Very Good and Bad Trip. [PV NICOLAS]

 :: Les RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 4 Mai - 11:57

Very Good and Bad Trip...

21 heures.

Je suis complètement claquée. Nerveusement, psychologiquement, physiquement... Je crois que j'ai la palme de la nana à abattre. Je gare ma Fiat dans l'allée menant à notre jardin, et doit m'y reprendre à deux fois avant de fermer la portière correctement. C'est presque en traînant des pieds que je rejoins le perron, puis que j'ouvre la porte d'entrée. Une lumière venant du salon m'indique que tu es déjà rentré, et le fumet délicieux de ta cuisine m'emplit les narines. Je dépose mon sac à main sur le placard de l'entrée, y plonge ma main pour récupérer ma bague de fiançailles que je remets aussitôt autour de mon annulaire... Je quitte mon trench-coat, vire mes ballerines que je laisse traîner dans le couloir... Et fais mon apparition dans la salle à manger, où je te vois t'affairer aux fourneaux.

Je reste là, quelques secondes à te regarder faire.

Pourquoi faut-il que j'aille me compliquer la vie alors que tu semble être l'homme dont toute femme rêve ? Mon estomac se tord douloureusement... Je n'ai pas le droit de te trahir de la sorte... Toi qui ne te doute de rien... Toi qui fais tout ce qui est en ton possible pour me rendre heureuse. Et soudain tu remarques ma présence et m'invite à me rapprocher, armé de ton petit sourire doux. C'est d'un pas hésitant que je te rejoins, avant de déposer chastement mes lèvres contre les tiennes :

"Bonsoir, toi."

Je te gratifie d'un léger sourire fatigué.

"Tu es rentré tôt ce soir ?"

Nos plannings changent sans arrêts, et je dois avouer que je ne suis pas du tout au courant du tien... Et dire que nous nous apprêtons à nous marier.
Je jette un oeil dans la petite marmite où frémit un mélange qui semble très appétissant et demande :

"Qu'est-ce que c'est ? Ça sent bon..."

Mon estomac se met à gronder bruyamment. Je n'ai pas eu le temps de manger ce midi et il manifeste... C'est surement aussi pour cette raison que je me sens si faiblarde.


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 4 Mai - 13:25
Very Good and Bad Trip...Eléa & Nicolas La fatigue tente vainement de perturber mes projets. Pourtant je lutte contre elle. Dans quelques heures tu seras de retour, exténuée comme chaque soir. Je sais déjà que tu n’aspiras qu’à une chose : une bonne nuit de sommeil. Pourtant j’ai prévu autre chose pour toi, pour nous. Sans perdre une seule seconde je me mets en cuisine : émince les oignons, blanchis les légumes et fais revenir les différents ingrédients afin de te préparer l’un de tes plats préférés : une bisque d’écrevisses. Le sifflement d’une eau en ébullition mêlée aux effluves des nombreuses épices. Nul doute qu’une tierce personne se joints à nous ce soir, mais pour le moment je n’en dirais pas davantage. Je tiens à préserver l’effet de surprise lorsque tu comprendras tout ce qui déroulera durant la semaine à venir. Pendant que je dresse la table pour trois personnes, un panel de souvenirs gagne mon esprit.

Je me souviens de ton premier regard à mon égard. Beaucoup d’hommes se seraient certainement enfuis à toute enjambée devant un air si impassible. Certes j’ai dérangé tout le monde, dont toi, en arrivant en retard, mais étrangement tu as piqué ma curiosité. La manière dont tu me défiais du regard te trahissait. Au début je pensais que tu ne serais qu’une parmi tant d’autres. Pourtant aujourd’hui je t’ai passé la bague au doigt, au grand bonheur de ta mère qui ne cesse de me couvrir de louange.

Au même instant l’écho de ton timbre de voix vient rompre ce silence. À peine ai-je eu le temps de vérifier la cuisson des écrevisses que tes douces lippes épousent parfaitement les miennes.

« Tu as passé une bonne journée ? »

Demandais-je avant de cerner sa taille de guêpe d’un air tendre et affectueux. Malgré nos emplois du temps désorganisé je trouve toujours le temps de la prendre dans mes bras le soir venu, ne serait est-ce que quelques instants. Le plus cadeau à donner à quelqu’un c’est son temps, son attention ainsi que son amour. Et chaque jour je tente de préserver ces quelques secondes de temps et d’attention, pour elle, pour nous.

« Je t’ai préparé ton plat préféré et... J’ai deux petites nouvelles, je commence par laquelle ? »

Si tu pouvais deviner ce que je t’ai réservé pour ce week-end Elea... Je pense que beaucoup te jalouserait. Au même instant la sonnerie retentit.

« Je tiens à préciser que je ne l’ai pas invité. Tout à l’heure elle a appelé et comme tu n’étais pas encore rentré elle a décidé de venir te voir, du coup elle reste pour le dîner. J’espère que cela ne te dérange pas ? »

Fausse question, évidemment. Je me doute que tu n’es pas enjouée de voir ta mère arrivée, mais je ne pouvais pas refouler ma future belle-mère à la porte.

« Promis elle ne restera pas longtemps juste pour dîner et nous souhaiter une bonne semaine ! »

Je ne te laisse pas me répondre face à cette nouvelle information que j’ouvre déjà la porte à ma belle-mère.
© 2981 12289 0
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 4 Mai - 13:54

Very Good and Bad Trip...

Je crois reconnaître de la bisque d'écrevisses et me délecte d'avance de les avoir dans mon assiette. Tu me demande si j'ai passé une bonne journée et je hausse les épaules, trempant le bout de mon doigt dans la sauce pour la goûter :

"Le train-train habituel... La vieille Hudson me fatigue, elle passe son temps à se plaindre. Tout ce que je fais ne lui conviens pas et en plus de ça, elle ne supporte pas le contact. Imagine ce que ça donne quand on doit la laver..."

Je retiens une grimace de dégoût, parce que, ce que je viens de goûter est un délice absolu, comme à chaque fois lorsque tu cuisines... Tu entoure ma taille de tes bras, et je me retrouve collée contre toi, à me perdre un court instant dans le bleu de tes yeux. Comment dois-je réagir dans ces moments là ? Que devrais-je faire pour m'éviter de ressentir ce malaise dès lors que tu entres dans ma bulle, dès lors que tu me touches ? Et voilà que tu me dis avoir deux nouvelles à m'annoncer. Eh bien... À quoi dois-je m'attendre ?

"Celle que tu voudras, si elles sont bonnes toutes les deux, pas de raison d'avoir  p-..."

La sonnette de l'entrée retentit, me faisant tourner la tête en direction de la porte. Toi, tu me relâche doucement et tu t'empresse de me préciser que ce n'est pas toi qui l'a invitée...

Oh bordel pas elle. Pas ce soir...

Mais tu ouvres déjà. Et j'ai envie de partir me cacher au fond du garage.

"Ah ! Nicolas, mon beau fils préféré ! Comment vas-tu ?"

Une grande et fine femme brune aux yeux en amande s'avance. Ses lèvres claquent sur tes joues rasées de près. Elle entre comme chez elle, les bras chargés de sacs en tous genre. Comme à chaque fois qu'elle vient nous rendre visite, elle a ramené des tas de choses à manger et des tas de publicités et adresses pour notre futur mariage. Une tornade au parfum capiteux, voilà ce qu'elle est, ma mère. Elle se dirige vers moi d'un pas assuré, perchée sur ses talons aiguilles vertigineux et s'empresse de m'embrasser à mon tour, ses lèvres rouges et pulpeuses s'étirant d'un sourire ravi, tandis qu'elle me pince doucement la joue :

"Ma chérie, tu as l'air fatiguée !"

Elle se détourne assez rapidement de ma personne pour t'interpeller, de sa voix forte qui empli toute la maison. Ou que dis-je, tout le quartier.

"Nicolas ? Je peux poser tout ça où ?"

Nulle part. On a déjà assez de son bordel suis s'entasse partout dans les placards... Mais nous sommes trop polis pour le lui dire, n'est-ce pas ? Je la regarde sortir d'un sac des pâtés en croûte, des plats en sauce, des gâteaux secs, et les fameuses adresses.

"Papa n'est pas là ?"

Que je lui demande. C'est vrai, d'ordinaire quand il est là, elle est un peu plus calme et mesurée... Je déplore vraiment son absence.

"Il est en voyage d'affaires à Londres jusqu'à demain soir, ma puce. Tiens, regarde ce que j'ai trouvé, un nouveau couturier pour ta robe."

Elle agite la carte de visite sous mon nez avec un air complètement ravi. Mon estomac se noue encore plus douloureusement...

"Merci Maman..."
"Les dentelles sont magnifiques, comme tu le voulais. Bon niveau prix, c'est discutable, mais tu sais bien que ton père ne peux rien te refuser."

C'est un cauchemar. Pitié sortez moi de là... Il y a encore un mois de ça j'aurais été enchantée d'avoir cette conversation. Mais aujourd'hui je suis tellement paumée. Tellement à côté de la plaque... Non, je suis même sous la plaque... Et je pense à Gabriel. Puis à Toi.

Ça y est : j'ai des noeuds au cerveau.


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Jeu 4 Mai - 23:09
Very Good and Bad Trip...Eléa & Nicolas Si je devais décrire ta mère en un mot ? Envahissante. À peine m’a-t-elle salué qu’elle brandit ses multiples sacs d’un air triomphant. Publicité, échantillon de parfum, tissu... Mais jusqu’où ira-t-elle ? Je suis certain qu’elle te mène la vie dure vis-à-vis de ta robe de marié, que je n’ai évidemment pas le droit de contempler avant le jour J. Oui ta mère est aussi très conservatrice... Un peu trop même. J’écoute avec attention et non sans un regard taquin ma future belle-maman. Ton regard te trahit déjà. J’ose à peine imaginer l’état dans lequel tu seras une fois qu’elle sera partie, mais pour le moment il va falloir prendre ton mal en patience. Je pourrais m’amuser à la laisser, un instant, seul à seul avec sa mère et m’éclipser dans la cuisine, mais non... Cette situation m’amuse bien trop pour que je ne l’a laisse filer. Alors je m’approche de toi, glisse mon empan contre la sienne d’un air réconfortant avant d’embrasser ta tempe.

« Il n’y a pas grand-chose qu’on puisse refuser à une femme telle que votre fille Louise ! »

Lançais-je en restant à tes côtés afin de te soutenir psychologiquement face à l’envahissante Louise. Alors qu’elle ne cesse de nous présenter divers échantillon et publicités, ma main se resserre doucement contre la tienne d’un air encourageant.

« Oh ton père viendra la prochaine fois, chérie ! »

Subitement la minuterie de la cuisine sonne et m’interpelle. Immédiatement je te lâche la main afin d’aller vérifier la cuisson des écrevisses.

« Je vous laisse entre mère et fille, les écrevisses m’appellent ! »

Annonçais-je te glissant un doux sourire en signe de compassion. J’ai veau avoir pleinement conscience que sa présence ne doit pas la ravir ce soir, mais je ne peux tout de même pas refuser l’entrée à ma belle-mère. Alors que je quitte le salon, je perçois l’écho de sa voix qui ne cesse de lancer des roses à tout bout de champ. Je ne suis pas le gendre idéal, mais elle à l’air ravi qu’Eléa m’ai trouvé. Si elle savait ô combien notre histoire n’est pas des plus communes ni reposante.

« Je vous laisse vous installer dans le salon pour l’apéritif ! »

Et là.. C’est le moment où ta mère va enchaîner sur un autre sujet : les enfants. J’imagine qu’elle aura également tout prévu, leurs prénoms, leurs parrains et marraines... À bien y réfléchir, ces réunions de famille m’exaspèrent parfois, mais Louise demeure bien plus supportable que la mère de mon ex : Alex. Je me souviens qu’une fois elle m’avait accueilli avec un rouleau à pâtisserie...

© 2981 12289 0
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 10 Mai - 11:22

Very Good and Bad Trip...

Tu me soutiens toujours face à la tornade Louise Beauval-Dawson. Tu prends ma main quelque secondes, nos regards se croisent et je peux lire dans le tien, une grande compassion. Mais tu dois me quitter lorsque sonne la cuisson parfaite des écrevisses... Et tout de suite, ma mère se rapproche pour me susurrer :

"J'ai été en boutique, ils ont un modèle absolument ex-tra. Un dos nu, de la dentelle sur le col et sur le jupon, et même un noeud en satin sur la chute de reins... Elle est fantastique. Je t'ai pris un rendez-vous mardi 23 à 17 heures pour que tu l'essaies. Nous irons ensemble."

Visiblement, je n'ai pas le choix. Encore une fois, elle a tout planifié elle même, et a du même te demander de te renseigner quand à mon emploi du temps de la semaine... Sauf que là, je suis épuisée. Je n'ai pas la force de rétorquer et je n'en n'ai pas l'envie non plus.

"Merci Maman."
"C'est tout ? Je pensais que tu serais plus enthousiaste... Je me donne beaucoup de mal tu sais."

Malheur... Si seulement elle savait dans quel état d'esprit je me trouve...

Mais tu me sauves en nous demandant de regagner le salon pour l'apéritif, ce que je m'empresse de faire, disparaissant quelques secondes du champ de vision de ma mère. Bon sang qu'elle plaie ! Je m'assois sur le canapé, et la voilà qui me rejoins de sa démarche tapageuse :

"Quelque chose ne va pas, Eléa ?"

Elle semble soucieuse. Quand à moi, je commence à monter en pression.

"... Non. Je suis simplement fatiguée, tu peux comprendre ça ?"

Elle s'assoit en face de moi. Pas à côté. Ce qui signe que les hostilités peuvent être lancées à n'importe quel moment... Ma mère et moi, on a toujours eu cette relation un peu conflictuelle. Elle essaie de tout gérer lorsque ça me concerne, elle semble croire que c'est pour mon bien... Mais ça ne fait que m'énerver en définitive, parce que je n'ai plus douze ans.

"Qu'est-ce que tu diras quand tu auras des enfants, alors !"

Tu fais irruption dans le salon avec un plateau garnis de divers petit canapés, des olives noires, des anchois et les boissons... Ma mère ne te loupes pas d'ailleurs :

"En parlant d'enfants, quand est-ce que vous vous décidez, tout les deux ? Hein mon gendre ?"

La catastrophe. Moi qui me rêvais une soirée calme, devant un bon petit film, voilà que tout vire au cauchemar parce que tu n'as pas su refuser l'incruste de ma mère... Et ja la coupe sans pitié, d'un ton peut être un peu trop sec :

"Qu'est-ce que tu veux boire ?"
"Un bourbon, chérie. Tu semble contrariée, tu es sûre que ça va ?"

Je dépose bruyamment son verre en face d'elle, lui servant donc le liquide ambré avant de lever lentement les yeux vers elle :

"Je vais très bien, merci."

J'ose un sourire complètement hypocrite, comme le font souvent les filles et les mère qui s'agacent... J'ai susurré ces mots... Et alors elle comprend qu'elle ne doit plus insister, sous peine d'une explosion de ma part qui serait... Un tant soit peu mal venue.

"Chéri, tu veux boire quoi ?"

Que je te demande, essayant de m'occuper les mains et l'esprit, tandis que t'appeler par ton petit surnom me fait un drôle d'effet...



EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 16 Mai - 0:34
Very Good and Bad Trip...Eléa & Nicolas « Un kir, s’il te plaît ! »

Depuis l’arrivée de la tornade, que représente ta mère, je te sens perplexe et très tendue. Non pas que cette situation m’étonne, mais tu m’as l’air plus anxieuse que d’habitude. Peut-être va-t-il falloir que l’on écourte le dîner ? Instinctivement je me rapproche de toi en glissant ma main dans ton dos galbé afin de prendre la relève.

« Oh les enfants… Vous savez… ce n’est pas encore notre préoccupation. Et puis nous avons d’autres projets en tête pour l’instant. À ce propos, mon ange je me suis arrangé avec la Direction de l’hôpital. Nous partons demain matin pour une semaine en Australie. Des vacances te feront le plus grand bien ! »

Au même instant Louise sourit toute contente en me félicitant de mon initiative. Si elle savait ce que j’ai dû faire pour y parvenir…

« Ta valise est déjà bouclée mon cœur ! »

M’empressais-je d’ajouter en déposant un doux baiser contre tes lèvres charnues. Je me doute que la présence de ta mère ne doit pas te ravir, on ne peut pourtant pas la mettre à la porte.

« Vous m’excusez, mais je vais aller vérifier la cuisson de mes écrevisses ! »

Pendant mon absence j’imagine que Louise ne va cesser de lui répéter ô combien je suis le gendre idéal, combien elle est heureuse pour notre mariage…

« Mesdames, il est l’heure de passer à table ! »

Annonçais-je en revenant dans la pièce principale.

« Chérie tu peux venir voir quelque chose dans la cuisine, je crois que le four nous fait un caprice ! »

Faux prétexte je n’ai même pas allumé le four, mais je dois bien te sauver des griffes de ta mère afin de te permettre de respirer. Une fois seul à seul je t’attrape par la taille avant de t’embrasser tendrement.

« Dès que ta mère est partie… Vous êtes à moi, Madame Duval ! »

Murmurais-je en relevant son menton en direction de mon visage. Malgré ces vacances opportunes, je décèle quelque chose d’étrange chez toi ce soir.

« Il y a un souci ? Quelque chose ne va pas ? Tu peux m’en parler, tu sais…» 

© 2981 12289 0
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 16 Mai - 11:12

Very Good and Bad Trip...

Un kir. Tu veux un kir. Alors je te le sers tout en essayant de contrôler mes nerfs et de ne pas jeter ce verre à la figure de ma mère... Si agaçante soit-elle. Elle l'est déjà beaucoup trop à mon goût en temps normal, mais alors là... Dans la situation où je me trouve, je trouve qu'elle est encore pire. Quand à toi, nouvelle parade de ta part pour éviter l'explosion entre nous. Je te regarde répondre à ma mère avec ton plus beau sourire, lui dire que nous avons d'autres projets.

Et la nouvelle tombe.

Un voyage d'une semaine en Australie. Tu as prévenu la direction de l'hôpital, nos congés sont acceptés... Ça pour une surprise. Mais bonne ou mauvaise pour moi, la surprise ? En fait je n'en sais rien... Et je manque de m'étouffer avec le vin blanc que j'étais en train de boire, faisant rouler mes yeux dans leurs orbites avec un air un peu fou. Une semaine avec toi. Seulement avec toi. Depuis combien de temps n'avions pas pu le faire ? Et comment vais-je vivre ces moments à deux alors que mon esprit est hanté par un autre... ? Ma mère se munit tout de suite d'une serviette qu'elle me tend pour que j'éponge l'alcool qui me coule sur le menton :

"Je crois que la nouvelle lui plait, Nicolas. Tu dois être tellement heureuse, ma chérie. Cela va vous permettre de vous retrouver un peu, c'est une bonne chose."

Je chope la serviette et m'essuie rapidement, essayant d'en placer une mais, tu me dis que ma valise est déjà bouclée. Alors je présume que je ne peux de toute façon pas faire machine arrière...

"Merci, chéri... C'est très gentil de ta part."

Sérieusement ? C'est tout ce que je trouve à redire ? Mon futur mari me paye des vacances et moi, je dis juste "merci" ? Louise hausse un sourcil un peu étonnée. Vous savez bien tout les deux qu'en temps normal, j'aurais fais des bonds de lapin dans toute la maison, et que je t'aurais surement sauté au cou... Et puis l'Australie, j'en ai toujours rêvé ! Mais là... Là, je suis paumée. Je ne sais plus comment je dois réagir... Et tu t'en vas dans la cuisine pour les écrevisses, pendant que ma mère me dévisage en silence, l'air suspicieux. Elle sait que quelque chose se trame, mais elle ne sait pas quoi... Et il ne vaut mieux pas qu'elle le sache.

Tu reviens. Toujours aussi radieux. Toujours aussi agréable à regarder... Et tu me demandes de venir voir le four de la cuisine qui semble avoir un problème. Je devine que tu veux simplement que nous nous retrouvions tout les deux durant un instant alors... Je vide mon verre de blanc d'une traite et abandonne Louise tandis que je te rejoins. À peine arrivée dans la cuisine que je me retrouve dans tes bras. Contre toi. Avant, cette chaleur m'aurais réconforté. Là, elle m'étouffe. C'est excessif... C'est excessif parce que je n'ai encore rien fais avec Gabriel, et pourtant, son image me revient sans cesse. Tu m'embrasse avec ta tendresse habituelle, et cette tendresse, celle qui te caractérise tant... Me fais culpabiliser. Encore et toujours plus. Je ne te mérite pas. Tu relèves mon menton et nos regards se croisent. Je réponds par un faible sourire à tes mots explicites, là où j'aurais sûrement voulu te consommer dès l'instant même où tu les aurais prononcés... Je suis bien trop différente pour que tu ne t'en aperçoive pas.

Et tu finis par poser la question qui retourne mon estomac.

Qui me fait baisser les yeux quelques secondes, avant que je ne les relèvent pour te mentir :

"Je suis simplement exténuée. Je pense que ces vacances vont nous faire du bien. Merci pour tout, mon coeur."

C'est à mon tour de t'embrasser, me hissant sur la pointe des pieds pour entourer mes bras autour de ton cou tout en déposant mes lèvres sur les tiennes. J'essaie de paraître naturelle, mais ces gestes me clouent au sol... Alors je m'écarte un peu de toi, osant un léger sourire :

"On y va avant qu'elle ne s'impatiente... Plus vite elle sera partie, mieux ce sera pour tout le monde."

Et je rejoins la salle à manger, souriante à nouveau, enterrant les démons qui me dévorent au plus profond de mon être.


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mar 16 Mai - 22:41
Very Good and Bad Trip...Eléa & NicolasTa silhouette élancée et svelte s’éloigne peu à peu de mon regard. Le déhanchement de tes courbes mêlé à ce regard enjoliveur… Hmm…. Je m’en mords les lèvres. Je suis fiancé à la plus exquise et plus atypique des femmes. Je crois bien qu’avec une autre je m’ennuierai… Bien évidemment que le côté routinier s’est installé entre nous, mais pour rien au monde je ne changerai mon quotidien. Malgré nos disputes musclées, nos coups de gueule et nos regards remplis de défi, nous sommes encore ensemble. Je me souviens qu’une fois le voisin était venu toquer à notre porte afin de nous demander de baisser d’un ton… Le pauvre il pensait que je lui faisais sauvagement l’amour. Mais non, c’était juste une dispute de couple tout bonnement.

Le dîne se déroule sans trop d’encombres enfin… Sans trop de dérapages de la part de ma chère belle-maman. Bien sûr qu’elle ne cesse de nous rabâcher qu’elle heureuse pour nous, notre mariage et évidemment ses futurs petits-enfants… J’ose à peine imaginer l’état dans lequel elle sera lorsqu’on lui apprendra que tu es enceinte. Une mère furie et envahissante. Voilà ce que l’on va mettre au monde, neuf mois avant ton terme. J’imagine aussi qu’elle débarquera et appellera à tout bout de champ… Déjà que tu la supportes mal, mais dans ces conditions, mon beau-papa ne sera pas de refus.

[Quelques heures plus tard]

Une fois la porte claquée, la belle-mère repartie nous peuvent enfin souffler quelques instants.

« Je vais m’occuper de la vaisselle, tu n’as qu’à prendre un bon bain chaud, je suis certain que cela te fera le plus grand bien ! »

Ton regard fatigué et perdu me perturbe, si bien que je repose les assiettes afin de m’approcher de toi, t’attraper par la taille avant de nous faire asseoir l’un contre l’autre.

« Il y a un problème mon ange ? Si le voyage ne te plaît pas, je peux annuler, tu sais… »

Je n’arrive pas à percevoir ni comprendre, mais ton comportement m’intrigue de plus en plus. Bien évidemment que la fatigue plus la présence inopinée de ta mère joue dessus lais là…. J’ai l’impression que le problème demeure plus profond et personnel.

« Il y a un problème avec Léa ? D’ailleurs je l’ai vu aujourd’hui… Elle m’a vaguement parlé de votre dernière virée entre filles… »

Bon j’avoue que j’ai à moitié écouté ce qu’elle me disait. Entre ses histoires de soutien-gorge, de mec, de shopping et manucure… J’écoute d’une oreille, durant la pause café. Elle est bien gentille la Léa, mais parfois elle m’exaspère un peu à toujours me parler des dernières tendances de mode, vacances… En plus lorsque j’ai évoqué le fait de partir une semaine avec toi, elle a légèrement grogné.

« Enfin tu connais Léa… Elle parle toujours de trop… Elle parle, mais ne dit rien d’intéressant. Enfin à part votre dernière soirée, rien de bien intéressant. Ah si elle a rencontré un mec “canon” apparemment… Je ne sais plus comment il s’appelle… Enfin je n’ai pas vraiment écouté son histoire… »

© 2981 12289 0
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Mer 17 Mai - 16:46

Very Good and Bad Trip...

Durant tout le repas, j'essaie d'éviter les questions à réponses gênantes, tant bien que mal... Louise est une véritable machine à problèmes. Plus elle pose de questions, plus elle fait la discussion et plus je m'embourbe dans la culpabilité... Parce qu'au fond, elle a raison : je suis fiancée à un homme parfait. Je n'ai rien à te reprocher si ce n'est que ces derniers temps, tu t'es concentré sur ton travail... Et que la routine nous a tout simplement bouffés. À part ça, je n'ai rien à redire... Tu es et as toujours été une perle avec moi. Seulement voilà, ce qui m'arrive, c'est quelque chose d'inexplicable... J'ai rien demandé, tu sais. Rien. Ça m'est tombé dessus trop vite, j'ai rien calculé, rien anticipé... Et maintenant, je crève de désir pour un autre que toi... Allant jusqu'à me demander quels sont réellement mes sentiments pour toi à l'heure d'aujourd'hui... C'est grave, non ?

Quand ma mère disparait de la maison, je ne peux m'empêcher de soupirer d'aise, me sentant alors libérée d'un poids (bien que très léger, le poids...). Je suis en train de faire de ma vie un désastre, sans même pouvoir contrôler quoi que ce soit. Toi, comme d'habitude, tu penses à moi, tu me proposes d'aller prendre un bain pendant que tu gères la vaisselle, ce à quoi je réponds avec un haussement d'épaules :

"Tu en as assez fait pour ce soir, chéri. Je vais m'en occuper."

Je veux me lever pour commencer à ranger, mais tu viens près de moi, et je me rassois presque aussitôt face à ta mine inquiète. Ta main se faufile le long de ma taille et tu me rapproche de toi, me demandant alors si c'est le voyage qui me déplais... Tu proposes même d'annuler, si c'est ce qui me tracasse mais... Putain c'est tellement plus compliqué que ça ! Et toi, qui te plies en quatre pour me satisfaire ! Toi qui ne te doutes de rien... Et moi qui suis en train de prendre deux mecs pour des cons par pur égoïsme... J'ai envie de disparaître. Loin de vous. Pour éviter de faire plus de mal...

"... C'est pas ça. J'ai..."

J'ai rencontré un autre homme, et je crois que je vais faire une bêtise. Allez, lances toi Elea Dawson...

"Ça me fais plaisir, c'est même une très belle surprise."

Et donc ?

"Le boulot c'est difficile en ce moment... Je crois... Je crois que c'est vraiment bien qu'on parte tout les deux."

Et voilà, encore une fois, je n'ose pas te parler du véritable problème. Je me demande d'ailleurs si j'y parviendrais un jour, en réalité.

"N'annules pas... Merci encore, chéri."

Je t'embrasse chastement, avant de me lever pour commencer à débarrasser le reste de la table. Rester inactive, c'est pire que tout... Et je ne sais comment ça se fait, mais tu commences à me parler de Léa. Et là... Là, j'ai des sueurs froides. Tu me parles des bribes de ce que tu as retenu de notre dernière soirée, à elle et moi... Elle t'a parlé de Gabriel.

La salope, c'est pas vrai !

Les couverts m'échappent des mains, produisant un boucan du diable sur le carrelage de la cuisine. Ma gorge se serre. C'est en réalité la pire connasse qu'il soit, ou je ne m'y connais pas... Quel prétexte va t'elle me sortir cette fois, pour rester dans mes bonnes grâces ?

"C'est... C'est du Léa quoi. Elle parle toujours beaucoup, tu le sais. Son côté commère, sûrement."

J'ai voulu être plus crue, plus... Vulgaire, mais je me suis retenue. Je m'éloigne vers l'évier où je lâche peut être un peu trop sourdement la vaisselle. Je ne vais pas la louper, c'est moi qui vous le dis... Comment peut-elle me faire ça ? Pour le coup je ne t'ai pas répondu, quand à la qualité de la relation que j'entretiens avec elle en ce moment et je m'en veux un peu... Je ne voudrais pas qu'en plus de tout ça, ce soit à cause d'elle que tu te doutes de quoi que ce soit...

Je suis pétrifiée à l'idée que tu l'apprennes. Pour de vrai.

Je n'imagine même pas le mal que tu pourrais ressentir... Et ce n'est pas ce que je souhaite, car contrairement à moi, tu es une bonne personne... Alors pour m'éviter de craquer, je passes mes nerfs sur la vaisselle, commençant à laver le tout avec des gestes quelque peu énergiques, mais toujours en silence.


EXORDIUM.
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lettre ouverte au président Nicolas Sarkozy
» Yann décide de se ranger(Florian et Nicolas)
» Trip à trois!
» Plizyè Depite Chanm bas la se gason makomè selon depite Nicolas Descotes
» 1.06 All Good Things Must Come to an End

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Les RPs-
Sauter vers: