Le retour d'un frère perdu ( Gus)

 :: Les RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 30 Avr - 16:50

Misha n'avait pas envie de parler, ni aux autres de l'association, ni même à personne. Il retournait en France, il n'avait pas le choix. Mais les images de toutes ces personnes le rendait malade. Il revoyait encore le sang partout, il revoyait son arrivée comme chaque jour et il se sentait coupable. Le fait de revoir la civilisation, le monde moderne et les avions le rendait malade. Il n'appartenait pas à ce monde. Ce n'était pas lui qui était là. Misha Lacroix était mort et ce n'était que son enveloppe vide qui rentrait à Paris. Les psychologues à la noix lui interdisait de vivre seul, alors il allait retourner vers son petit frère. Il allait le prendre contre lui, ne plus jamais le lâcher pour ne pas le perdre lui aussi. Assis dans l'avion, il se demandait bien comment Gus allait l'accueillir. Peut être gentiment, peut être en colère, Misha s'en fichait bien. Juste de le voir en vie, lui ferait du bien. C'était tout ce qu'il demandait. Il ferma les yeux, tenta de dormir mais il revoyait toutes les images effrayantes et il se réveilla en sursaut. Il était encore dans l'avion entre la Syrie et la France. Il ne s'était pas préparé à rentrer.

L'avion atterrit quelques heures plus tard et Misha n'y prêta pas attention. Il était à Paris. Il était à la maison. Une hôtesse vint lui demander de descendre de l'avion, il ne pouvait plus reculer. Il prit son sac et marcha dans l'aéroport, tel un fantôme. La foule, il avait horreur de ça. Tous ces gens pressés, préoccupés par leur petite personne, il les détestait. Mais il n'avait pas le choix, il devait rentrer. Alors il prit le premier taxi de libre et il donna l'adresse écrite sur un bout de papier, pour garder un lien avec sa famille. Misha ne voulut pas regarder par la fenêtre, la France ne lui avait pas manqué. Il ferma les yeux et tenta de chasser ces cauchemars qui le torturait. Lorsque la voiture s'arrêta, il comprit qu'il était arrivé. Et son coeur s'accélera. Qu'allait-il trouver?

Il reprit son sac, paya le taxi et commença à s'avancer. Plus il marchait plus son coeur menaçait d'exploser. D'autres souvenirs revenaient à lui, moins noirs, plus chaleureux. Il sonna à la porte et attendit. Il attendait quoi au juste? Il n'en savait rien. Tout ce qu'il savait qu'il avait envie de serrer Augustin dans ses bras et ne plus jamais le lâcher de peur de le voir s'envoler à tout jamais.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Dim 30 Avr - 22:35

Welcome home
La maison était encore et toujours désespérément vide. A l’exception bien sûr, de l’âme en peine qui s’y trainait chaque jour, l’immense demeure était silencieuse et calme. Il y avait longtemps que les rires n’y résonnaient plus. Ni les rires, ni les éclats de voix. C’était comme si la vie avait quitté les lieux. Et que son habitant ne faisait qu’attendre que quelque chose arrive. Ou ne rentre … Les femmes de ménages s’échinaient chaque semaine à repousser la poussière synonyme de l’abandon, une aile n’avait pas été chauffé depuis des années… au cœur de Paris qui ne dormait jamais, la maison des Lacroix elle semblait éteinte. Aujourd’hui était un jour comme les autres, et Augustin le regardait passer en silence. Demain, il retournerait travailler mais en attendant il fallait tuer le temps. Si habituellement il trouvait le moyen de se divertir en voyant Anne, cette dernière n’avait pas répondu à son sms matinal. Alors il soupira, assit à la table de la grande cuisine où il esquissait des croquis de pâtisseries sans rien tirer de bon. Décidemment, la solitude devenait une lacune. Autrefois il aurait tiré avantage de tout cela mais après quelques années à vivre en reclus, il devenait difficile pour Gus de dépasser ce stade apathique qui l’engluait.

Il aurait sans doute passé des heures encore dans cette position à se torturer les méninges sans succès, si l’on n’avait pas sonné à la grille de l’hôtel particulier des Lacroix. Lever son cul semblait être une épreuve tant il avait la flemme de marcher jusqu’à l’entrée. La visite d’inconnus ne l’empêcha cependant pas de sortir en caleçon et t-shirt de nuit, les pieds confortablement chaussés de charentaise qu’on lui avait offertes par moquerie… mais qu’il adorait franchement. De toute manière, c’était soit un livreur amazon, soit un type du recensement alors rienaf’ ! Il s’attendait donc à un type lambda en ouvrant la grille… quelqu’un qu’il aurait oublié le soir même. Et non … Il se retrouva le souffle coupé dès qu’il aperçut les traits de la personne qui lui faisait face. Son cœur manqua un battement, et il beugua l’espace de quelques secondes avant qu’il n’arrive à expulser un simple mot :

« Misha… »

Son frère. C’était son frère et personne d’autre qui se trouvait là, la mine basse et l’air inquiet. La joie emporta d’abord Gus, qui le contempla bouche bée et les larmes aux yeux. Il était juste devant lui après des années de silence et d’absence. Comme s’il espérait vérifier que ses yeux ne lui mentaient pas, Augustin tapota la joue de son frère … juste avant de tomber littéralement dans ses bras. La scène était cocasse. Mais il se fichait du regard des autres et essayait simplement de ne pas sangloter comme un gamin de 10 ans.

« Misha… Mais bon sang espèce de crétin, où étais-tu passé ?! »

AVENGEDINCHAINS
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Lun 1 Mai - 15:48


Misha n'attendit pas très longtemps avant de voir la porte s'ouvrir. Mais il n'avait pas l'impression que ce soit réel. Il avait surtout l'impression qu'il était en train de rêver et qu'il était encore là bas en Syrie. Et qu'il était surtout seul. Son frère n'était pas là, il était loin de lui. Cependant d'entendre son nom le réveilla de sa torpeur et il le fixa dans les yeux. Son frère était bien vivant en face de lui et Misha sentit enfin un peu de paix à l'intérieur de lui même. Le jeune homme serra fort son frère contre lui, sans dire un mot, trouvant un refuge pour apaiser toutes ses peines. A cet instant, il n'était plus le grand frère. Les rôles s'étaient inversés. Mais de le voir aussi heureux de le revoir, lui donnait une once de courage et d'espoir que tout finirait enfin par s'arranger. Il voulait y croire.

L'avion, le décalage horaire et le fait de partir en urgence l'avait énormément fatigué et il tenait à peine debout pourtant il avait la force de garder Augustin dans ses bras et de ne plus jamais le lâcher, toujours sans dire un mot. Ca le rassurait de le savoir ici. Il lui avait posé une question mais il n'avait pas envie d'inquiéter son frère à lui dire qu'il était parti dans un pays en guerre et qu'il avait vu un massacre. Il n'avait pas envie de lui dire que plus rien ne serait jamais comme avant, qu'il était mort lui aussi. Il voulait juste profiter de l'instant présent. Il était rassuré de voir que son petit frère ne le rejetait pas. Les larmes lui montèrent aux yeux. Certains diraient que c'était l'émotion, d'autre la fatigue mais personne ne pourrait croire que c'était des larmes de soulagement. Misha était soulagé de retrouver son frère. Il enfouit son visage contre lui. Il avait parfois l'impression de revenir en arrière, quand il avait peur qu'on le renvoie en Russie. De temps en temps, il repensait à sa soeur morte et à sa mère. Son père n'existait plus à ses yeux. Il n'avait qu'à pas fuir. Et Misha se rendit soudainement compte qu'il était pareil que lui.

Alors qu'il essayait de se calmer, de calmer ses angoisses naissantes, Misha prit enfin la parole. Il inspira profondément et il regarda son frère avant de dire:

"J'étais parti... je voulais oublier, juste oublier ce passé qui me hante... Je suis parti dans mon pays, pendant un an.. pour aider ceux qui ont eu le même passé que moi, pour leur dire qu'il y avait toujours de l'espoir... Et puis je suis parti en Syrie, aider un village et... "

Ses mots se coincèrent dans sa gorge. Il ne pouvait plus parler. Il préféra de nouveau serrer son frère contre lui, très fort avant de murmurer:

"Promet-moi que tu ne m'abandonnera pas.. Jamais... "

Il avait besoin d'entendre ces mots de la bouche de son frère pour apaiser son angoisse. Il savait que dans les jours qui allaient suivre, ça serait très dur. Mais il serait assez fort pour y surmonter. Et sinon, il y aurait toujours l'alcool qui pourrait l'aider.  
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un retour chez son frère (Camille)
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...
» Jean-Bertrand Aristide : Un comité pour son anniversaire et son retour
» retour de la droite dure en Suisse

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Les RPs-
Sauter vers: