Un premier jour en tant que secouriste pompier [F. Morgane]

 :: Les RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 24 Avr - 19:23


     

Damien
&
Morgane
Un premier jour en tant que secouriste pompier
J’adore mon métier. Je suis sortie du coma il y a 4 jours et me voilà de retour au boulot. Ma journée commence avec un « Call » d’urgence de voisins contre une plainte de violence conjugale. Je suis pas fier d’y aller, comme mon superviseur est pas con et sait très bien que je dois aller le moins souvent possible au feu. Il veut que je prenne le temps avant d’y retourner, donc, pendant les deux prochaines semaines se sera la torture pour moi. On m’a donc transféré dans le secouriste, pas la joie je l’avoue.

Je pars donc, habillé civilement avec mon badge de pompier secouriste, sur le lieu de l’appelle et frappe à la porte… pas de réponse. Je défonce la porte… avec difficulté, je ralentis alors, voyant qu’il y avait sans doute un corps de l’autre coté, vivant ou pas, j’en sais rien. Mon camarade de boulot m’aide à pousser la porte. Jamais seul sur le terrain. On ouvre la porte juste assez pour que je puisse passer, comme mon collègue est un peu plus gros que moi. C'est là que j'y vois une jeune femme accroupie enlacée avec un chien, la race je sais pas trop, mais quand je m'approche pour l'aider, alors qu'elle est en pleure, l'animal se met à grogner. Je fige et reste un peu à l'écart et je me mets à lui parler. Mademoiselle… ? Je suis Damien, secouriste pompier, je vais vous aider, que s'est-il passer? Et... votre chien, ne veut pas que je m'approche, est-ce que vous allez bien? C’était vraiment la première fois que j’allais sur ce genre de secours, en faite je n’ai fait qu’aller dans les feux jusqu’à mon accident. J'essaie de faire réagir la dame qui tenait son animal contre elle. Pour son mari, probablement, il a du se sauver de la scène. Je demande à mon camarade d’appeler une ambulance et la police.



CODE BY MAY
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 27 Avr - 14:44

ft. Damien & Morgane

Help me.




La douleur est une chose, l'infliger en est une autre. Qui es-tu ? Que faisais-tu sur cette planète Terre ? Certains ont un but ultime dans leur vie. Quelques uns font en sorte de devenir des patrons d'une grande enseigne, d'autres de dominer le Monde en dirigeant un pays et d'autres comme toi, ne sont que des fonctionnaires qui ne font qu'entretenir une crise déjà omniprésente. Ô bien sûr, bon nombre d'entre eux adorent leur travail, mais d'autres ne le font que par dépit. De quel camp faisais-tu partie ? Le premier sans doute. Tu aimais énormément analyser les gens, comprendre leur comportement et leur permettre de surmonter leur pire peur. Bien sûr, tu en faisais parfois des cauchemars mais parfois ça passait tout seul. Tu te souvenais parfaitement de cette jeune fille dépressive. Tu lui avais permit d'ouvrir les yeux sur le monde, de découvrir qu'elle n'était pas seule et maintenant elle était à l'université, avait des amis et vivait une vie d'adolescent normal.
Aujourd'hui était une journée toute à fait banale dans ta vie de jeune trentenaire. Tu t'étais levée à huit heures trente du matin pour pouvoir sortir le chien et pouvoir te préparer tranquillement pour ta journée de travail. Tu préférais te lever à cette heure-là pour partir deux heures plus tard, tout simplement car ainsi tu ne réveillerais pas ton fiancé. Tu savais très bien qu'il détestait quand tu le réveillais. Tu savais ce que tu risquais. Rien qu'à cette pensée tu avais frissonné pour finalement mettre la laisse, ainsi que la muselière, à ton chien et sortis dans le froid matinal d'Avril. Tu aimais cette sensation sur ta peau, cette fraicheur qui réveillait tes sens petit à petit. La balade dura une bonne heure, permettant à ton esprit et ton corps de s'éveiller gentiment. Finalement, tu rentras à l'appartement à pas de louve, observant s'Il n'était pas réveillé : ce n'était pas le cas. Alors, tu poussas un soupir de soulagement, détacha ton chien et te dirigea rapidement vers la salle de bain, que tu fermas à clef. A dix heures, tu avais bu ton café, t'étais préparé - en masquant toutes les équimoses que tu pouvais avoir – et prit tes clefs de voiture. Là, tu rentras dans ton audi Q7 et te dirigeas vers ton travail.

Dix-sept heures. Tu passas ta main dans tes cheveux rapidement pour ensuite sortir une clope, tu avais terminé ta journée de travail. Aujourd'hui avait été une journée éprouvante : effectivement, tu avais reçu une femme battue mais aussi une femme violée. Comment pouvais-tu gérer de tels problèmes, alors que toi-même tu n'arrivais pas à résoudre les tiens ? Tu n'arrivais pas à affronter tes peurs ? Ne dit-on pas que les gens les plus malheureux sont ceux qui conseillent le mieux ? Tu en étais la preuve. Un regard vers ta montre. Tu n'avais pas envie de rentrer. Tu n'avais pas envie d'affronter tout cela une seconde fois. Mais tu L'aimais tellement, que tu ne pouvais te résoudre à l'abandonner. " Morgane, un verre puis un restaurant, ça te dis ? " Tu tournas le regard vers la jeune femme qui venait de te parler. C'était ta collègue de cabinet. Alors, avec un sourire tu hochas la tête. Après tout, ça ne pouvait que te faire du bien. Et puis, pour une fois tu sortirais avec une femme. Ca te permettrait d'avoir des conversations féminines, ce que tu n'avais pas eu depuis longtemps en réalité. Alors d'un pas décidé, vous montèrent dans ta voiture et vous vous dirigèrent vers le centre ville.
Vingt trois heures. Tu courus rapidement vers ta voiture. Ce n'était pas prévu. Tu ne devais pas rentrer aussi tard ! Tu enclenchas la première et observas tes mains : tu tremblais. Tu savais très bien ce qui allait arriver si Il était réveillé. Tu savais parfaitement ce que tu risquais. Tu roulas vite, peut-être un peu trop, mais tu t'en foutais royalement. Tu voulais simplement rentrer. Alors, en vingt minutes, tu étais devant ton porche et ce que tu vis te fit déglutir. La lumière du salon était allumée. Il était réveillé. Alors, tu rentras timidement dans l'appartement. Tu vis ton chien venir en remuant la tête, tu secouas le doigt silencieusement, ce qui le fit s'asseoir. Ce chien était tellement intelligent … Tu entras à pas de loup dans le salon et en entendant des ronflements, tu soupiras de soulagement : Il dormait. Alors rapidement, tu allas dans ta chambre, te changeas et te couchas. Tu étais sauvée : pour cette fois-ci.

" C'est à cette heure-ci que tu es rentrée, pétasse ?! " Tu te réveillas en sursaut tandis que tu sentais des doigts t'enserrer la gorge. Tu regardas le réveil : huit heures. Il était bourré à cette heure-ci ? Tu écarquillas les yeux en essayant de le virer, mais il continua. Brusquement ton chien sauta sur le dos de ton fiancé et lui mordit la main. Ce dernier cria en poussant violemment le malinois. Alors tu te levas rapidement et alla t'enfermer dans la salle de bain. Ton fiancé courut et vint taper brutalement sur la porte en hurlant. Tu le supplias d'arrêter, mais il continua. Tu te mis alors à pleurer en t'agenouillant sur le sol. Ce raffut dura plus d'une heure puis le silence. Il avait arrêté. Il était parti ? Alors timidement, tu entrouvrit la porte. En ne le voyant pas, tu t'habillas, te maquillas & mis du fond de teint sur les équimoses présentes sur ta gorge. Puis, tu allas vers la cuisine, avec la laisse et la muselière de ton chien dans les bras, mais le fait que ce dernier ne se précipite pas vers toi te fis paniquer : que lui avait-il fait ? Alors, tu courus presque jusque la cuisine et ce que tu vis te fit pâlir. Ton fiancé tenait ton chien assit avec un sourire narquois. " C'est ça que tu cherches ? " Avec une voix écaillée, tu répondis : " laisse-le … " Alors il le lâcha et s'approcha de toi. Tu fermas les yeux. Tu savais parfaitement ce qui allait suivre. Une claque, des cris, des pleurs, un coup de poing dans les côtes. Tout ça dura plus d'une demi-heure et il finit par partir comme si de rien était.
Tu ne compris pas vraiment ce qui arriva par la suite. Le silence, la peur, les pleurs et ton chien qui s'était blotti contre toi, comme unique rempart vers l'abandon. Puis, deux hommes entrèrent dans l'appartement, faisant grogner Guess. Tu les observas de tes yeux de poupée et essaya de les entendre. Mais ton cerveau s'était éteint au moment même où Bryan était parti. Tu n'étais plus qu'une poupée de chiffon. Comme d'habitude, tu me diras. Le premier homme brun te regarda et tu ne comprit qu'un mot : " secours " alors tu paniquas encore plus. Qui avait appelé les pompiers ? Pourquoi étaient-ils là ? Ils ne devaient pas ! Si Bryan l'apprenait, elle serait morte dans l'heure. Alors d'une petite voix, elle les supplia de la laisser. Ils devaient partir ! Sinon elle serait condamnée, ainsi que son couple. Il y avait toujours une chance, n'est-ce pas ?

- Adrenalean 2016 pour Bazzart.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 30 Avr - 2:20


     

Damien
&
Morgane
Un premier jour en tant que secouriste pompier
Je compris que l’affaire en question ne serait pas facile à gérer. Tu parles d’un premier cas hors du feu ! Je garde mon calme, cette femme ne sera pas facile à gérer. Mon collègue appela une ambulance dans le but d’y amener la dame qui me semblait mal en point. J’ai l’impression que la bête blottie contre elle, ne la lâchera pas de si peu. Quoi faire ? Alors qu’elle ne me dit rien, ne me répond même pas. Je dois rester calme. Je prends donc une grande respiration et me place autrement, m’éloignant un peu, pour lui laisser de la place et dans le but d’avoir sa confiance. Mademoiselle, s’il vous plait, dites moi ce qui vous est arrivé. Je suis là pour vous aider. Une ambulance s’amène, on va vous conduire à l’hôpital, d’accord ?

Je viens pour poser ma main sur son bras, mais l’animal se mit immédiatement à me grogner dessus pour que je ne la touche pas. Je fis le saut et me voilà à un pieds un peu plus éloigner. Bon dieu… vous ne me facilitez pas la tâche… s’il vous plait, laissez moi vous aider. C’est mon collègue qui vous dérange ? Je peux rester seul avec vous si vous voulez. Voilà Andrews en train de me lancer de grands yeux et signe de non de la tête. Je sais très bien que je n’ai pas le droit de faire ça, que je dois rester, minimalement en équipe de deux, lors d’intervention de ce genre. Mais je fais signe de ma main à Andrews de s’éloigner et d’aller attendre l’ambulance dehors. Il le fait, mais pas de bonté de cœur. De toute façon, ça va me couter que mon job, j’ai déjà perdu 80% de ce job. Et puis, je suis déjà fichu d’avance, un mec comme moi, qui n’arrive pas à se caser parce qu’il préfère les femmes d’un soir, alors qu’il est amoureux pour rien en ce moment. Je prêts à prendre le risque de perdre mon job. Une fois seul avec la dame, j’essaie de me rapprocher, alors que le chien me montre ses crocs, surprotecteur de sa maitresse. Je soupire. Mademoiselle… s’il vous plait, laissez moi vous aider et… votre chien, dites lui de ne pas me grogner dessus… Je me passe une main sur la nuque.



CODE BY MAY
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» 01 . Premier jour de travail
» A l'aube du Premier Jour [Aniel]
» Premier jour [ Fini ]
» Le premier jour du reste de notre vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Les RPs-
Sauter vers: