éloigner de moi. Pourtant j'ai envie du contraire. L'alcool ne m'aide pas à être moins frivole qui plus est... Plus je te regarde, plus tu me donnes carrément chaud. Je subis mes pulsions animales tout en observant Léa te coller... Grande folle qu'elle est. Pour qui elle se prend ? Et pourtant je ne peux rien dire... Je ne peux qu'observer en silence son petit jeu de pétasse qui m'agace au plus haut point. Si les lois n'existaient pas et si je n'avais pas un minimum de conscience professionnelle, je crois que je lui aurais déjà sauté dessus pour l'éloigner de toi en lui arrachant la tignasse...

Quand à toi...

Tu es fidèle à toi même. La désinvolture, le charme naturel, le sourire qui déroute... Et tu ne cherches même pas à dégager cette salope de ton bras. Parce que qu'on soit clair : peu importe qui ose te toucher, là, tout de suite, même ma soeur, à mes yeux ce serait la plus grosse salope de la planète. C'est donc le cas  de Léa. Inévitablement. Tu poursuis avec une vanne sur mon pseudo chien, et j'esquisse un sourire un peu forcé, sans jamais lâcher des yeux la blonde qui me sert d'amie et qui se permet autant de proximité avec toi :

"Oh non... Pas ce soir. Il est sous bonne garde."

Tu as compris que c'était un mensonge, le chien. Maintenant tiens toi bien face à ce que je vais te répondre, là, tout de suite :

"Moi par contre, je n'ai personne pour me garder cette nuit..."

J'ose ostensiblement venir soutenir ton regard bleu océan, quittant momentanément celui de  ma collègue qui se permet de lever un sourcil à ma remarque. Discrètement et alors qu'elle s'apprête à ouvrir la bouche, je lui cogne salement dans le tibia, du bout de mon escarpin.  

"Léa ? Tu m'accompagnes aux toilettes ?"

Regard insistant dans ses yeux verts cernés de noir. Il faut que je mette les choses au clair avec elle. Tout de suite. Sinon, je suis foutue.

****


"Mais... Et Nico alors ?"

Nous voilà dans les toilettes de la boite, enfermées à deux dans une cabine. Léa me regarde avec de grands yeux surpris et la bouche légèrement ouverte. Béate. Incrédule.

"... T'es la première à qui je raconte ça Léa, faut vraiment que tu le gardes pour toi. J'te fais confiance, bien sûr mais... J'sais aussi que dans la précipitation tu pourrais te montrer maladroite..."

"T'as qu'à dire que j'suis une langue de pute aussi..."

Oh my god.

"Non, c'est pas ce que je dis. Mais personne ne doit être au courant de tout ça. Je sais pas encore ce que je vais faire, ni où ça va me mener mais..."

"En même temps il est trop canon... J'te comprends."

Elle pouffe comme une ado de 15 ans, et je fais de même. Bordel je viens de tout lui balancer et ça fais quand même du bien d'en parler à quelqu'un... Maintenant,  j'espère qu'elle ne gaffera pas... Elle me fixe avec un petit sourire en coin, un sourire de coquinette :

"Tu vas le serrer alors ?"

Putain mais non. Mais comment elle parle ? Le "serrer"... C'est super imagé ça tiens... Et puis j'en sais rien ! J'sais pas c'que j'vais faire...  

"Je croyais que tu me dissuaderais de faire la moindre bêtise mais je vois qu'en fait, tu me pousses à faire tout l'inverse..."

On se regarde en silence avant d'éclater de rire. Ah, la vodka...

"En même temps, t'es grande, j'ai envie de dire. Et t'es pas encore mariée... Bref on y retourne. Il va se demander ce qu'on fout... Et promis, j'y touche plus."

Elle me lance un petit clin d'oeil, puis un léger coup de coude et m'entraîne à la sortie des toilettes. La garce, quand j'y pense... Elle ne m'aide pas du tout à rester sage, là... Et nous revoilà tout près de toi. Me retrouver dans ton périmètre me fais tout de suite perdre mes moyens, surtout après la discussion que je viens d'avoir. Et comme j'ai envie de faire ma connasse :

"Désolée, on a mis du temps. Léa à bouffé un truc pas clair et..."

Je me permets un regard vers elle, le genre "revers de la médaille", et non, elle ne se vexe pas la blonde, puisqu'on se remet à rire comme deux ado...








EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Ven 21 Avr - 13:18
Elea & Gabriel

Don't drow your heart.


Il n'arrive pas pleinement réaliser qu'elle est bien là, devant lui. Putain, ça lui fout un coup, quand même. Et le pire dans tout ça? Elle est magnifique. Affreusement magnifique. Même plus que ça. Sauf que Gabriel ne voit pas quel mot employer pour décrire ce qu'il a sous les yeux. Féminine à souhait avec son chemisier échancré, ses talons aiguilles, ses cheveux lâchés et son maquillage léger. Putain de merde. Comment est-il censé rester de marbre en la voyant ainsi ? Et il est surpris Gabriel. Surpris mais également soulagé de ne pas voir quelques vautours rôder autour d'elle. Et il n'a pas le temps de l'observer, d'analyser les choses plus longuement, que déjà la fameuse Léa se colle à lui, pas timide pour un sou. Quant à Gabriel ? Il ne fait rien. Sonde, l'air de rien, la réaction d'Eléa. Il ne doit pas espérer, il le sait. Ne doit pas s'imaginer des choses qui n'ont pas lieu d'être. Alors, il laisse l'amie de la jeune femme se coller à lui, lui attraper le bras. Flirter ouvertement avec lui. Mais Gabriel reprend la discussion, lance une blague sur le fameux chien qui a fait de son rencard avec la brune une vraie catastrophe, quelques jours plus tôt. Et les ricanements de Léa lui confirment que ce n'était qu'une excuse bidon parmi d'autres. Pourtant, Eléa rentre dans son jeu, affirme que ce chien est sous bonne garde. Gabriel arque un sourcil. Il aurait presque envie de lui demander pourquoi il ne l'était pas à leur rendez-vous. Mais il n'en fait rien le brun. Il se tait parce qu'il sait que la jeune femme n'est pas intéressée et que c'est pour ça qu'elle a trouvé une excuse pour écourter leur tête à tête.... Mais c'était sans compter ce qu'elle s'apprête à lui dire. Regard aguicheur, elle ne détourne pas les yeux lorsqu'elle lui fait un sous-entendu plus qu'équivoque. Gabriel se fige presque instantanément. Garde ses prunelles rivées aux siennes, attendant le moment où Eléa se mettra à rigoler, affirmant qu'elle plaisantait et que c'est juste pour voir sa réaction. Mais il n'en est rien, et la jeune femme reste affreusement sérieuse, désarmant totalement le mécanicien.

Et il n'a pas le temps de se ressaisir qu'Eléa entraîne son amie dans les toilettes, laissant ainsi Gabriel en plan, seul et totalement sous le choc alors qu'il les suit du regard.  Les mots tournent en boucle dans son esprit, et lui qui luttait pour ne pas imaginer n'importe quoi, se faire de fausses idées, se retrouve totalement perdu, dans un flou intersidéral. Il sait pas ce qu'il doit faire le brun, alors qu'il se passe une main sur le visage. J'ai besoin d'un verre. Instinctivement, il se tourne vers la table où trône fièrement une bouteille de vodka. Bouteille qu'il saisit avant de la portée à ses lèvres et boire une longue gorgée, non sans une grimace écœurée. Y'a pas à dire, le bourbon c'est bien mieux. Mais à défaut d'en avoir sous la main, il se contentera de ça.  

Les filles reviennent de longues minutes plus tard alors que Gabriel sent l'alcool commencer à faire son effet. Et quand Eléa apparaît dans son champ de vision, il ne peut s'empêcher de sourire. La belle prend la parole, sort une nouvelle fois une excuse bidon, avant de pouffer de rire avec son amie. Gabriel les observe, secoue la tête sans détacher ses yeux d'Eléa, sourire en coin. On dirait deux gamines. Mais ça l'amuse le brun. Et ça lui plaît de voir Eléa si... légère. Elle semble tellement différente de la jeune femme avec qui il a pris un verre la dernière fois. Quant à son rire. Il fond, littéralement. Même s'il joue les indifférents. « Vous êtes venues seules ? » qu'il finit par demander, alors que son regard passe de l'une à l'autre, essayant vainement de ne pas le laisser rivé trop longtemps sur Eléa. Et c'est la blonde qui s'approche finalement. Presque féline alors qu'elle hoche la tête positivement en guise de réponse. Aguicheuse, elle s'approche du mécanicien, peut-être un peu trop, attrapant les pans de sa veste en cuir qu'elle fait rouler entre ses doigts. « Et toi ? » qu'elle finit par demander à Gabriel, qui reste de marbre malgré un sourire qui étire ses lèvres, secouant la tête sans un mot pour toute réponse. Non il n'est pas seul. Mais il ne précise pas qui l’accompagne ce soir. Il est amusé le brun. Amusé par tant d'audace. Et ce serait mentir que de dire que Léa n'est pas désirable.

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 22 Avr - 11:11

You wanna be high for this...

Tu nous regarde nous marrer comme des gamines de 15 ans, et j'aperçois dans ton regard si profond, une lueur d'amusement. C'est vrai que je dois te paraître bien différente des fois où nous nous sommes vus. À l'hôpital, je suis infirmière. Je suis professionnelle, douce et souriante. L'autre jour, au bar, j'étais complètement paumée, et surtout, j'étais sobre. Là, maintenant, je suis un peu éméchée, j'ai lâché le morceaux à une amie, et j'ai follement envie de faire une connerie. Alors oui, je suis différente, et c'est ce petit côté fripon qui a toujours plu à Nicolas d'ailleurs... Par delà l'apparence de la fille sage que je peux montrer, je sais aussi desserrer le collier... Et par conséquent devenir une Eléa peut être un peu trop joueuse.

Mais n'aimerais-tu pas ça, que je sois joueuse avec toi ?

Tu nous demande si on est venues seules, et je me contente de hocher la tête, cherchant à capter ton regard... Mais tu me fuies. Rapidement. Tu te concentre désormais sur Léa qui recommence à jouer l'insupportable petite allumeuse qu'elle m'a promis de ne plus être avec toi...

La salope.

La garce...

L'immonde connasse.


Si je suis rongée par une incontrôlable jalousie ? Clairement. Si j'ai envie de lui coller ma main dans la tronche, là, tout de suite ? Bien entendu. Mais je me contiens. Oh, oui. Et toi, tu laisses faire. Ce qui m'agace doublement, en fait. A moins qu'en réalité, tu ne sois un de ces coeurs d'oiseau qui papillonne, papillonne... Et que tout ce que j'ai ressenti dans tes mots et tes regards n'étaient que le fruit de mon imagination ?

Nous allons le savoir bien vite.

Je vous regarde, tous les deux, en silence. Je me ressers un verre, toujours en silence. Et puis...

"J'vous laisse, j'vais danser."

Oui, je vais danser. Mais prépare tes yeux, Gabriel. Et je vide mon verre cul sec avant de le poser brutalement sur la table. Franchement les deux là, vous m'avez gonflée. Je m'éloigne de vous non sans oublier la démarche féline qui va bien... Et puis je me fonds au milieu de la foule, là où l'attroupement de testostérone est le plus important.

Sinon, c'est pas drôle, hein, t'en penses quoi Gabi ?

Et comme si le DJ était rentré dans ma tête, y'a Beautiful Liar qui se met en route. C'est rétro, mais c'est tellement bon de danser là-dessus. Petit déhancher au rythme oriental de la musique, tandis que Beyoncé et Shakira laissent voguer leurs voix qui emplissent toute la boite. Moi... Moi je danse, j'ondule, la vodka aidant à rendre les mouvements bien plus sensuels que ce dont je suis capable d'ordinaire... Bien entendu, les mâles se voient légèrement captivés.

J'espère que tu regarde, Gabriel. J'espère que ça t'agace.

Oh, oui. Je l'espère...  


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Sam 22 Avr - 12:33
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Gabriel est subjugué par la brune, c'est indéniable. Et il lui est bien difficile de ne pas la regarder trop longtemps pour ne pas la mettre mal à l'aise. Alors, il joue les indifférents. Tourne souvent les yeux pour ne pas qu'elle se doute de quelque chose. Mais les faits sont là : elle lui plaît. Plus que de raison. D'ailleurs, sa raison pourrait bien se faire la malle s'il continue a enchaîner les verres d'alcool comme il le fait depuis qu'il a mis les pieds dans ce club. Un dernier coup d’œil vers Eléa qui hoche la tête quand Gabriel demande si elles sont seules, et déjà son amie blonde s'approche de lui, ses intentions clairement affichées. Clairement, elle lui fait du rentre dedans, et le mécanicien la laisse faire sans broncher. Du moins, c'est ce qu'on pourrait croire quand on voit qu'il la laisse s'approcher. Pourtant, à y prêter plus attention, il ne répond pas à ses avances. Recule son visage lorsqu'elle approche le sien, garde ses mains loin de son corps pourtant plus qu'attirant. Oui, Gabriel se contente de quelques sourires. Quelques regards. Rien de plus. Parce qu'il a toujours été comme ça. Un brin charmeur. Mais il n'ira pas plus loin avec elle. Rien de bien concret en somme. Parce qu'aussi attirante qu'elle puisse l'être, ce n'est pas Léa qui l'intéresse...

Et subitement,la voix d'Eléa fend l'air. Et Gabriel a à peine le temps de poser ses yeux sur elle, à peine le temps de réagir, que déjà elle rejoint la piste de danse. Le mécanicien ne sait pas trop comment agir. Doit-il la suivre ? Il en doute fortement. La blonde s'éloigne de lui, observe son amie se déhancher sur la piste, tout comme Gabriel qui n'en perd pas une miette. Et il a la curieuse impression qu'Eléa le provoque. « J'crois qu'elle est jalouse » lance Léa tout proche de son oreille pour qu'il puisse entendre ce qu'elle dit. Et Gabriel esquisse un sourire en coin, bien qu'il sait qu'il ne doit pas trop se faire d'illusions... La blonde a repris sa position initiale, observe toujours son amie se déhancher de manière un peu trop sexy. « J'suis pas sure que Nicolas apprécierait » qu'elle lance à la volée, ne percutant pas sur l'instant ce qu'elle vient de dire. Et elle se raidit la blonde, tout en se maudissant intérieurement d'être aussi stupide. « Quoi ? » lui demande Gabriel, qui n'a pas compris un seul mot de ce qu'elle vient de dire à cause du brouhaha ambiant et de cette musique bien trop forte. Les épaules de Léa s'affaissent alors qu'elle soupire de soulagement. Secouant la tête, elle lui rétorque « Viens on va danser » et sans attendre de réponse, elle le tire par les pans de sa veste en cuir jusque sur la piste de danse, non loin d'Eléa...

Pris au dépourvu, Gabriel n'a pas eu le temps d'esquisser le moindre geste que déjà la blonde l'a tiré sur la piste. Sauf qu'il n'aime pas danser. Même pas du tout. Il se sent... tellement idiot quand il se déhanche, bien qu'on lui ai déjà dit qu'il danse bien. Il n'y croit pas le brun. Mais maintenant qu'il est là... heureusement qu'il a un peu trop bu. Mal-à-l'aise, il commence à se mouvoir en rythme, face à une Léa qui sait y faire, alors qu'il jette un coup d’œil à Eléa qui continue à se déhancher de manière bien trop sensuelle à ses yeux. Et bien qu'il sache qu'il ne doit pas se faire de fausses idées, qu'il ne doit pas mal interpréter les choses, il ne peut s'empêcher de penser qu'elle fait ça pour le provoquer. La blonde tourne le visage du mécanicien vers elle. Et elle ondule la blonde, ondule de manière lascive, presque charnelle, portée par la musique, colle son corps contre celui de Gabriel. Elle continue son manège quelques secondes, avant de jeter un coup d’œil à son amie. Et finalement, elle pivote, s'approche du visage de Gabriel. « Laisse moi faire » qu'elle lui murmure à l'oreille avant de lui faire un clin d’œil. Parce qu'elle a bien compris qu'il est loin d'être indifférent aux charmes d'Eléa et que la réciproque est vraie également. Il suffit de voir comment son amie se déhanche non loin de là. La blonde ne l'a jamais vu comme ça... Une pointe de jalousie bien malgré elle, ses lèvres finissent par plonger sur celles de Gabriel qui, pris de court, répond à son baiser.  

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 22 Avr - 13:15

You wanna be high for this...

Est-ce que mon petit manège fonctionne ? Je n'en sais foutrement rien. Oh, parfois, je tourne la tête dans ta direction et nos regards se croisent, mais... Cela veut-il dire quelque chose ? Je ne fais plus attention à rien, je me laisse aller sur la musique, je sens une présence masculine derrière moi et j'y fais totalement abstraction. D'ordinaire, je suis du genre à marcher "involontairement" sur les pieds du relou qui ose m'approcher de trop, mais là... Là, je veux te mettre sur les dents. Je veux que tu réalises que Léa vaut mille fois moins que ce que j'ai envie de t'apporter.

Je veux que tu craques pour moi. Que tu sois jaloux. Comme je le suis moi.

Parce que je la vois toujours trop proche de toi, parce que j'ai des envies de meurtre... Et rien ne s'arrange lorsque je vous vois rejoindre la piste de danse... Tous les deux.

Est-ce que c'est un cauchemar ?

Tu me regarde à peine, tu es comme tout perdu. Cette garce se colle contre toi, elle colle son corps contre le tien... Crois moi c'est insupportable à regarder. C'est moi, qui devrait être à sa place. Moi, qui devrais te dévorer du regard. Moi qui devrais...

" Ha, la salope..."

Elle a pas osé ?

Me dis pas qu'elle a fait ça ?!

Vos lèvres, ensemble. Ses mains qui te touchent. Et toi, qui ne la repousse pas. J'arrête de danser, je me contente de vous observer, ça dure à peine quelques secondes où j'ai comme l'impression que mon coeur va exploser. Derrière moi, le mâle dépose ses mains sur mes hanches, m'invitant à poursuivre ma danse endiablée, mais je me contente de le repousser :

"Lâches moi, toi !"

Je me défais de cette foule chargée et trop masculine, me rapprochant d'un pas hésitant vers vous. J'attends simplement que vous me remarquiez... Et quand enfin vos bouches se séparent, mon regard se perd dans le tiens, puis dans celui de celle qui se disait être mon amie :

"Je vois que vous passez une excellente soirée. Aussi, je ne vais pas vous déranger plus longtemps."

Silence. Tu as l'air complètement à côté de la plaque. Je fusille Léa du regard mais je n'ajoute rien. Elle en sait beaucoup trop sur mon compte, c'est elle qui possède les moyens de pression, pas moi. Elle a toutes les cartes en main, et je n'ai rien vu venir... Je vous contourne, je marche vite, prête à regagner le vestiaire. La colère bouillonne en moi, elle menace de me faire exploser et...

Oh et puis merde.

Demi-tour, marche, direction : Léa. C'est assez violemment que ma main vient s'écraser sur sa joue poudrée :

"T'es vraiment une belle salope."

C'est tout c'que j'ai à dire, et ça fait du bien. Quand à toi : je t'ignores superbement. Je te contourne sans même te regarder, et je me dirige à grandes enjambées vers le vestiaire où je récupère à la hâte, ma veste et mon sac à mains. Je bouscule le monde en sortant, me fais presque insulter et me contente de grogner du bout des lèvres :

"Oh mais ta gueule, toi aussi !"

Oui, je suis archi-remontée. Oui, je pourrais tabasser quelqu'un, là, tout de suite. Ah, ils se sont bien foutu de ma gueule, les deux là ! Et ils pensaient que j'allais laisser passer ça ? Sérieusement ? Et je marche, je marche sans m'arrêter, droit devant remontant la rue jusqu'à ma voiture. Cette garce de Léa me le paiera d'une manière ou d'une autre... Moi qui me suis confiée à elle... Putain mais j'ai été trop bête !

J'entends courir derrière moi.

Je me retourne et.. Tu es là. Mais je continue d'avancer, continues de t'ignorer parce que... Parce que j'ai eu vachement mal, en fait. Je tombe de si haut... Et pourtant il ne s'est jamais rien passé entre nous... Ça frise le ridicule. Pourtant tu me rattrapes, tu chopes mon poignet pour que je me retourne.

Ton regard dans le mien...

Et j'ai mal au coeur sans comprendre pourquoi. Alors là aussi, ma main part toute seule. Cinglante. Froide. Atterrissant sur ta joue dans un claquement sonore qui résonne dans la rue quasi déserte.

Est-ce que ce sont des larmes ça, Eléa ? Est-ce qu'elles baignent le vert de ton regard ?

On dira que c'est simplement la colère. Et je me dégage de ton emprise pour me remettre à marcher, droit vers ma voiture qui n'est plus très loin désormais.



EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Sam 22 Avr - 19:04
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Gabriel se retrouve complètement dépassé par les événements, réalisant à peine ce qui est en train de se passer. La bouche de la blonde vient trouver la sienne, et il y répond. Pourquoi en serait-il autrement au fond ? Eléa a bien été claire avec lui non ? Et finalement, le doute s'empare de lui, les mots de la jeune femme refont surface. Moi par contre, je n'ai personne pour me garder cette nuit... Et ils tournent en boucle dans sa tête, alors que la jeune blonde se veut encore plus entreprenante, venant passer la barrière de ses lèvres pour aller y chercher sa langue. Mais Gabriel n'ira pas jusque là. S'il est resté stoïque jusqu'à présent, il ne se prive pas d'écourter le baiser lorsque Léa souhaiterait le voir plus profond. En d'autres circonstances, peut-être qu'il aurait cédé. C'est même une certitude. Et Léa aurait sûrement fini dans son lit. Mais ce soir. Ce soir... Il ne sait plus où il en est Gabriel.

Et c'est ce moment là, cet instant où leurs lèvres se séparent qu'Eléa choisit pour les rejoindre. Les yeux de Gabriel croisent les siens et il peut y lire l'espace d'un court instant toute la haine qu'elle peut éprouver pour lui. Gabriel ne l'écoute qu'à moitié, bien trop perturbé par ce regard qu'elle lui a lancé. Et finalement, la brune tourne les talons, se dirige vers les vestiaires. Gabriel esquisse un geste, puis se ravise, se contente de la suivre du regard. Quant à Léa, elle esquisse un sourire en coin. Parce que finalement, elle est parvenue à faire grimper la jalousie chez son amie et surtout, la montrer à Gabriel. Encore faut-il qu'il aie percuté. Ce qui n'est pas certain alors qu'elle coule un regard vers lui. Il semble totalement...désemparé. Et subitement, son visage change d'expression. Léa tourne les yeux, juste à temps pour seulement apercevoir la main d'Eléa arriver et la gifler de toutes ses forces. Choquée par le geste et les mots, la blonde ne dit rien, une main sur sa joue. Gabriel ne dit rien non plus, complètement abasourdi par ce qu'il vient d'arriver, sûrement comme les gens autour qui sont en train de les observer et faire des messes basses. Et encore une fois, Gabriel l'observe sans un mot. « Et bien, je crois que ça a un peu trop bien marché » rétorque la blonde, alors qu'Eléa a disparu de leur champs de vision. Il va falloir qu'elle s'explique avec son amie dès demain matin. Mais en attendant... « T'attends quoi ? Rattrape là ! ». Et finalement, Gabriel finit par bouger, encouragé par Léa qui retourne s'asseoir à leur table.

Une fois dehors, le mécanicien cherche des yeux l'infirmière. Et bien vite, il la repère. Pressant le pas, il la rattrape en quelques enjambées pour, une fois à sa hauteur, lui saisir le poignée et la faire se retourner. Et sans attendre, la main de la belle vient claquer violemment sur sa joue. Gabriel ne dit rien parce qu'il ne comprend pas ce retournement de situation. Impassible, il tourne une nouvelle fois ses yeux vers elle, plonge son regard dans le sien et semble y déceler des larmes. Mais il n'a pas le temps de réaliser que déjà, la jeune femme a tourné les talons pour se rendre à sa voiture. « Alors c'est tout ? Tu pars comme ça ? » qu'il lui lance, passablement excédé qu'elle le fasse tourner en bourrique ainsi. Parce que c'est ce qu'elle fait. Elle se joue de lui. De ses sentiments. Et l'alcool qu'il a ingurgité n'aide en rien dans sa réaction. Gabriel se met également en marche. Reste à bonne distance, sans un mot, durant quelques secondes. Et finalement, il n'y tient plus, ne peut s'empêcher de poursuivre, vider son sac. « C'est bien toi qui m'a repoussé ! Toi qui as sorti un bobard pour n'pas qu'on se revoit! Et maintenant quoi ? T'vas m'reprocher d'être passé à autre chose ? » Foutaises. Parce qu'il est tout sauf passé à autre chose. Et s'il a embrassé Léa, c'est bien parce qu'elle l'a pris au dépourvu et que l'alcool lui a momentanément brouillé le cerveau. Et il réalise à peine qu'il vient ouvertement de dire à Eléa qu'elle l'intéresse et que son invitation d'il y a plusieurs jours n'était pas uniquement pour la remercier...

Et ils arrivent à la voiture, Eléa à deux doigts d'ouvrir la portière conducteur. Gabriel se place derrière elle, l'oblige à lui faire face alors que le dos de la belle bute contre la portière. Quant à lui, il la surplombe de toute sa hauteur, bras tendus de part et d'autre de la jeune femme, mains appuyées sur le toit de la voiture. « Tu veux quoi, hein? » qu'il finit par demander, plus calme, alors que ses yeux plongent dans ceux de la belle et que l'air autour d'eux se charge en électricité...

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 23 Avr - 20:46

You wanna be high for this...

Intérieurement, c'est le chaos total.

Je ne sais plus quoi penser, ni comment agir. Je me contente d'obéir à mes instincts, et mes instincts me dictent de te laisser planté là, comme un con. Parce que je suis un colère contre toi, en colère contre Léa... En colère contre moi, de me mettre dans un tel état alors que je n'en n'ai pas le droit. Pas pour toi. Tu me demandes si c'est tout. Oui, c'est tout, Gabriel.

S'il te plait, n'en rajoute pas.

Et pourtant tu me poursuis, tu ne lâche rien. Tu insistes, tu me questionnes. Moi et mes bobards, moi et ma résistance... Mais ce n'était pas pour rien tout ça. C'est juste que tu ne sais rien de moi, en réalité. Rien. Tu t'obstines à courir après un rêve qui n'est pas réalisable... Parce que je ne suis pas une fille pour toi. Je ne suis bonne qu'à te mentir, à ne rien assumer... Tu devrais fuir plutôt que de me poursuivre. Ce serait la meilleure chose à faire pour tous les deux. Tu me dis être passé à autre chose. Grand bien t'en fasses, mais alors qu'est-ce que tu fous là ? Tu es si peu crédible...

Laisse moi tranquille... Fais demi-tour.

Mais tu n'en fais rien... Et nous arrivons à ma voiture. Je m'apprête à m'engouffrer à l'intérieur, prête à te laisser, à démarrer, à errer quelques temps avant de rentrer... Mais toi, tu me retiens. Tu saisi mon poignet une nouvelle fois, m'oblige à te regarder... Me plaque contre la porte rouge de ma Fiat.

Je me fige.
Ma respiration se bloque.

Tu me surplombe de ta hauteur, tes bras me cernent, ils m'empêchent de te fuir. Me retrouver ainsi, si proche de toi... Tu n'imagines pas ce que ça me fais, tout à coup. Toute cette tension qui me traverse... Cette envie de te repousser et de partir, par pur égo... Et cette envie de...

Est-ce que c'est ça que je veux ?

"Tu veux quoi, hein ?"


Si seulement je le savais moi même. Le problème, c'est que je suis perdue. Complètement perdue. Mais pourrais-tu le comprendre ? Pourrais-tu seulement comprendre comment j'ai pu me foutre dans un tel merdier ? C'est incertain... Parce que te dire la vérité, c'est minimiser d'éventuelles chances de vivre quelque chose avec toi... Et je mets le doigt dessus : Je crois que j'ai envie de te découvrir. Même si c'est mal, même si je faute, c'est carrément plus fort que moi. C'est plus fort que tout.

Tu es sans cesse dans ma tête...

Tu plonges ton regard dans le mien. Si intense. C'est comme si plus rien n'existait autour de nous. Comme si nous étions dans une bulle au silence pesant. Tu es si près... Tellement accessible... Tellement attirant.

Tellement toi, encore une fois...

Alors pourquoi résister ? J'en suis de toute façon incapable. Au lieu de te répondre, j'ose me redresser un peu, rapprochant alors mon visage du tiens, encore plus près. Et finalement, je cède. Je laisse mes lèvres venir tout contre les tiennes, presque chastement. Sans bouger.

Tout simplement.  



EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Lun 24 Avr - 18:39
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Il la suit, jusque dans la rue. Et il ne lâchera pas le morceau tant qu'elle ne se sera pas expliquée. Jamais il n'avait été comme ça Gabriel. Jamais il n'a couru après une fille comme ça. Mais il est perdu le brun. Complètement et totalement alors qu'Eléa semble se jouer de lui. Pourtant persuadé qu'elle ne voulait rien de plus, n'étant pas intéressée, ayant été quand même assez claire à ce sujet, voilà qu'elle sème le doute dans l'esprit de Gabriel de par ses réactions et actes contradictoires. Malgré tout, malgré ses questions qu'il énonce à voix haute, malgré l'intonation de sa voix qui montre clairement qu'il ne comprend rien et surtout, qu'il n'aime pas qu'on le prenne pour un con, Eléa ne ralentit pas. Ne se tourne même pas. Au contraire. Gabriel a même l'impression qu'elle presse le pas. Comme pour le fuir. Pourquoi ? Pourquoi cette réaction ? Est ce que c'est lui qu'elle fuit ou ce qui pourrait bien se passer entre eux si jamais elle se retrouve face à lui ? Et Gabriel n'en démord pas, continue de la suivre en pressant le pas à son tour. Parvenant à la rejoindre alors qu'elle s'apprête à entrer dans sa voiture. Et il l'en empêche le brun, l'obligeant à lui faire face, l'empêchant de s'échapper en l'emprisonnant de ses bras contre la portière conducteur. Elle n'a plus le choix. Soit elle lui explique clairement ce qu'elle veut, soit elle sort un nouveau mensonge et dans ce cas, Gabriel tournera les talons sans se retourner...

Il la fixe, droit dans les yeux. Peut-être qu'il a été trop loin avec la blonde Léa. Peut-être qu'il n'aurait pas dû jouer avec le feu comme ça et la laisser l’entraîner dans ce petit manège pour tester la réaction d'Eléa. Mais d'un autre côté... il ne s'attendait plus à rien avec l'infirmière et surtout, il ne lui doit rien du tout, la jeune femme ayant été claire à leur seul et unique rendez-vous. Pourtant, les mots qu'elle a prononcé dans la boîte de nuit ne cessent de tourner en boucle dans sa tête depuis qu'elle les a dit. Moi par contre, je n'ai personne pour me garder cette nuit... Des mots loin d'être anodins ou choisis au hasard aux yeux de Gabriel. Alors quoi ? Qu'est-c'que tu veux Eléa ? Et il attend. Il attend une quelconque réaction de sa part, le cœur qui s'emballe bien malgré lui. Et finalement, au bout de ce qui lui semble être une éternité, Eléa se décide enfin. Et s'il a cru qu'elle le repousserait de toute ses forces pour qu'il la laisse partir, ce qu'elle choisit de faire le surprend. Se mettant sur la pointe des pieds, elle s'approche doucement, presque timidement, toujours sans détacher ses prunelles de celles du brun qui n'esquisse pas le moindre geste comme pétrifié. Dépose chastement sa bouche sur la sienne. Le truc, c'est qu'il réalise à peine ce qui est en train de se produire. Il n'ose pas y croire Gabriel... et finalement, lorsque Eléa se recule les connections se font enfin et Gabriel retrouve ses esprits. Il s'approche lui aussi, un peu plus brusquement que la jeune femme, et vient plaquer à son tour ses lèvres sur les siennes pour un baiser plus profond, alors que son corps vient se coller contre le sien qui bute contre la portière conducteur de la voiture. Depuis le temps qu'il meurt d'envie de le faire...

Et au bout de longues secondes, il se recule enfin, presque à bout de souffle, réalisant à peine ce qui vient d'arriver entre eux. C'est qu'il n'y croyait plus Gabriel. Et il a encore du mal à réaliser que ça vient de se produire. Mais il reste méfiant le brun, car il a bien senti les effluves d'alcool lors de ce baiser. Et si lui a bien bu, il ne doute pas une seule seconde qu'Eléa a également pas mal abusé de la boisson ce soir. « J'comprends pas. J'comprends pas à quoi tu joues. D'abord tu me fuis, et maintenant ça.... Qu'est c'que tu attends d'moi Eléa ? » qu'il lance d'une voix plus douce qui traduit parfaitement son état d'esprit actuel alors qu'il vient plaquer son front contre le sien en fermant les yeux. A savoir qu'il ne sait plus ce qu'il peut attendre ou non de la jeune femme. Doit-il, peut-il encore espérer quelque chose entre eux ? Lui qui ne s'attache jamais à personne, qui est sujet aux histoires sans lendemain... C'est bien la première fois qu'une femme a un tel effet sur lui. Et ses problèmes de santé semblent loin, tellement loin à présent...


AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 2 Mai - 10:24

You wanna be high for this...

Je ne pourrais nommer toutes les sensations qui me traversent, là, maintenant.

La tournure des événements semble te dérouter... Elle me déroute aussi. J'ai osé franchir le pas... Et tu réponds à mon baiser par un autre, bien plus franc, bien plus charnel, tandis que mon corps cogne doucement contre la portière de ma voiture, le poids de ton corps faisant ployer le mien. Je pose mes mains sur ton visage, les yeux clos, savourant la moindre seconde de cet instant si délicieux... Je désire tellement plus, en sachant que c'est déjà mal d'y penser. Mais voilà, tu es toi, Gabriel. Tu es toi depuis que je te connais, et ça parais si logique. Mais "Toi", tu as réussi à me faire chavirer sans même que je ne m'en en de compte. Tu as réussi à mettre mon coeur à nu. Pour de vrai. Et je ne suis pas certaine de pouvoir parler de sentiments... Pas encore. Mais si nous n'essayons pas, nous ne pourrons jamais savoir.

J'ai envie de savoir, moi.

Peut être ne seras-tu qu'une erreur de parcours difficilement pardonnable... Ou peut être deviendras-tu plus que ça. Bien plus que ça. Alors quand nos lèvres se séparent, quand ton regard vient une nouvelle fois s'accrocher au mien, je sais que tu attends des réponses. Et je décide de ne pas te les donner. Je décide, en dépit de tout bon sens, de rester secrète, encore. Non, Gabriel, tu ne sauras pas. Pas tout de suite. Ton front vient se poser contre le mien, et je peux à peine entendre ta respiration lente. Tu m'a demandé ce que je j'attends de toi. Et ce que j'attends de toi, je crois que c'est du temps. Le temps de se découvrir, le temps de s'apprivoiser... Et un jour je te dirais tout. Quitte à tout gâcher, je préfère vivre le bonheur avec toi, avant.

"Viens."

Je laisse mes lèvres effleurer les tiennes avant de me soustraire à tes bras, ouvrant la portière de la Fiat 500 et m'y engouffrant avant d'allumer le contact. Tu sembles interrogatif et pourtant, tu me suis dans l'habitacle de la petite voiture italienne. Une fois que tu prends place près de moi, c'est armée d'un petit sourire que je te demande :

"T'as déjà fais la Butte Chaumont en nocturne ?"

Ce ne doit pas être très raisonnable de prendre la voiture... Encore moins d'avoir l'idée d'entrer dans un parc parisien de nuit, sachant qu'il est fermé...

"Il paraît qu'on y voit les étoiles mieux qu'ailleurs."

C'est mon petit côté imprévisible qui se réveille. J'ai envie de faire des choses que je ne ferais pas en temps normal. Des choses qui peuvent secouer la monotonie de mon quotidien... Et ces choses, je veux les faire avec toi. Sans penser aux conséquences... Alors je sors de ma place de stationnement, et me mets à rouler en direction du parc de la Butte de Chaumont. Peu importe ce qui peut se passer ce soir... Je ne suis plus à ça près de toute manière.

"Si tu vois des flics, surtout, préviens moi... On est pas très loin de toute manière."

L'air frais m'a redonné un peu de contenance, alors je roule tout de même prudemment. Il n'est pas loin de quatre heures du matin, les rues sont désertes autour de Chaumont. C'est après une quinzaine de minutes que je garde ma voiture non loin des grilles du parc :

"Et voilà."

J'ai un petit sourire mutin. Tu dois te demander à quoi je joue...

Allez viens, Gabriel. On s'en fout...




EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Dim 7 Mai - 14:23
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Elle le rend fou. Et il ne sait plus sur quel pied danser avec elle. D'abord elle le fuit, littéralement, et maintenant, elle l'embrasse, le laisse faire alors qu'il répond à son baiser avec plus d'ardeur. Et il ne sait plus quoi penser Gabriel. Perdu, complètement et totalement perdu, il lui demande de but en blanc ce qu'elle attend de lui, alors qu'il vient, dans un geste tendre, poser délicatement son front contre le sien. Et il a le cœur qui fait des bons Gabriel, alors qu'il se demande s'il n'est pas en train d'imaginer tout ça. Mais elle ne répond pas Eléa. Le laisse dans un flou intersidéral alors qu'elle s'éloigne de lui pour pénétrer dans l’habitacle de la voiture, lui sommant de la rejoindre côté passager. Gabriel hésite un court instant. Sa raison lui souffle que ce n'est pas une bonne idée, qu'en plus, Eléa est beaucoup trop alcoolisée pour prendre le volant, mais sa curiosité elle, le somme de grimper à bord sans se poser de questions. Et c'est elle qu'il écoute, alors qu'il fait le tour de la voiture pour rejoindre Eléa à l'intérieur. Et c'est un regard interrogateur qu'il lui lance, alors qu'il boucle sa ceinture. La Butte Chaumont ? Si Gabriel en a entendu parler, il doit bien avouer que non, il n'y a jamais mis les pieds. Alors, il finit par secouer la tête, en guise de réponse.

Eléa sort de la place de stationnement direction le parc. Doucement, largement en dessous de la limite autorisée, traduisant totalement le fait qu'elle a peut-être trop bu. Gabriel l'observe à la dérobée alors que la jeune femme met toute sa concentration sur la route. Et il ne peut s'empêcher de sourire en la voyant faire, acquiesçant lorsqu'elle lui demande d’être vigilant quant à la présence de flics ou non. Le mécanicien ouvre la fenêtre, l'air frais s'engouffrant dans la voiture. Ils sont seuls sur la route, à une heure avancée de la nuit. Seuls au monde. Et le trajet lui paraît subitement très court alors qu'Eléa se gare non loin du parc. Sourire radieux, Gabriel fond instantanément avant de sortir rapidement de la voiture et en faire le tour afin d'ouvrir la portière de l'infirmière. « Madame » qu'il lance un sourire en coin, avant de tendre la main pour l'aider à sortir de la voiture.

Côte à côte, ils se dirigent vers l'entrée du parc, bien évidemment fermée à cette heure-ci. Alors, Gabriel se courbe légèrement, noue ses doigts pour en faire une "courte échelle" afin de permettre à Elea de passer par dessus les grilles. « Après toi » qu'il lance, alors que la jeune femme vient s'appuyer sur lui, et qu'il lève les bras sans efforts pour l'aider à passer de l'autre côté. Quant à lui ? Eh bien il prend son élan, grimpe les grilles et la rejoint sans problème. A croire qu'il fait ça souvent... « Alors, il est où cet endroit où on voit mieux les étoiles ? » qu'il lance, laissant Eléa se mettre en route, avant de faire de même. Progressant en silence dans le parc, leurs doigts se frôlant de temps en temps. Gabriel finit par retirer sa veste en cuir et la poser sur les épaules de l'infirmière. « J'voudrais pas que t'attrape froid » qu'il donne comme justification pour empêcher Eléa de refuser. Et le silence revient, uniquement briser par quelques oiseaux bien matinaux. Et il se retient Gabriel, se retient de lui prendre la main, d'enlacer ses doigts aux siens. Alors, il se contente de progresser à ses côté, réfléchissant à ce qu'il pourrait bien dire pour engager la conversation, s'évitant de trop partir à la dérive. Parce que s'il s'écoutait, s'il laissait aller ses envies, il la plaquerait contre un arbre et lui prendrait la bouche, là, en pleine nature. Parce qu'il en meurt d'envie Gabriel. Il meurt d'envie de goûter à nouveau ses lèvres sucrées. Mais il ne fait rien, il ne fait rien parce qu'il ne sait pas à quoi s'attendre avec elle... Alors, il se rejoue la soirée. Le moment où il l'a reconnue, l’ambiguïté de ses mots, sa réaction sur la piste de danse... « Tu sais... faut pas en vouloir à Léa. Elle voulait voir ta réaction » qu'il finit par lancer, osant un regard en biais vers Eléa.


AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 10 Mai - 10:48

You wanna be high for this...

Le trajet à été silencieux, mais j'ai senti ton regard sur moi. Un regard bienveillant, qui jamais ne m'a oppressée. Comment fais tu ce genre de choses ? Comment est-ce que le plus simple de tes regards peut-il me rendre si... Bien ? Si positive alors que je suis en train de jouer avec le feu ? Ai-je déjà ressenti cela ? Peut être... Mais jamais cela n'a été aussi intense. Et te voilà à ouvrir la portière de la voiture pour me laisser en sortir avec des manières de gentleman qui me font doucement rire tandis que j'attrape ta main dans la mienne :

"Merci monsieur."

Je ferme la voiture et enfourne les clés dans mon sac à main, avant que nous nous mettions à marcher vers les grilles closes du parc. Ce qui est plutôt drôle, c'est que tu ne recules pas, non. Tu me suis dans mon petit délire nocturne, me faisant la courte échelle pour que je puisse grimper au dessus de la grille... Quand à toi, tu t'élance comme un félin pour atterrir avec moi, de l'autre côté, presque sans un bruit :

"T'as fais une formation yamakasi ? Ou bien t'as simplement l'habitude d'entrer là où c'est interdit ?"

Je pouffe tout en t'observant de mon regard plein de malice. L'alcool est toujours présent dans mes veines, mais ses effets s'estompent à cause de la fraîcheur ambiante... Alors je réalise un peu ce que nous sommes en train de faire, et comble de tout : ça me plais. Ça me plais même carrément... J'ai l'impression de retomber dans l'adolescence, c'est te dire. On commence à marcher, tu me demandes alors où est ce fameux endroit où l'on voit mieux les étoiles, et c'est d'un doigt pointé vers le sommet de la falaise au milieu du lac, que je te réponds.

"Tout en haut, dans le Temple de la Sybille."

L'endroit est très étonnant, de nuit. Il faut se laisser guider par ses instincts, écouter les bruits... Et ne pas être froussard. Nous sommes seuls, ici normalement, mais qui sait ? Nous poursuivons notre chemin. Le silence est revenu, mais tu le brise rapidement, déposant ton manteau sur mes épaules en précisant que tu ne voudrais pas que j'attrape froid, ce qui étire mes lèvres d'un petit sourire doux :

"Monsieur est un véritable gentleman... Je m'y habituerais presque."

Si je pouvais papillonner des cils en te regardant, je le ferais. Les lueurs douces qu'offre la nuit, éclairent ton beau visage et je me dis que c'est dingue d'être canon à ce point... Sérieusement. Je me surprends même à penser à quoi peuvent bien ressembler tes parents pour voir donné naissance à un fils comme toi, c'est ridicule n'est-ce pas ? Mais je n'y peux rien, en réalité. Je suis complètement mordue, je le crains... Et nos doigts se frôlent tandis que nous avançons, et que le silence se fait de nouveau roi.

Qu'est-ce que je suis en train de faire ?

Nous avons presque atteint le pont suspendu qui se dresse de toute sa hauteur au dessus du lac, pour rejoindre l'île du Belvédère. La lune se reflète dans les eaux sombres du lac. Nous ne parlons toujours pas. Enfin... Ça c'était avant que tu ne te décides à me parler de Léa. Est-ce vraiment le bon moment, sérieusement ?

"Je n'ai pas envie de parler de ça."

Non, certainement pas. J'ai encore des envies de meurtre la concernant alors... Évitons le sujet, en osant le geste qui semble nous préoccuper à tout les deux depuis le début de notre ballade nocturne... C'est de manière assez surprenante que je viens enlacer mes doigts aux tiens, prenant alors ta main dans la mienne, en douceur :

"Nous sommes bientôt arrivés."

Je presse un peu le pas. Nous voilà donc sur le pont suspendu. La vue d'ici est déjà sublime... Mais de là-haut, ce doit être encore mieux. J'arrive a percevoir l'odeur des fleurs que l'on nomme "belle de nuit" et qui habillent les buissons de jolies couleurs, seulement la nuit... J'entends gazouiller quelques oiseaux... Je serre plus fort ta main dans la mienne... J'ai envie de t'embrasser encore.

Encore et encore.

Mais je me retiens... Je contiens mes envies, me contenant d'accélérer un peu plus le pas sur mes talons aiguilles... Qui me dérangent, d'ailleurs. C'est donc avant l'ascension de la falaise que je les retire, me retrouvant pieds nus :

"Si ça peut éviter que je me torde les pieds dans les escaliers..."

Je te jette un petit regard de défi :

"Le dernier arrivé en haut a un gage..."

C'est gamin, non ? Mais c'est amusant... Et je m'élance déjà dans les escaliers menant au Temple de la Sybille, légère comme une plume... Amusée par la situation. Grisée par ce que nous faisons.

Depuis combien de temps n'avais-je pas été aussi insouciante ?


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Ven 12 Mai - 22:58
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Sa raison s'est fait la malle à partir du moment où elle l'a embrassé. Cerveau en mode pause, il ne réfléchit plus Gabriel, suit son instinct. Et présentement, il lui dit de ne pas la laisser filer, de la suivre sans rechigner, sans lui faire remarquer qu'elle n'est pas en état de prendre le volant. Parce que l'occasion est trop belle et qu'elle ne se représentera peut-être plus jamais. Alors, c'est en silence mais intrigué qu'il se place côté passager, direction la Butte Chaumont où il n'a encore jamais mis les pieds. Ou alors, ça remonte à tellement longtemps qu'il a complètement oublié. Lors du trajet, il ne peut s'empêcher quelques coups d'oeil vers Elea, amusé de voir les précautions qu'elle prend au volant. Rassuré aussi qu'elle n'appuie pas sur l'accélérateur comme une furie, il faut bien l'avouer.

Une fois devant le parc, Gabriel s'empresse de sortir, afin d'ouvrir la portière en bon gentleman saisissant la main de la jeune femme pour l'aider à sortir de la voiture. Une fois fait, les deux se dirigent vers l'entrée à quelques mètres, où Gabriel aide Elea à passer par dessus la grille. Quant à lui, il la franchit avec aisance, sans avoir besoin d'une aide quelconque, ce qui n'échappe pas à l'infirmière. Face à sa remarque, un demi-sourire vient étirer les lèvres du brun. « P'tete bien les deux » qu'il lui répond d'un air énigmatique, sans se départir de son sourire en coin alors qu'ils commencent à se mettre en route vers le lieu indiqué par la jeune femme. Toujours côte à côte, leurs doigts se frôlant de temps en temps. Gabriel voudrait lui prendre la main, entrelacer ses doigts aux siens, mais il se retient, trouvant le geste peut-être de trop. Alors, à la place, il retire sa veste en cuir et la pose sur les épaules d'Elea, justifiant son geste pour ne pas qu'elle refuse. Quant à sa remarque, cette fois Gabriel ne répond rien, se contente de hausser les épaules. Que dire de toute façon ? A part des vérités qu'il ne peut pas lui avouer. Qu'elle s'y habitue ? Il le voudrait le brun, il le voudrait grandement. En tout cas lui, ça ne le dérangerait pas de s'habituer à prendre soin d'elle... mais il sait parfaitement qu'il ne peut pas, qu'il ne doit pas se faire d'illusion. Parce qu'ils ne sont pas fait pour être ensembles. Parce que rien n'est facile avec Gabriel, parce qu'il lui cache des choses importantes, une en particulier, mais surtout, parce qu'elle est trop bien pour lui. Mais il compte bien profiter de cette nuit qui lui est offerte. La seule et unique nuit, il en est persuadé. Et pour une fois, Gabriel en viendrait presque à remercier Emilio de l'avoir traîné en boîte de nuit, lui qui déteste ça.

Les deux poursuivent leur ascension alors que le silence se fait à nouveau. Bien vite brisé par Gabriel qui ne peut s'empêcher de remettre sur le tapis ce qu'il s'est passé sur la piste de danse avec Léa. Il ne la connaît pas, se fiche pas mal d'elle parce qu'il n'a d'yeux que pour Elea. Mais il ne voudrait pas que les deux amies se brouillent sur un malentendu. Et il sent Elea se raidir près de lui, son visage s'assombrir lorsque le prénom de son amie est prononcé. Et presque aussitôt Gabriel regrette d'en avoir reparlé. Mais maintenant, le mal est fait alors que l'infirmière clôt le sujet, le balayant d'une seule phrase. « J'voulais juste que tu l'sache, c'tout » qu'il lance quand même pour sa défense. Et il ne sait plus comment agir Gabriel pour rattraper le coup. Quel sujet aborder pour qu'Elea oublie cet incident fâcheux. Mais encore une fois, elle le surprend. Le prend de court alors que ses doigts viennent se mêler aux siens, provoquant ainsi une sorte de décharge électrique qui lui parcourt tout le corps. Et il se demande, Gabriel, comment un geste aussi infime peut lui faire autant d'effet. Peut-être parce qu'il mourrait d'envie de le faire dès le moment où ils ont passé les grilles du parc. Quoiqu'il en soit, ses doigts se replient sur ceux d'Elea, exerçant une légère pression alors qu'elle presse le pas, pour finalement resserrer sa prise. Perdu, Gabriel ne sait pas comment il doit interpréter ce geste, et s'il est sujet à une interprétation quelconque. Son bon sens se réveille, prend le dessus pour finalement lui souffler une énième fois qu'il ne doit pas se faire de fausses idées et surtout que l'alcool coule encore dans les veines de la brune comme dans les siennes, même si l'effet reste moindre sur lui...

Enfin, ils arrivent au pied de la falaise, une nuée de marches se déroulant devant leurs yeux afin d'atteindre le sommet. Elea s'arrête, retire ses escarpins en prenant appuie sur Gabriel pour ne pas tomber. Puis, elle plonge ses yeux dans les siens et Gabriel peut y lire qu'elle aune idée derrière la tête... C'est alors qu'elle parle de défi. Mais il n'a pas le temps de réagir que déjà, elle s'élance dans les escaliers, laissant ainsi Gabriel sur le carreau qui imprime enfin ce qu'elle vient de faire. « Tu sais que tu vas perdre ?! » qu'il lance en haussant la voix pour qu'elle puisse l'entendre. Il l'observe faire, amusé de voir qu'elle a quand même quelques difficultés à rester en ligne droite. Et finalement, quand il estime qu'elle a assez d'avance sur lui, Gabriel s'élance à son tour, grimpant les marches deux à deux, passant devant Elea pour arriver en haut  le premier. « Je crois bien que j'ai gagné » qu'il finit par lancer, satisfait, alors qu'Elea arrive enfin en haut. « Et je crois bien que tu as un gage » qu'il poursuit, l’œil pétillant. « Voyons voir... » qu'il ajoute sur le même ton enfantin qu'elle, faisant mine de réfléchir, regardant à droite et à gauche à l'a recherche d'une idée lumineuse alors qu'au final, il sait parfaitement le gage qu'il va lui donner. Il l'a su au moment même où il s'est élancé dans les escaliers... Et au bout de quelques secondes, il se tourne vers elle, plonge ses yeux dans les siens. « J'veux qu'tu m'embrasses. » qu'il finit par demander d'un ton plus sérieux.


AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 15 Mai - 11:21

You wanna be high for this...

Le défilé de marches est impressionnant. Pourtant, pas une seule fois je ne ressens la moindre fatigue. Les restes d'alcool me portent, et je grimpe, je grimpe, les pieds nus sur la rocaille froide, prête à te donner un gage une fois là-haut. Seulement c'était sans compter sur ton endurance et ta capacité à bondir comme un grand chat, deux marches, par deux marches... J'aurais du me douter que tu me battrais à plate couture. Tu me dépasses, et je ne peux que sentir le courant d'air de ton passage, tandis que mes yeux observent sans nulle gêne ton joli postérieur à mesure de ton ascension jusqu'au sommet du long escalier de pierres. Et te voilà arrivé, un petit sourire victorieux passe sur tes lèvres alors que je te rejoins, légèrement essoufflée :

"Bravo. Une vraie gazelle, dis donc."

Je te souris. C'est donc à toi de me donner un gage, je suis plutôt bonne perdante en réalité... À moins que je n'imagine déjà ce que tu pourrais me demander ? Tu fais d'ailleurs mine d'y réfléchir, ton regard brillant d'une malice que je ne te connaissais pas... Et je ne te lâche pas des yeux jusqu'à ce que tu te retournes, comme ayant trouvé l'idée du siècle. Tu te rapproche un peu, moi quo suis toujours perchée sur la dernière marche de l'escalier. Tu me surplombes de ta hauteur, et je dois lever un peu la tête pour ne pas perdre l'échange intense de nos regards.

Tu veux que je t'embrasse.

Oh... Tiens donc ? Comment pourrais-je refuser pareille invitation ? Comment pourrais-je résister à l'appel de tes lèvres fines et si tentantes ? Je ne penses plus à rien, là, tout de suite. Si ce n'est que nous sommes seuls. Que je n'ai à me méfier du regard de personne... Et qu'en l'occurrence, je peux donc faire ce qui me plais... Ou presque.

Tu veux que je t'embrasses, donc.

Crois moi, tu ne vas pas être déçu. C'est mon instinct qui me guide, moi aussi. Et mon instinct est identique à celui d'un chaton très joueur... Je serais presque prête à te faire perdre la tête. Mais patience... Patience, Elea. Tout vient à point à qui sait attendre. Mais rien ne m'empêche d'allumer la flamme, après tout... Alors quand tu me le demande, mes lèvres s'étirent d'un fin sourire satisfait. Moi aussi, je t'observe avec malice, tandis que mes mains viennent glisser le long de tes avant bras, jusqu'à tes poignets que j'attrape doucement entre mes doigts, pour diriger tes mains, les guider, et les poser aux creux de mes reins, peut être même légèrement plus bas. Ainsi mon corps se retrouve tout contre le tiens. De mes mains, désormais, je viens agripper le col de ta chemise, me hissant légèrement, me mettant sur la pointe des pieds afin que nos visages puisse se faire face... Tout ça ne dure qu'une poignée de secondes jusqu'à ce qu'enfin, nos lèvres se touchent. Se frôlent. Puis se rencontrent plus passionnément.

Je ne veux pas d'un instant fugace.
Je veux t'embrasser pour de vrai.

Alors de ma langue, je passe la barrière de tes lèvres douces. Je savoure l'instant comme si c'était le dernier... Parce que c'est peut être le cas. J'sais pas comment j'vais réagir demain... Et je n'ai pas envie d'y penser. J'veux seulement profiter de toi tant que je le peux encore... Tant que tu ne sais rien de ce que je te cache. Et nos bouches se quittent.
Nos regards se croisent.

"Ai-je bien honoré mon gage ?"

Nouveau petit sourire joueur. Je relâche doucement ta chemise, laissant glisser mes mains sur ton buste, le regard toujours profondément ancré dans le tien. Cette proximité, cet échange passionné... Ont fait naître une tension délicieuse entre nous.

Mais jusqu'où sommes nous vraiment prêts à aller ?



EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Ven 19 Mai - 18:19
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Gabriel n'est pas du genre à dire non quand on lui lance un défis. Et Elea ne fait pas exception. Alors, forcément, lorsqu'elle en parle, une petite lueur s'est mise à briller au fond des yeux de Gabriel. Mais pas qu'à cause du défis. A cause d'Elea aussi. La voir si... légère, sans penser à qui peut les voir, sans se mettre des barrières, ça l'amuse beaucoup. Et il aime la voir comme ça. Et l'avoir comme ça... Elea pense gagner ce pari, mais c'était sans compter la capacité de Gabriel à bien tenir l'alcool, et son côté sportif. Même avec une longueur d'avance, il ne lui faut pas longtemps pour rattraper l'infirmière et lui passer devant. Hors de question de laisser passer cette chance, même si elle peut refuser ce qu'il a en tête pour son défi.

Gabriel s'approche, faisant mine de réfléchir à ce qu'il va bien pouvoir proposer, même s'il le sait depuis le début. Et finalement, il demande. Il veut qu'elle l'embrasse. Coulant un regard vers la brune, il sonde sa réaction, l'air subitement plus sérieux, ses yeux déviant de temps en temps vers ses lèvres qui le tentent. S'il s'écoutait, il l'aurait déjà attrapé par la taille et l'aurait déjà embrassée fougueusement... mais curieusement, avec elle, Gabriel se contient. Il réfléchit d'avantage, ne laisse pas seulement parler ses envies, ses impulsions, contrairement aux autres filles. Avec Elea, il veut faire les choses biens, même s'il se foire comme avec son amie blonde un peu plus tôt dans la soirée. Erreur de parcourt, alcool aidant, il ne l'a pas repoussée alors qu'il aurait dû, il le sait. Mais il compte se rattraper et surtout, ne plus jamais mettre cet incident sur le tapis, bien qu'en soit, il n'aie rien à se reprocher.

Son cœur s'emballe, alors qu'Elea esquisse un sourire. Gabriel se laisse faire comme un pantin lorsqu'elle attrape ses bras pour placer les mains du mécanicien sur ses hanches. A les voir, on croirait un couple d'amoureux... Et il serait tellement facile pour Gaby de laisser ses mains glisser un peu plus bas, juste un peu... Mais il n'en fait rien, laisse Elea mener la danse. Et finalement, la belle se hisse sur la pointe des pieds, pose ses lèvres sur celles de Gabriel avant de rendre le baiser plus profond, baiser qu'il lui rend sans aucune hésitation, l'attirant encore plus contre lui. Et puis finalement, Elea s'écarte, écourtant le baiser, baiser bien trop court aux yeux de Gabriel qui l'aurait bien prolongé plus longtemps. Quant à lui, il plonge ses mains dans les poches de son jean, faussement gêné, laissant la jeune femme grimper la dernière marche pour être à sa hauteur. Leurs regards se croisent, Elea reprend la parole, faisant esquisser un sourire en coin à Gabriel. « Pas mal pas mal » qu'il lance taquin, en haussant légèrement les épaules, ses yeux encrés dans les siens. « Ça mériterait un nouvel essai... » qu'il ajoute dans un murmure, sans se départir de son sourire en coin. Gabriel laisse passer quelques secondes à peine, et finalement, n'y tenant plus, il s'approche vivement d'Elea, passe une main derrière sa nuque, ses lèvres venant se plaquer sur les siennes avec fougue, sa langue venant chercher la sienne pour une nouvelle danse endiablée, alors que le dos de la belle vient se heurter au mur du temple.


AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 19 Mai - 20:05

You wanna be high for this...

Je t'observe en silence, les mains toujours sagement posées sur ce torse que j'ai envie de découvrir... Envie de dénuder, envie de toucher, d'effleurer du bout des lèvres... Oui, ça y est. Demeurer tout contre toi me donne des idées... Et quelles idées. Tu n'imagines pas tout ce qui me traverse l'esprit, tandis que tu m'observe de ton regard toujours empreint d'une délicieuse malice. Nos visages sont si proches... Je pourrais profiter à nouveau, goûter encore et encore à ses lèvres tentatrices, seulement je n'en fais rien, attendant que tu brise le silence de ta voix aux notes basses : Pas mal, que tu me dis.

C'est tout ?

Je hausse les sourcils en inclinant doucement la tête, comme un peu surprise par ta réponse qui pourtant, transpire l'ironie. Bien sûr que c'était pas mal, c'était même bien mieux que ça.

Allez, dépêche toi. Embrasses moi encore...

Ne résistes pas. Laisses toi aller. Tu ne tardes pas à me dire que tu désires un nouvel essai, une nouvelle tentative... Essayer de faire mieux, peut être ? Et nos regards se sondent, s'affrontent presque...

Je te veux, Gabriel...

Je ne peux plus reculer, je ne peux plus penser à autre chose... C'est assez soudainement que tu me plaques contre le mur froid du Temple. Tes mains viennent s'éprendre de ma nuque, tes doigts mordant doucement la peau blanche de cet endroit si fragile... Tes lèvres... Mon dieu, tes lèvres se pressent contre les miennes et tu m'embrasse avec plus de fougue. Cest presque par réflexe que je viens remonter mes mains derrière ta nuque, puis dans tes cheveux, que je foule de mes doigts. Je partage ce baiser avec une intensité partagée, me cambrant contre ce même mur, les yeux clos... Un soupir léger traverse alors mes lèvres... C'est succinct, c'est délicat... Et le signe que je pourrais me perdre au creux de tes bras durant des heures si tu le voulais.

Là, tout de suite, je pourrais même te suivre à l'autre bout de la ville. Je pourrais oublier le temps d'une nuit, faire comme si il n'existait que nous et personne d'autre. Je pourrais faire n'importe quoi pour aller plus loin, peau contre peau... Et ça, je suis certaine que tu peux le ressentir. Mes gestes sont fébriles, ma respiration plus rapide. Mon coeur cogne si fort que je le sens résonner dans tout mon être. Mais comment arrives-tu à me faire ça ? Nos langues se mêlent sensuellement, mes mains redescendent sur ton torse, mes doigts glissent du bout des ongles le long de tes abdominaux... C'est comme si nous n'étions pas là où nous sommes... Je crève d'envie de toi, alors l'endroit m'importe peu...


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Ven 19 Mai - 22:06
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Elle le tente, tellement. Elle, toute entière. Pas seulement ses lèvres qu'il crève d'envie d'embrasser à nouveau. Y goûter encore et encore. Il voudrait la goûter elle surtout. Mais il se retient Gabriel, il se retient grandement pour ne pas précipiter les choses. Ce n'est pas dans ses habitudes d'agir ainsi, lui qui d'habitude ne se formalise pas des formes. Mais avec Elea, c'est différent. Il agit différemment. N'ose pas par peur de la brusquer, de l'effrayer. Comme s'il s'agissait d'un animal sauvage qu'il faut apprivoiser. Alors il la laisse faire. La laisse entreprendre les choses. Il laisse la brune le guider, faire les premiers gestes, les premiers pas, comme s'il découvrait tout ça pour la première fois, ce qui est bien évidemment loin d'être le cas. Et finalement, lorsqu'il voit son regard interrogateur, son visage dubitatif, Gabriel n'y tient plus. Sans attendre, il vient l'embrasser fougueusement, la plaquant presque avec violence contre le mur du temple. Baiser plein de passion et d'ardeur, qui traduit parfaitement toutes les émotions qui le traversent présentement. Toutes les émotions qui le prennent à chaque fois qu'il s'agit d'Elea. Et il n'y a bien qu'elle qui lui fasse autant d'effet. Qui lui fasse perdre la tête à ce point là. Et si l'espace d'un instant il a eu l'angoisse qu'elle le repousse, le soulagement a bien vite remplacé cette crainte lorsque les mains de la belle sont venus agripper ses cheveux et qu'un soupire s'est fait entendre entre ses lèvres. Il a envie d'elle. Tellement envie. Et il s'en bien qu'Elea aussi. Il suffit de voir comment elle répond à son hardeur, comment son corps se presse contre le sien. Gabriel sait interpréter les signes, il n'est pas idiot. Mais une petite sonnette d'alarme retentit doucement dans sa tête. Et si au début, il n'y prêtait pas attention car ce n'était qu'un son lointain, il doit bien avouer que maintenant, son alarme mentale sonne de plus belle et qu'il ne peut plus l'ignorer. Et alors que la température semble être grimpée en flèche, Gabriel s'éloigne d'Elea, coupant court au baiser fiévreux qu'ils s'échangeaient alors que d'une main il attrape les doigts d'Elea qui commençaient à parcourir son torse. « Attends, attends » qu'il souffle, reprenant presque sa respiration, consumé par cet embrasement dont il est victime depuis de longues minutes maintenant. « Pas comme ça. Pas ici... » qu'il ajoute, collant son front contre celui d'Elea en fermant les yeux. Le silence se fait entre eux alors que Gabriel n'ajoute rien. Il tente de retrouver ses esprits, chose plus que compliquée alors qu'enfin, il a ce qu'il attend, ce qu'il espère depuis des mois. Et si on pourrait croire qu'il a des réticences à cause de ses démons, ce n'est pas le cas. Mais il ne peut pas oublier qu'Elea a bu plus que de raison, et qu'elle n'a peut-être pas pleinement conscience de ce qu'elle est en train de faire présentement. Et pourtant, il ne peut se résoudre à en rester là. La laisser repartir pour ne peut-être plus jamais la revoir. Cette idée lui noue l'estomac. Cendrillon qui disparaît après minuit. Sauf que cette fois le prince ne pourra pas se permettre de lui courir après. Et surtout, Gabriel est tout sauf un prince... Mais malgré tout, il ne peut pas la laisser filer. Pas encore une fois... « Viens chez moi... » qu'il lance presque à voix basse sans vraiment y réfléchir alors que sa main libre, l'autre tenant toujours délicatement les doigts de la jeune femme, vient tendrement caresser la joue d'Elea et que ses yeux se plantent dans les siens. T'es en train de faire une connerie Gaby.

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 20 Mai - 10:19

You wanna be high for this...

La fièvre ravage mon corps tout entier. Tu n'imagines pas tout ce que tu me fais ressentir en cet instant présent... Là où dans mon couple tout se complique ces jours-ci, avec toi, je me sens dévorée d'un désir ardent, un désir que j'ai besoin de combler... Et que je ne peux contrôler. Alors je te frôle de mes doigts, continue la descente vertigineuse de mes mains, prête à découvrir ton corps, à découvrir ta peau, mais tu cesse notre échange langoureux, tu attrape mes doigts dans les tiens... Tu me stoppe dans mon élan. Doucement.

Je me perds dans le bleu intense de ton regard. Nos respirations sont désunies. Tu me demandes d'attendre. Tu ne veux pas faire ça comme ça, et encore moins ici. Alors quand ? Où ? Je suis prête à tout. Je ne peux pas laisser filer cet instant que j'attends inconsciemment depuis ces longs mois... Depuis que je te connais. Et inutile de préciser que je suis dans un tel état d'excitation, là, tout de suite, que je pourrais même mal le prendre si on s'arrêtait là. Je n'ai plus envie de reculer, Gabriel. Je te veux, plus que de raison. Je m'apprête à briser le silence, sans trop savoir quoi te proposer pour que nous puissions aller au bout de nos envies, mais c'est finalement toi, après un instant de silence presque pesant, qui me demande de venir chez toi.  Tes doigts caressent doucement ma joue, les miens sont toujours quelques part, à l'orée de ta ceinture. J'incline la tête sur le côté, armée d'un léger sourire :

"Ok."

Ma voix est légèrement rauque, c'est tout ce que je suis capable de répondre, ayant du mal à faire redescendre cette pression qui me rend fébrile des pieds à la tête. Il y a tout ce parc à retraverser... Il y a le trajet jusqu'à chez toi. Tout ça me semble être très long... Trop long. Une de mes mains remonte, allant se glisser sur ta nuque pour que je t'embrasse une nouvelle fois, avant de terminer en te mordillant la lèvre inférieure :

"Tu habites loin ?"

J'ai l'air un peu interrogateur qu'ont les enfants quand ils demandent si "on est bientôt arrivés", parce qu'attendre me semble impossible... Et pourtant, je suis curieuse de découvrir où tu vis, envieuse de pouvoir explorer les draps de ton lit... Cette simple pensée ravive la flamme. Et je ne regarde pas ma montre, je ne regarde pas mon téléphone... Je te regarde toi. Parce que cette nuit, il n'y a plus que toi qui compte. J'attrape ta main. Je suis impatiente, oui. Et je t'entraînes vers les escaliers pour en commencer la descente.

***

J'ai conduis comme une grand-mère durant tout le trajet, mais nous y voilà. C'est à l'aube que nous arrivons chez toi, et lorsque tu ouvres la porte de ton appartement, j'entre presque timidement. Je dois avouer que ça m'impressionne un peu, de me retrouver là, alors qu'hier encore je pensais qu'il valait mieux ne plus du tout nous revoir... L'effet Gabriel, encore une fois... Je dépose mon sac à mains sur le canapé, observant l'endroit en silence, jusqu'à croiser de nouveau ton regard... Nous savons tout deux pourquoi nous sommes là... Et la tension s'installe. Je retire ta veste de mes épaules, et, un peu gênée, réalisant ce que nous nous apprêtons à faire, j'ose rompre le silence pour demander :

"C'est sympa chez toi... Tu m'fais visiter ?"

Juste histoire de dire qu'on s'est pas sauté dessus comme deux gros sagouins... A moins que tu ne me dise préférer me faire visiter plus tard, et honnêtement, je ne t'en voudrais pas pour le moins du monde. Même si le trajet m'a un peu calmée, le simple fait de me retrouver dans cet appartement avec toi suffit à réveiller mes instincts primaires...  


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Sam 20 Mai - 12:20
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Il prend sur lui Gabriel, prend sur lui pour décoller ses lèvres, retirer ses mains du corps parfait d'Elea, éloigner son corps du sien. Il se fait violence le brun pour ne pas pousser les choses plus loin. Parce que putain, il en crève d'envie. S'il s'écoutait, il y a bien longtemps que le haut de la jeune femme se serait retrouvé au sol. Et pas que le haut... Mais il ne veut pas agir ainsi avec elle, Gabriel. Il veut faire les choses bien. Alors, il s'impose une certaine distance. Les oblige à arrêter leurs échanges fougueux. Bordel, elle le rend fou. Et c'est une véritable torture qu'il s'impose. Collant son front contre le sien, il lui faut un moment pour retrouver ses esprits. Et finalement, il annonce. Pourquoi ne pas aller chez lui ? Faire les choses bien, qu'il ne cesse de se répéter inlassablement, alors qu'il caresse le visage de la jeune femme tendrement, plongeant ses yeux dans les siens. Oh non, il ne compte pas s'arrêter en si bon chemin. Juste améliorer les conditions. Et quand Elea demande s'il habite loin, Gabriel peut sentir toute l'impatience percer dans sa voix. Impatiente... tout comme lui. Le brun se recule, secoue la tête sourire en coin pour signifier que non, il ne vit pas très loin. Heureusement pour eux, car sinon il ne sait pas comment il aurait pu faire preuve d'un tel self control face à une femme comme Elea. Et encore une fois, cette dernière prend les devants. Saisis sa main avant de dévaler les escaliers, l’entraînant à sa suite.

Il n'aura fallu que quelques minutes aux deux pour arriver devant chez Gabriel, son appartement n'étant qu'à quelques rues de la Butte Chaumont. En silence, les deux se dirigent dans le bâtiment, direction le dernier étage où se trouve le loft de Gabriel. Laissant la jeune femme passer devant, le brun referme derrière eux, alors qu'il l'observe détailler les lieux. Ce n'est pas le grand luxe, mais c'est largement suffisant et plutôt cosy comme endroit. La voix d'Elea fend l'air, faisant esquisser une nouvelle fois un sourire à Gabriel. Il hésite un instant, ayant d'autres idées en tête, et finalement, il décide de se prendre au jeu. « Sur votre gauche se trouve une magnifique cuisine équipée, ouverte sur un vaste salon séjour lumineux. » qu'il commence, faisant la pseudo visite guidée à Elea alors qu'en soit, elle n'a qu'à balayer la grande pièce des yeux. « Juste ici vous trouverez la salle de bain, composée d'une splendide douche à l'italienne » qu'il poursuit, ouvrant la porte pour laisser Elea constater par elle même que non, il ne s'agit pas d'une douche à l'italienne pouvant contenir une équipe de foot, mais d'une simple douche, tout ce qu'il y a de plus normal. « Et par là, la chambre » qu'il finit, un ton plus bas, menant Elea vers le grand lit deux places, des idées plein la tête alors que les rayons du soleil commencent à filtrer par la fenêtre. Le cœur qui bat à tout rompre, le regard de Gabriel croise celui d'Elea. Il s'avance, lentement vers la jeune femme, pour n'être qu'à quelques centimètres à peine d'elle. « J'ai envie de toi » qu'il murmure, sans détour, alors que leurs souffles se mêlent. Et, au bout de quelques secondes, redoutant une quelconque réticence de sa part, il franchit les derniers centimètres qui les séparent, approche son visage du sien et dépose ses lèvres sur les siennes. D'abord en douceur, presque timidement pour ne pas la brusquer, puis plus franchement, prenant son visage entre ses mains. Un baiser plus profond et passionné qui en dit long sur la faim qu'ils ont l'un de l'autre.

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Sam 20 Mai - 19:41

You wanna be high for this...

Ma question te fais sourire. Et qu'est-ce que j'aime ça, te voir sourire... Mon coeur bondit joyeusement. Quand à toi, tu te prêtes volontiers à ma demande, jouant la visite guidée. Je regarde tout ce que tu me montres avec un air intéressé, un petit sourire amusé se dessinant sur mes lèvres :

"Ha oui, pas mal oui..."

Les mains jointes dans le dos, je te suis lorsque tu te déplaces vers la salle de bain. Une douche italienne me dis tu ? Ça m'inspire... Mais je n'en dis rien, me contentant de t'observer par le biais du miroir qui nous fait face. C'que tu peux être canon... Ça devrait être interdit, tu le sais ça ? Et nous quittons la salle d'eau. Désormais, c'est la chambre, que tu me montres. C'est bête mais... J'ai chaud tout à coup. Je m'avance à petits pas, balaye la pièce du regard, m'arrête quelques instants sur le lit...

Mon muscle cardiaque s'affole.

C'est étrange mais, de me dire que je vais probablement coucher avec quelqu'un d'autre que Nicolas me perturbe. Je ne pense pas véritablement aux conséquences, plutôt au fait que les mains qui me toucheront seront différentes. Et croyez moi, après tant d'années, ça donne matière à stresser un peu. Est-ce que je vais être à la hauteur de tes attentes ? Après tout ce temps, serait-il possible que nous ayons trop idéalisé cet instant ? Tu plonges ton regard dans le mien en te rapprochant. Le silence autour de nous me pèse et m’électrise tout à la fois... Je suis charmée par ton regard, charmée par cette aura si spéciale que tu dégages... Et ces mots qui sortent de ta bouche, ces mots qui à eux seuls, savent me procurer le frisson d'un désir intense : tu as envie de moi.

Tu me rends folle, Gabriel...

Tu t'en viens tout contre moi, m'embrassant presque avec retenue, pour laisser place ensuite à plus de fougue, plus d'empressement. Et mon coeur se met à battre à toute vitesse, mes sens se décuplent... Je n'attends plus : j'ose. Partageant le baiser avec intensité égale, je laisse mes mains se promener le long de ton buste, défaisant un bouton de ta chemise, puis un autre, et encore un autre... Jusqu'à pouvoir enfin toucher ta peau, du bout des doigts... La frôler, la caresser, tandis que nos langues s'offrent l'une à l'autre avec sensualité. Enfin, lorsque le tissus devient trop gênant, je remonte mes mains jusqu'à tes épaules, faisant alors glisser cette chemise qui semble de trop désormais. Il me faut rompre le baiser, lentement, afin de te regarder, curieuse de savoir ce qui se dessine sur ta peau. J'ai sentis de légers reliefs sous mes doigts lors de mes caresses, ce qui m'a laissé sous entendre que tu es tatoué...

"En fait tu es une oeuvre d'art à toi tout seul..."


Je frôle une ligne sombre du bout de mon index, et te lance un petit sourire joueur avant de faire le tour de ta personne, très lentement, comme une lionne qui fait le tour de son repas. Une fois revenue face à toi, c'est armée d'un nouveau sourire que je te demande :

"Il y en a d'autres ailleurs...?"

Curieuse... Oh oui. Déjà d'une part, j'aime beaucoup les tatouages, et d'autre part, ce n'est qu'une excuse valable pour continuer de te déshabiller.


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Dim 21 Mai - 0:10
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


C'est dur pour lui de se contenir, de faire taire ses pulsions, faire comme si de rien était. Surtout maintenant qu'ils sont chez lui. L'un comme l'autre savent la suite des événements. Qui des deux craquera le premier ? Gabriel se prend au jeu, fait visiter l'appartement à la demande d'Elea. Elle le suit, comme une acheteuse potentielle. Et finalement, ils s'arrêtent près du lit. Leurs regards se croisent, le temps semble subitement suspendu. Gabriel n'y tient plus, craque le premier cette fois. S'approchant de la brune, il exprime ses intentions. Son envie plus que dévorante d'elle. Capture sa bouche pour un baiser fiévreux, ses mains venant encadrer son visage, alors que les doigts de la belle commencent à déboutonner sa chemise. Le cœur qui bat la chamade, Gabriel aide la jeune femme à lui ôter ce vêtement superflus pour se retrouver torse nu, laissant ainsi apparaître ses multiples tatouages, vestiges de son passé. Et puis, elle s'éloigne, l'observe sous toutes les coutures comme un objet qu'elle s'apprêterait à acquérir. Eléa lui tourne autour, prédatrice, alors que le mécanicien reste debout sans un mot, se contentant de la suivre du regard. Pressé de goûter de nouveau à ses lèvres, mais surtout découvrir son corps, caresser sa peau... Et même s'il n'en montre rien, restant de marbre, prenant sur lui... Elle le rend fou, à jouer comme elle le fait. Gabriel esquisse un sourire à la remarque d'Eléa tout en lui faisant face. « A toi d'le découvrir... » qu'il répond à sa remarque emplie de curiosité, non sans une lueur pleine de malice au fond des iris. Elle veut jouer, il le sait. Il le sent. Mais si elle continue sur cette pente, Gabriel risque bien de finir par perdre pied... Cependant, il ne laisse pas le temps à la brune d'esquisser le moindre geste que déjà il se rapproche d'elle. A son tour d'être le prédateur face à sa proie, l'obligeant ainsi à reculer doucement, petit à petit, vers le lit. Jusqu'à ce que l'arrière de ses genoux bute dessus, l'empêchant ainsi de reculer d'avantage.. Gabriel la surplombe de toute sa hauteur, encrant ses yeux dans les siens pour quelques secondes à peine. Car presque aussitôt, ses lèvres fondent sur celles de la brune, sa langue venant chercher la sienne pour une nouvelle danse endiablée. La raison de Gabriel ne répond plus. De toute façon, il est désormais bien trop tard pour faire machine arrière. Et, dans tous les cas, le mécanicien ne le souhaite pas, bien au contraire. Alors que le baiser se poursuit, les doigts de Gabriel viennent à leur tour empoigner les boutons du chemisier d'Eléa pour les défaire. Et s'il s'était afféré à la tâche sur les deux ou trois premiers, très vite l'empressement finit par prendre le dessus, si bien qu'il finit par ouvrir le vêtement d'un coup sec, faisant sauter les quelques boutons restant au passage. « T'es bien trop habillée... » qu'il lui lance, coupant court à leur baiser. Tout en plongeant ses yeux dans ceux d'Eléa, Gabriel fait délicatement glisser le bout de tissu qui vient s'échouer au sol, non sans frôler au passage, du bout des doigts la peau de la belle qui se retrouve désormais en sous-vêtements. Du moins, pour la partie supérieure. « Déjà mieux » qu'il souffle, osant couler un regard vers sa poitrine, avant d'esquisser un sourire. Bordel, c'est dingue l'effet qu'elle a sur lui. Gabriel s'approche un peu plus, si proche que la poitrine d'Elea vient frôler son buste. « Mais pas suffisant » qu'il ajoute dans un murmure. En douceur, le mécanicien fait parcourir ses doigts sur la peau de la jeune femme, partant de sa mâchoire, jusqu'à sa clavicule, en passant par son cou, pour atterrir à la naissance de ses seins. Puis, de son autre main, d'un geste vif, expert et inattendu, il dégrafe de deux doigts son soutien gorge, libérant ainsi sa poitrine de sa prison de dentelle, les mettant de ce fait sur un même pied d'égalité.

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 6 Juin - 11:38

You wanna be high for this...

Tu restes statique durant ce laps de temps où je me permets de t'observer sous toutes les coutures, appréciant chacun des dessins qui se propagent sur ta peau. Vestiges d'un passé compliqué ou extraordinaire ? Il m'est difficile de trancher puisque tu n'as jamais véritablement voulu me parler de toi et de ton vécu... En définitive je crois que tu es quelqu'un de secret, et c'est aussi ça qui m'attire chez toi... Comme tant d'autres choses que je ne peux réfréner. Comme ce regard que tu me jette, à présent que je te fais de nouveau face, cette attitude prédatrice qui en dit long sur tes intentions tandis que tu avances, me faisant reculer lentement jusqu'à ce que je ne le puisse plus, bloquée par le lit. Ces mots qui n'ont qu'un sens lorsque tu les prononcent, ceux qui m'invite à découvrir ce qui se cache sous les vêtements qui te couvrent encore. Je rétorque d'un léger sourire, laissant ton regard pénétrer le mien d'une manière intense et délicieuse avant que tu ne m'embrasse encore... Et je laisse mes mains se promener sur toi, caresser ta peau, descendre le long de ton corps pour rejoindre ta ceinture... Mais lorsque je m'apprête à en finir avec tes fringues, c'est toi qui t'attaque aux miennes, prétextant que je sois trop habillée, tes doigts s'affairant à déboutonner mon chemisier, d'abord avec application et puis...

Crac.

Je me mets à rire sous la surprise, amusée par cet empressement que tu mets à l'oeuvre, ne pouvant alors m'empêcher de suivre ton regard afin de déterminer si ce que tu découvres te plais... Je ne suis pas de ces femmes trop généreuses en courbes. Les miennes sont douces et loin d'être à l'excès, bien que mises en valeur par un joli soutien-gorge noir en dentelle que tu as surement pu apercevoir à maintes reprises sous mon chemisier blanc. Je pourrais te demander ce que tu penses, mais je n'en fais rien, car tes gestes me semblent raccord avec le fait que tu aimes ce que tu vois. Tu semble en contemplation, silencieux, te contenant de me frôler en douceur comme de peur de m'abimer. Et moi... Moi, je reste béate de te voir ainsi, immobile, mes yeux ne pouvant s'empêcher de suivre tes mains pour les regarder faire... Les regarder et les sentir glisser sur moi, m'arrachant de légers frissons qui courent sur ma peau si sensible au contact de tes mains. Les miennes se sont arrêtées à l'orée de cette ceinture que je ne touche pas pour le moment, comme paralysée par la douceur de tes caresses, par l'intensité de cet instant où nous nous découvrons mutuellement... Si moi j'ai fais le tour de ta personne, toi tu oses t'approprier mes courbes du bout des doigts, allant jusqu'à la naissance de ma poitrine... Et voilà le regain de frissons qui s'en vont me picoter jusqu'à la base de la nuque.

Tu n'imagines même pas l'effet que tu as sur moi...

Je te suis complètement offerte, te laissant faire jusqu'à ce qu'une de tes mains expertes ne vienne dégrafer mon soutien-gorge en une poignée de secondes.

"Oh... Voilà qui est précis et efficace..."

Sous entendu que tu dois en avoir défaits des paires et des paires avant de pouvoir être si habile à l'art de "bien savoir dégrafer un soutif". Je laisse les bretelles glisser sur mes bras, me défaisant alors du sous-vêtement qui s'en va rejoindre nos chemises sur le sol, et mes yeux reviennent à l'assaut des tiens. C'est en silence que je monte sur le lit, me détachant de toi quelques instants. Je te regarde, toi et ta peau dessinée. Je te regarde et je te trouve infiniment beau en cet instant. Puis j'attrape tes mains, tout en m'allongeant, t'attirant lentement vers moi jusqu'à ce que nos bustes se touchent, jusqu'à ce que nos visages soient si proches que je ne résiste pas à l'envie de venir goûter de nouveau à tes lèvres tentatrices, tandis que mes mains, elles, ne se privent pas de descendre au creux de tes reins puis à la naissance de tes fesses... Mon dieu, c'est toi qui est trop habillé maintenant, oui. Alors je rompt notre fougueux baiser, laisse mes lèvres glisser dans ton cou, et de mes mains, je te pousse gentiment, tentant de te faire rouler sur le côté... Puis sur le dos. Me voilà donc à cheval sur toi, presque dominatrice, armée d'un petit sourire joueur :

"Navrée de te dire que tu vas être à poil dans... Dix..."

Je me recule un peu, laissant champ libre à mes mains d'aller défaire cette fameuse ceinture lentement.

"Neuf..."

Le bruit métallique de la boucle défaite se fait entendre tandis que je fais glisser le cuir le long de ta taille, jetant ensuite la ceinture au sol.

"Huit..."

Nouveau contact de mes doigts à l'orée de ton jean, défaisant alors les boutons de manière assez rapide, un à un... Jusqu'en bas.

"Sept..."

Je m'arrête quelques instants, consciente de l'état d'excitation dans lequel tu es, laissant voguer mon regard de cette proéminence sous ton boxer, à tes yeux qui me regardent faire :

"Six..."

Je remonte mes mains sur tes hanches, agrippant le haut de ton jean, tout en me penchant un peu au dessus de ton corps, la pointe brune de mes cheveux venant caresser ton bas ventre.

"Cinq..."

Je tire doucement sur le jean, arrivant à le faire descendre lentement mais surement. Enivrée par le contrôle que j'exerce sur ta personne, je profite de l'instant pour déposer un baiser quelque part, sur ton ventre, puis autre part à la pointe d'une hanche...

"Quatre..."

Le jean descend... Descend le long de tes cuisses, et mes lèvres frôlent l'aine droite encore couverte par ton boxer...

"Trois..."

Je m'écarte un peu de toi, me redressant sur mes genoux pour terminer mon petit jeu :

"Deux..."

J'vire tes chaussettes. Si, si. Les chaussettes, c'est beauf (et bof) pour faire l'amour.

"Un..."

Le jean passe tes chevilles.

"Zéro."

Et j'le vire au sol avec les autres vêtements, toujours armée de mon petit sourire amusé. Bon d'accord, tu n'es pas totalement nu. Mais la vue n'en demeure pas moins plaisante, de là où je me trouve...



EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 571
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @Nalex
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise

RPs en cours:
Julia - Elea
Ven 30 Juin - 17:47
Elea & Gabriel

Don't drown your heart.


Il voulait y aller lentement. En douceur. Ne pas précipiter les choses, prendre son temps. Mais l'avoir là, chez lui, lui fait oublier toutes ses bonnes résolutions. Il la désire avec une force telle qu'il n'écoute plus que ses pulsions. Et présentement, il a furieusement envie d'Elea. Alors, après avoir détourné la chose en faisant visiter son modeste loft, la jeune infirmière s'approche du mécanicien pour lui retirer sa chemise. Leurs bouches finissent par se retrouver, leurs langues se mêler dans un baise passionné mais surtout pressé. Et Gabriel aime à croire qu'Elea le désire tout autant qu'il la désire. Alors, il n'y va pas par quatre chemins. Ses doigts qui, au départ, se mettent à déboutonner consciencieusement la chemise de la brune, finissent par arracher les boutons sous la précipitation, laissant apparaître son magnifique décolleté. Gabriel ne se fait d'ailleurs pas prier pour la reluquer sans une once de gêne, un léger sourire en coin satisfait. Avant de finalement lui retirer son soutien-gorge. Ses doigts parcourent la peau d'Elea, lui arrachant quelques frissons qui dressent la pointe de ses seins au passage.

Cela ne dure que quelques secondes car finalement la jeune femme s'allonge sur le lit, attirant Gabriel à lui. Le mécanicien la rejoint sans broncher, la surplombant en prenant appuie sur ses mains pour ne pas l'écraser sous son poids. Les lèvres de l'infirmière rejoignent celles du brun, avant que leurs langues ne se retrouvent pour une nouvelle danse. Mais il n'a pas le temps de comprendre ce qui lui arrive, Gabriel, alors que les lèvres d'Elea dévie de leur trajectoire, que les positions s'inversent en un battement de cil. A son tour d'être allongée, la jeune femme à califourchon sur lui pour une vue qui est loin de lui déplaire. Quant à son franc-parler.. Gabriel ne peut s'empêcher de rigoler tout en se laissant faire, totalement à sa merci. Il l'observe sans rien faire, sans un mot, concentré sur les gestes de la brune mais également concentré pour tenter de respirer convenablement. Elea s'applique, défait la boucle de sa ceinture avec lenteur, déboutonne et dézippe son jean alors qu'elle plonge son regard dans le sien. L'aidant, Gabriel redresse le bassin afin qu'elle le déleste de ses vêtements inférieurs sans problème. Le mécanicien se retrouve ainsi uniquement vêtu de son boxer, laissant apparaître une proéminence traduisant parfaitement l'envie qu'il éprouve pour l'infirmière. Mais Elea n'a pas le temps de le reluquer que déjà il se redresse, passe les mains dans son dos pour l'attirer à lui et l'embrasser fougueusement,avant de dévier de sa trajectoire, parcourant sa mâchoire, son cou, descendant toujours plus bas jusqu'à sa clavicule, lentement, toujours plus loin, jusqu'à finalement atteindre ses seins. Puis Gabriel vient voluptueusement caresser de sa langue le sein droit de la brune, malmenant délicatement sa pointe dressée, répétant ce processus sur le deuxième. Et pendant ce temps là, ses mains s’affairent à défaire le jean de la demoiselle, le faisant ainsi rejoindre le reste de leurs vêtements. Elea ne porte désormais plus que sa petite culotte en dentelle, tout comme Gabriel qui ne porte que son boxer « De nouveau à égalité » qu'il murmure contre sa peau sans cesser ses assauts, laissant passer quelques secondes avant de soulever la jeune femme et de nouveau l'allonger sur le lit. Il l'observe un instant, sourire en coin « T'es magnifique » qu'il souffle avant de plonger sur ses lèvres, jamais rassasié pour finalement descendre plus bas. Gabriel embrasse les seins d'Elea, son ventre, puis tout autour de sa petite culotte en dentelle, créant ainsi une attente qu'il espère insupportable.

Et soudainement, il retire la culotte de la brune, la laissant ainsi dans le plus simple appareil. Mais pas le temps de s'émerveiller une fois de ce qu'il a sous les yeux que déjà ses lèvres plongent à nouveau sur celles de la jeune femme, alors que ses doigts caressent doucement son sexe humide et gonflé, avant de se faufiler...

AVENGEDINCHAINS

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» don't drown your heart (leevy)
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» The way of the heart.
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)
» Grimoire Heart

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Les RPs-
Sauter vers: