Elle a les yeux revolver {Charlotte & Thimothée}

 :: Paris je t'aime :: Quartier Sud-Est Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Mar 23 Mai - 18:41
Charlotte & Thimothée

       


Le fait de discuter avec la charmante blonde, n'a pas le moins du monde aidé Tim à se l'ôter de la tête. Tout au contraire. Parce que maintenant, il connaît son prénom, le son de sa voix et visualise très légèrement son caractère. Le problème dans tout ça, c'est qu'elle lui plaît de plus en plus. Et ça ne l'étonne pas tellement. C'aurait été dommage d'être aussi incroyablement belle ... Mais chiante à crever. Le problème avec tout ça, c'est qu'il n'a pas eut l'occasion de la croiser de nouveau. Et il craint que ça n'arrive pas avant un bon bout de temps. Parce qu'elle a prit la fuite comme d'habitude et n'a pas eut l'air de vouloir s'attarder plus longtemps auprès du brun. Ce qui a le don de le travailler depuis ce soir là. Il ignore si le souci c'est lui. Ou si elle fuit vraiment tout le monde de cette façon.

Peut-être qu'il ne saura jamais. Si elle s'applique à ne plus jamais le croiser, peut-être qu'ils en resteront à cela. Il a touché la jolie bulle du bout des doigts et l'a probablement faite exploser. Bizarrement, l'idée lui serre le coeur. Alors même qu'il ne la connaissait pas et ne la connait toujours pas vraiment cette fille. Elle l'intrigue et l'attire depuis un bon moment. Mais il est évident que ça ne fait pas tout. Surtout si ce n'est pas réciproque. Rien n'est là pour lui donner une réponse à cette question. Si oui ou non, cette attirance est partagée. Ce n'est pas impossible qu'il soit le seul crétin dans ce délire. Il n'est peut-être pas son genre du tout. Parce que pour le coup, on ne peut nier que le tatoué est un genre bien précis. De ceux qui ne plaisent pas à tout le monde.

Comme trop souvent, il est encore en train de penser à elle quand il l'aperçoit. Au bout d'un rayon. Le truc le plus con de la terre. Ce n'était pourtant jamais arrivé qu'ils se rencontrent dans un endroit aussi basique. Du coup, elle n'est pas vêtue comme une véritable princesse ou une femme de la haute société. C'est une personne normale. Tout aussi attirante ceci dit. Il n'y a pas à dire, elle a vraiment un truc cette fille. C'est un problème. Charlotte ? Il ose l'interpeller après s'être un peu plus approché d'elle encore, panier de courses dans une main.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Mar 23 Mai - 20:55

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Et dire qu'il y a trois ans, j'aurais déjà été quelque part au soleil pour prendre de vraies vacances loin de la pollution parisienne, loin de ma bien-aimée métallique mais au lieu de ça, je suis au milieu d'un supermarché bondé, perdue entre les fruits et les légumes. Occupée à suivre la liste laissée sur mon téléphone par mes frères et soeurs, je ne prête même pas attention à la mauvaise humeur ambiante. Je n'ai jamais été particulièrement attirée par les courses hebdomadaires. C'est le cliché parfait de la bonne mère de famille qui me gêne. Un costume taillé trop grand qui me gêne aux entournures. La tête ailleurs, comme souvent depuis ma discussion avec Thimothée, je ne regarde même pas vraiment où je vais. J'attrape un tube de mousse à raser par automatisme, m'attarde sur le shampoing et continue jusqu'à un autre rayon, obnubilée par les paquets de gâteaux qui s'étendent devant moi. J'ai cette chance d'avoir un métabolisme qui me permet de manger n'importe quoi sans jamais prendre un seul gramme. Et puis encore une fois, mes pensées dérivent vers le ténébreux, je pense à sa voix et à son parfum. J'imagine ses dessins, ce qui le passionne tant. Je suis au bord de l'obsession. Je me questionne sur lui, sa famille et même sur un éventuel couple. Je repense à son dernier compliment, celui qui m'a fait fuir mais qui m'a paradoxalement tellement séduite. Et puis j'entends mon prénom dans mon dos. Je ne me retourne pas dans un premier temps, plus habituée à mon surnom qu'à mon prénom et surtout, trop perdue dans mes pensées. Finalement, je reconnais cette voix, tellement occupée à l'imaginer, j'en ai perdu le sens des réalités. Une main sur ma gorge, je regrette de ne pas avoir poussé l coquetterie jusqu'à faire un effort vestimentaire pour faire les courses. Mais j'étais loin de me douter que je me retrouverais face à celui qui occupait mes pensées depuis une bonne semaine maintenant. « Oh excuse-moi, tu m'as fait peur. Je m'attendais pas à te croiser là. » Et je me retrouve surtout gênée, je dois avoir le même regard qu'une biche prise dans les phares d'une voiture. Je ne me serais pas attendue à le croiser là, prise au dépourvu. Je passe une main dans mes cheveux pour me recoiffer discrètement, j'aurais aimé disparaître et instinctivement, je me place devant le chariot pour éviter d'en dévoiler le contenu, éviter les questions malaisantes. Et je me concentre sur lui au final, surprise de le retrouver dans un lieu aussi banal alors que j'avais passé mon temps à penser à lui depuis notre dernière visite en imaginant des dizaines de scénarios pour notre prochaine rencontre, il avait réussi à m'intriguer et au final je n'avais pas arrêté de penser à lui, il était exactement comme je l'imaginais et surtout, il m'avait donné envie de le découvrir alors que j'étais sensée le fuir et encore une fois, il me prenait au dépourvu. 
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Mar 23 Mai - 23:26
Charlotte & Thimothée

       


La situation semble particulièrement incongrue. Il a l'impression de faire un pas énorme en avant, en la découvrant dans une situation qu'il juge presque intime pour le coup. Parce qu'elle est en train de faire ses courses. D'acheter des produits pour chez elle. Dans son intimité, vraiment. C'est complètement idiot de penser ainsi mais du coup ça lui donne un air encore plus humain. Ça casse le côté "mystérieuse" et presque irréelle. Mais absolument pas dans un mauvais sens. Elle a juste l'air plus abordable. En tout cas, bien plus qu'au cours de cette fameuse soirée où elle l'a d'abord envoyé chier. Pour, en fin de compte, s'enfuir. Un peu à la Cendrillon. Mais c'est un rôle à sa hauteur. C'était désagréable pour lui, parce qu'il a un brin été frustré. Mais en même temps, il a aimé ça. Il doit être un peu maso sur les bords.

Je suis désolé de t'avoir fait peur. Il s'excuse le plus sincèrement du monde. Parce que ce n'était pas du tout le but, de l'effrayer. Et qu'il le regrette donc vraiment. Mais ce n'est pas non plus si grave que ça. D'autant que ça n'a pas l'air de lui filer l'envie de fuir comme elle sait pourtant si bien le faire. Parce que d'habitude tu t'attends à me croiser ? Non, bien sûr que non. Elle ne s'attend certainement jamais à croiser sa route. Et dans le fond, peut-être qu'à tous les coups elle est agacée. Si elle fuit comme ça, c'est peut-être parce qu'elle n'a pas la moindre envie d'avoir à le supporter. Difficile de le savoir. Parce que le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils n'ont pas souvent eut l'occasion de discuter tous les deux. Et que là encore, elle donne l'impression de vouloir ériger un mur entre eux. Un truc aussi épais que possible.

Il le voit rien qu'à la façon qu'elle a de se placer entre son caddie et lui. Comme si elle refusait qu'il puisse poser les yeux sur son contenu. Pas parce qu'elle cache quelque chose -il ne voit pas ce qu'elle pourrait cacher !- mais parce qu'elle ne tient tout simplement pas, encore une fois, à le voir trop entrer dans sa "vie privée". Encore une question de barrière à ériger coûte que coûte entre eux. J'vais pas te voler ton chariot, tu sais ? D'accord, la plaisanterie est complètement stupide. Mais il a ce besoin constant de désamorcer les moments de gêne. Parce qu'il la voit arriver là. Elle pointe sournoisement le bout de son nez. Et ça l'emmerde vachement parce qu'il a vraiment envie d'un truc avec cette fille. Il n'a aucune idée du genre de truc, très précisément. Mais un truc.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Mer 24 Mai - 14:28

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Ailleurs, comme souvent ces derniers temps. De nature rêveuse, ce trait de caractère n'a fait que s'accroître depuis ma dernière discussion avec Thimothée. Je lui imagine des dizaines de qualités, tente de me convaincre de vingtaine de défauts que je m'attache à démonter à chaque fois. Je lui imagine tout un caractère alors que je dois être bien loin des réalités. Et puis, comme d'habitude, je m'attarde à chaque coin de rue pour prendre des photos, toujours avec mon hybride sous la main. Je me sens plus inspirée par le retour des beaux jours dans la capitale, ce qui ne me pousse que davantage à m'évader, me perdre dans mes pensées et même au supermarché, je suis ailleurs. Je suis distraitement la liste devant mes yeux quand j'entends quelqu'un m'interpeller. Et pas n'importe qui. J'aurais aimé pouvoir m'échapper à ce moment mais au lieu de ça, je me retrouve nez-à-nez avec le ténébreux, celui qui encombre mes pensées quotidiennes depuis notre dernière rencontre, celui que je m'acharne à fuir comme la peste pour le danger qu'il représente. « Non, bien sûr que non mais c'est plutôt original comme lieu de rencontre, enfin tu vois ce que je veux dire. » Je le détaille, détaille sa tenue pour relever la subtile différence entre son dressing quotidien et les tenues habillées qu'il sort habituellement quand on se croise au milieu des soirées du beau milieu parisien. Et je me remercie silencieusement d'avoir poussé l'élégance jusqu'au détail de ma tenue malgré la banalité de la journée qui s'annonçait. Même mon jean basique est assorti à une chemise masculine siglée, et mon maquillage de soirée a laissé place à un maquillage presque inexistant. J'ai troqué les talons que j'arbore à chacune de nos rencontres pour une paire de mocassins qui marque la différence entre sa taille et la mienne, ça le rend encore plus inaccessible, il est d'autant plus intimidant.  « On sait jamais, j'ai mis un euro dedans quand même. » Je hausse les épaules en élargissant mon sourire, réprimant un petit éclat de rire. Je suis plus à l'aise que ce que j'aurais dû être, comme si cette rencontre apportait une dimension plus réelle à notre absence de relation. Je n'ai pas d'échappatoire de toute façon à ce moment précis. Je me décale légèrement du chariot. C'est vraiment bizarre de se retrouver avec un presque étranger aussi attirant dans une scène aussi banale. Et je me mets directement à remercier le ciel d'avoir glissé la mousse à raser de mon frère sous un tas de sachets en kraft, ça aurait été beaucoup plus gênant et je n'ose même pas imaginer ce qu'il aurait pu croire. Je m'empresse de ranger mon téléphone dans mon sac de créateur, cachant ainsi la liste qui pourrait éveiller sa curiosité. Des gens se pressent autour de nous mais je n'y fais même pas vraiment attention, trop obnubilée par l'homme qui se tient face à moi jusqu'à sentir une personne me bousculer, me forçant à me mettre sur le côté pour ne déranger personne. « Je vais continuer à faire mes courses parce que je crois qu'on gêne au milieu de l'allée. » Peut-être qu'il prendra cette excuse comme une énième fuite alors que je suis juste trop lâche pour lui proposer d'avancer avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Jeu 25 Mai - 21:39
Charlotte & Thimothée

       


Elle a tout à fait raison sur le fait que c'est étrange de se croiser dans un lieu pareil. Eux qui ont plus l'habitude de ne se voir que dans des endroits de fête ou qui accentuent le côté mystérieux de la jolie blonde. Quand elle est bien habillée, bien coiffée et bien maquillée. De cette façon qui lui file une aura absolument irréelle et qui, du coup, le rend toujours plus accro. Lui, pauvre âme qui se laisse tomber devant elle et pour elle. Ceci dit, on ne s'est pas croisés dans le rayon du papier toilette. Là, ç'aurait été encore plus bizarre. En soit, pas bien grave non plus pour autant. Parce que -Flash Info- tout le monde va sur le trône ! Il tente de détendre un peu l'atmosphère en faisant remarquer qu'il n'a aucunement l'intention de lui voler son chariot de courses.

Et rit aux éclats après une brève hésitation marquée par la surprise, suite à sa réponse. Il ne fait pas semblant de rire. Il la trouve réellement amusante ! Et c'est d'autant plus agréable, qu'il n'avait jamais pensé au fait qu'elle pourrait effectivement l'être. C'est vrai. Je n'avais pas du tout pensé à ce détail. Il fait son mea culpa, le sourire au coin des lèvres parce que ça l'amuse toujours beaucoup. Et bizarrement, il se crispe un peu à l'idée de la voir s'éloigner de nouveau de lui. Comme elle sait si bien le faire. Comme ça a été le cas la dernière fois qu'ils se sont croisés, il a envie de la retenir coûte que coûte. Et tout ça pour ne grapiller qu'une poignée de minutes en sa compagnie. Et si on faisait un bout de chemin ensemble ? Il propose le plus spontanément du monde.

Sans doute un peu trop. Il affiche une petite moue gênée. Dans le magasin je veux dire. Pour faire les courses ... Il précise. Parce qu'elle pourrait croire qu'il est en train de lui faire des avances. Et oui, ça pourrait bel et bien être le cas vu comme elle l'intrigue et l'attire. Mais elle n'a pas l'air sensible à ce genre d'approche. Peut-être même que l'attirance n'est pas réciproque. Et si c'est ainsi, il n'a pas très envie de se prendre le râteau du siècle. Pas venant d'elle en tout cas. C'est qu'il préfère encore avoir un truc quasi inexistant avec elle, que plus rien du tout parce qu'elle aura prit la fuite !

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Jeu 25 Mai - 22:08

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Il a ce regard spécial, celui qui fait se sentir différente et je trouve ça d'autant plus touchant. Ce regard qui rend jolie alors que je me sens juste banale, ordinaire. Et l'espace d'un instant, je me demande si il regarde toutes les femmes de cette manière ou si j'ai vraiment quelque chose de spécial pour lui. J'aimerais pouvoir me glisser dans son cerveau et connaître la manière dont il me voit mais finalement, je fais un récapitulatif de toutes nos rencontres, et je me dis qu'il n'a certainement pas le temps pour suivre toutes les filles de Paris, ça me rassure alors que je ne cesse de me convaincre du contraire. Je tente de me rassurer sur ma réaction. C'est un bel homme, il est mystérieux, il n'est pas avare de compliment, il est charismatique et n'importe quelle femme sensée se retournerait sur son passage. Mais je sais très bien qu'on a ce truc différent tous les deux, une connexion spéciale, ce détail qui rend notre relation spéciale. Cette chose qui me fait appréhender chacune de mes fuites en espérant qu'il ne se lasse pas de me courir après, qu'il ne passe pas à une autre cible. Mais quelque part, je sais que ça arrivera parce que je suis simplement incapable de lui montrer à quel point il peut me plaire et combien ça me coûte de toujours l'éviter par peur de son jugement, par peur de son simple rejet. « Ou au rayon des couches pour incontinence, tu aurais vraiment eu de quoi te poser des questions. » Et son sourire en coin après ma vanne de bas étage, élargit mon sourire. Je ne sais pas il a pu me trouver vraiment drôle ou si c'est plus un rictus. Mais je m'en contente. « Et sincèrement, j'aurais la flemme d'arpenter à nouveau le magasin pour choisir des bananes et du poisson frais, alors je vais le garder si ça ne te dérange pas, par économie de temps. » Il faut dire que j'avais d'autres passions dans la vie que faire les courses pour deux gloutons, et une bouche exigeante. Et alors que je m'apprêtais à continuer seule mon chemin par manque de courage, il me fait la proposition que j'attendais désespérément, et de manière plutôt ambigüe. J'aurais pu lui répondre de manière aussi précipitée et enjouée que je le suis où il veut, et avec un immense plaisir mais j'ai encore l'hémisphère gauche de mon cerveau en état de fonctionnement qui me convainc de rester sur ma réserve. Alors qu'il doit prendre ma froideur pour un rejet, j'ai juste envie de lui confier que je m'en sers comme ultime carapace. Il a ce côté rassurant, celui à qui j'ai envie de confier mes secrets, celui qui me donne envie de poser les armes et me blottir dans ses bras l'espace d'un instant, juste le temps de souffler mais au lieu de ça, on se contente de se suivre poliment au milieu d'un supermarché. « On commence par quoi ? » Je le regarde en commençant à pousser mon chariot, tentant de me remémorer les quelques produits manquants de ma liste. On pourrait nous prendre pour un couple en ménage depuis longtemps qui se contente de faire des courses mais on est loin de cette banalité, plaisante à imaginer. Un aperçu agréable d'une réalité intouchable.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Jeu 25 Mai - 22:47
Charlotte & Thimothée

       


Il se sent complètement fondre face à la jeune femme qui ne lui a jamais paru aussi détendue qu'en cet instant. Aussi "accessible" non plus. Et ça, ça vient probablement du fait qu'ils se trouvent effectivement dans un lieu pour le moins basique. Ca casse un peu le côté mystique de la blonde, en lui offrant plutôt des airs de personnes normales. Du moins, si on peut considérer une personne aussi incroyablement belle, "normale". Oh, j'aurais fait mine de rien, si ça peut te rassurer. Mais s'ils s'étaient croisés dans un tel rayon, c'est que lui même aurait été en train de chercher ces fameuses couches. Or, il n'a aucunement besoin de ça. Une telle rencontre aurait donc été impossible dans tous les cas. Mais il se garde bien de le lui faire remarquer. Ce n'est pas tellement important, en comparaison du reste. Du fait qu'elle soit là, juste devant lui, dans ce foutu magasin.

Oh non ça m'dérange pas, t'inquiète, tu peux le garder ! Il fait mine de répondre le plus sérieusement du monde. Comme si ça comptait réellement, son avis. Ou ce qu'il pensait de ça. Enfin qu'importe, il se contente de rebondir sur sa plaisanterie. Parce qu'il aime bien ça, plaisanter avec elle. Et la légèreté de la conversation qui va avec du coup. Tu ne prends donc aucun plaisir à faire tes courses ? Pourtant je trouve ça chouette moi. Le pire, c'est que c'est vrai. Il aime bien ça pour sa part. Arpenter les rayons à la recherche des bonnes affaires. A la recherche des produits dont il a le plus besoin. Mais il sait que tout le monde n'est pas comme lui. Au contraire même. Peu de gens apprécient de devoir faire ce qu'ils appellent une véritable corvée !

T'es déjà passé dans les gels douches et shampoing ? Je n'ai fait que les fruits et légumes pour l'instant. Comme pour le prouver, il lève un peu plus haut son panier dans lequel se trouvent pas mal de produits frais. C'st drôle comme le contenu de son panier est coloré, en comparaison de lui même qui ne porte que du noir, avec ses tatouages noirs, ses cheveux noirs et ses yeux presque tout aussi noirs. Bref, c'est un adepte de cette noirceur. Mais pas dans son assiette ! Tandis qu'ils évoluent dans les rayons ensemble, l'idée qu'ils puissent passer pour un couple, frappe le tatoué qui se fiche pas mal de ça. Ou plutôt, ça lui conviendrait du tonnerre qu'on les image ensemble.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Dim 28 Mai - 18:55

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




J’aurais pu encore trouver une excuse pour m’éclipser et éviter notre rencontre, aussi fortuite soit-elle mais j’ai décidé de rester et faire tomber encore quelques barrières imaginaires. La simplicité du lieu aide aussi à me détendre, bien que je reste sur les gardes quant au contenu de mon chariot. J’ignore ce qu’il peut imaginer face à un caddie aussi plein mais il a l’élégance d’éviter les commentaires. J’ai peur qu’une seconde il tique sur certains détails, qu’il fasse demi-tour et parte très loin, très vite en prenant compte de mes responsabilités, de la famille assez peu orthodoxe dans laquelle j’évolue. Comme les autres avant lui, comme la plupart de ceux que je considérais comme mes amis. Les joies du beau milieu parisien. Ils sont présents dans les moments les plus simples, pour enchaîner les évènements mondains et les soirées branchées mais leur téléphone est en mode avion quand il y a la moindre complication. Je me suis détachée de la plupart de ces gens-là après le décès de mes parents, pour davantage me rapprocher de ma famille et de mon cercle restreint. Les garçons avec qui j’ai tenté de construire une relation plus durable qu’une simple série de nuits ont gentiment mis un terme à notre liaison dés qu’ils ont su pour mes frères et sœur. Tim doit être le même genre de mec, celui qui est trop jeune pour s’amarrer à une femme et encore plus à une femme qui s’est retrouvée mère de famille par la force de la vie. Je me perds dans mes pensées, je perds le fil de notre conversation en ressassant les refus auxquels j’ai fait face, ceux qui ont nourri ma méfiance mais sa voix me sort de mes pensées, m’arrache un sourire. « Trop aimable de ta part. » Je fais mine de lever les yeux au ciel, ce n’est pas le genre de rayon dans lequel je m’arrête à part pour les protections mensuelles féminines et ça aurait été tout aussi gênant de le croiser dans ce genre de situation. J’aurais probablement couru dans l’autre sens et après avoir imaginé qu’il voulait me fuir pendant près d’une semaine, je l’aurais fait fuir pour une bonne raison. « Ça dépend quelles courses, j’aime le shopping et puis, je vais te faire une confession. Je suis une énorme victime du marketing. » Je n’allais pas lui avouer que faire les courses pour quatre personnes dont deux énormes estomacs n’était pas ce qu’il y avait de plus drôle. Et mon plus gros défaut était probablement mon attrait pour les jolis packagings, je pouvais passer des heures dans le supermarché pour traquer les emballages sympas et bien pensés. « Non, pas encore, j’y allais justement. » De manière générale, je privilégiais toujours les produits frais, ce qui compliquait pas mal ma vie de parisienne. Je me donnais une journée pour faire le tour des commerces de quartier et clôturer les courses pour la semaine. Souvent, avec l’aide de ma petite sœur qui avait laissé tomber pour cette semaine, et heureusement parce que j’aurais été incapable d’expliquer la présence de ma petite sœur sans devoir mentir un petit peu. J’étais le genre de femme à privilégier le corps sain pour l’esprit sain. Acheter ses fruits et légumes chez le primeur, la viande chez le boucher, le fromage chez le fromager et le vin chez le caviste. Rien de très fun mais Thimothée avait l’air, au vu de son panier, de partager ma vision des choses. Il marquait encore de bons points, pensée que je chassais alors que je tournais dans le rayon des soins corporels.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Dim 28 Mai - 22:44
Charlotte & Thimothée

       


Il lui offre spontanément un joli sourire amusé, quand elle se moque un peu. Trop aimable de ta part. Il fait mine de prendre ça très au sérieux. Mais il n'est pas idiot au point de ne pas entendre l'ironie qui pointe dans le son de sa voix. Il lui en faut simplement beaucoup, pour le heurter véritablement. Parce que c'est ainsi. Il est un peu dans les nuages la plupart du temps Tim. Alors la méchanceté de certains n'arrive pas jusqu'à lui. Mais il n'est vraiment pas imperméable à l'humour. Et il apprécie réellement celui que la jeune femme dévoile de plus en plus en sa compagnie. Je suppose que c'est une déformation professionnelle ça. En tout cas, ça s'en rapproche pas mal. Lui même se rend parfois compte qu'il titille sur des conneries, à cause justement de son métier qui parvient d'une certaine façon à le pousser à ça. Il est beaucoup trop pointilleux pour son propre bien et il en est conscient. Sans pour autant être capable de faire autrement. Mais c'est déjà bien qu'il en soit conscient paraît-il. Puisqu'on est dans les petites confessions ... Moi j'aime bien tous les genres de magasins. J'aime réfléchir, tripoter puis acheter. C'est un drôle de sentiment de contrôle qui vient avec ça. Cette impression qu'un choix de sa part sera capital. C'est idiot, certainement. Mais c'est vraiment ainsi que ça fonctionne dans son esprit.

C'est donc finalement ensemble qu'ils se rendent tous les deux au rayon des produits d'hygiène. Alors que ça aussi, c'est quand même vachement personnel. De voir ce que l'autre utilise pour se laver le corps. Et en parlant de corps et de produits d'hygiène, il se porte volontaire pour venir lui frotter le dos si jamais. Oui, son esprit commence sérieusement à dévier et il ne fait plus rien pour l'en empêcher. Parce que c'est quand même agréable de fantasmer sur un femme aussi belle qu'elle, elle l'est. C'est sans se poser de question qu'il récupère ce dont il a besoin. Déodorant et gel douche. Sans pouvoir s'empêcher de l'observer du coin de l'oeil. C'est moche d'être curieux. Mais là, c'est vraiment plus fort que lui. La dernière fois qu'ils ont physiquement été proches l'un de l'autre tous les deux, elle portait du parfum. Une odeur plaisante mais qui dissimulait celle de sa peau. Et il est curieux de savoir ce qu'elle sent vraiment. Bientôt, il passera vraiment pour une sorte de pervers bizarre qui fait une fixette sur des choses que personne d'autre ne remarque.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Lun 29 Mai - 16:29

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Depuis toujours, je fais une fixation sur les choses les plus futiles. Ça a commencé quand j’étais toute petite, j’épuisais mes parents avec toutes mes questions trop avancées pour une fillette de mon âge. Je m’interrogeais sur absolument tout ce qui pouvait paraître inutile aux yeux des autres personnes. Ma curiosité était un fait avéré, j’aimais tout savoir et je ne me lassais pas de découvrir des choses. C’était ce qui m’avait d’ailleurs poussé vers la photographie au départ, ce qui nourrissait ma curiosité, ce qui l’attisait encore davantage parfois. Et puis il y avait eu ma passion pour l’architecture et la décoration d’intérieur, amorcée par la photographie et les rues parisiennes. L’école d’architecture que j’avais dû abandonner à mon grand désespoir au décès de mes parents. J’avais longtemps hésité entre un cursus orienté vers le marketing et l’architecture mais l’influence parentale avait finalement choisi pour moi. Mais je n’en restais pas moins passionnée par la communication et la publicité, d’où ma passion pour les emballages, les spots télé et tout ce qui touchait au marketing de manière générale. J’avais trouvé un nouveau sujet pour ma soif de curiosité, et le ténébreux avait réussi à attiser mon intérêt pour sa personne. Je me posais des dizaines de questions sur lui, ses habitudes, ses passions, sa famille, son histoire et même son caractère. Il avait éveillé ce que j’avais pensé disparu au décès de mes parents. Cette petite boule au ventre spéciale qui me rassurait sur le fait que je n’étais plus simplement une enveloppe vide, c’est ce sentiment qui m’avait poussé dans mon envie de le revoir, pouvoir le toucher à nouveau, pouvoir lui parler et en découvrir plus sur lui. Et pourtant, cette nouvelle rencontre fortuite m’angoissait au plus haut point, le côté ordinaire de la chose me détendait et nous permettait de passer certaines barrières. « Je crois aussi, enfin ça n’aide pas en tout cas. » Mais bizarrement, depuis que j’avais commencé à travailler au bon marché, j’avais étrangement diminué considérablement mon budget shopping mensuel. J’avais toujours eu tendance à beaucoup acheter, et toujours de belles pièces mais mon addiction aux vêtements avait chuté ces dernières années. « Tu dois rarement acheter sur internet alors, enfin c’est plus compliqué pour tripoter. » C’était une autre conception, pour ma part, je perdais rapidement patience dans les magasins bondés de la capitale parisienne. Alors j’admirais sa patience, et je décelais encore là une caractéristique de sa passion pour la mode dont on avait parlé tous les deux. On bifurque sur le rayon de l’hygiène et je choisis mon shampoing habituel d’une marque australienne que je choisis plus pour son odeur que pour ses effets réels. Un coup d’œil sur son gel douche et j’esquisse un nouveau sourire en m’apercevant qu’il utilise le même produit que mon frère, j’en attrape un flacon aussi que je fourre dans mon chariot. « Mon frère utilise le même gel douche. » Et j’évite de m’attarder davantage sur ce sujet délicat pour ne pas trop en dire. Je lui passe devant pour prendre un gel douche pour bébé, le plus basique qu’il y ait pour ma sœur et moi. « On doit aller où maintenant ? » J’avance avec mon caddie au travers du rayon, m’attarde sur certains produits à l’étiquette sympa en attendant notre prochaine escale et je me surprends à apprécier cette situation, à vouloir la voir s’éterniser. Je surprends certains regards sur nous, et j'imagine leurs pensées, leurs questions. D'un point de vue extérieur, nous devons simplement ressembler à un couple étrangement assorti, deux opposés que tout attire, un peu comme le yin et le yang et j'aime cette sensation.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Lun 29 Mai - 18:30
Charlotte & Thimothée

       


Tim ne sait même pas s'il est supposé dissimuler la franche curiosité que suscite la jolie blonde chez lui. Ou s'il est en droit de la dévoiler au grand jour, sans risquer de passer pour un véritable fou. La vérité, c'est qu'à chaque fois qu'ils se croisent tous les deux, elle l'intrigue un peu plus encore que toutes les fois précédentes. Parce qu'elle dégage toujours plus de choses. Et que, tout simplement, elle accepte d'en dévoiler toujours un peu plus. Enfin, il ose quand même espérer que c'est volontaire de sa part. Qu'elle ne se dévoile pas, sans s'en rendre compte. Parce que si elle ne le fait pas exprès, elle pourrait lui en vouloir le jour où elle finirait par le remarquer. C'est peut-être idiot et même un peu égoïste de penser à ce genre de détail et de s'en inquiéter. Mais il n'a aucune envie que tout ça prenne subitement fin.

Il confirme d'un rire léger et d'un hochement positif de la tête, le fait qu'il achète rarement sur Internet. Le truc, c'est qu'il a presque toujours été déçu quand il a commandé en ligne par manque de temps. Et que du coup, il n'ose plus trop désormais. Et puis je trouve que ce n'est pas le même plaisir à la dépense. On débourse de l'argent mais on n'a pas le plaisir de repartir avec notre achat sous le bras. Il faut attendre des jours, parfois des semaines, avant de le recevoir enfin ! Il sait que certains aiment justement ça. Le fait de recevoir un colis. Comme s'ils s'étaient fait un cadeau à eux même et qu'il arrivait enfin. Mais ce n'est vraiment pas son truc à lui. Et dans le fond, chacun son truc justement. Le plus important dans tout ça, c'est bien de se faire plaisir après tout.

Il ne peut pas s'empêcher de regarder le shampoing sur lequel se porte le choix de la charmante blonde. Même s'il fait mine de rien en choisissant ses propres produits à côté de ça. Il n'a pas vraiment le temps de se poser de question, quand elle s'empare du même gel douche que lui. Déjà, elle mentionne son frère. Ca le rassure tellement le brun, qu'il se contente de ricaner. Très bon choix de sa part ! Il se contente de commenter. Même s'il est curieux à son sujet, il ne l'est pas au point de se faire impoli en demandant pourquoi elle fait les courses pour tout le monde. Les pâtes et les sauces ! Il aime qu'elle lui demande ça, preuve qu'elle n'a toujours pas l'intention de lui fausser compagnie. Et puis parce qu'ils passent pour un truc qui doit se rapprocher du couple là tous les deux. C'est sans doute un peu gamin, mais il espère ça ! Les pâtes et les pommes de terre, ça reste quand même la base.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Lun 29 Mai - 22:15

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Je le regarde évoluer avec aisance au travers des rayons alors que je suis son parfait opposé, il a l’air tellement à l’aise dans son corps et dans l’espace alors qu’à son contraire, je tente toujours de me fondre dans la masse. J’essaie de faire oublier ma présence pour ne pas sentir les regards sur moi. J’ai ce manque de confiance en moi qui m’accompagne depuis toute petite, malgré les compliments que je peux recevoir. Je ne peux m’empêcher de complexer sur mon physique atypique, le côté poupin qui m’habite, la peau diaphane qui orne mon corps, mes tâches de rousseur jusqu’à mes yeux couleur océan qui me rappelle tellement ceux de ma mère, que j’ai appris à désaimer au fil du temps. Tandis que lui, il habite l’espace par son charisme et son charme. Il ne laisse personne indifférent et je le vois à la façon qu’ont les personnes de se retourner et je sais bien ce que la plupart des filles et femmes se disent en croisant son chemin parce que je pense exactement la même chose. Et je suis plutôt fière de pouvoir me montrer à ses côtés, me pavaner comme si j’étais sa copine, comme si tout était aussi simple et naturel entre nous. Personne ne peut ignorer cette alchimie qui règne entre nous, et même avec toute ma méfiance et ma mauvaise foi, je ne peux pas l’ignorer. Je l’observe en le suivant dans les rayons, reste un peu en retrait pour le regarder en toute discrétion. « Je trouve ça pratique parfois quand même, c’est un gain de temps énorme mais j’avoue que j’aime le côté pretty woman du shopping, pouvoir se pavaner avec les bras chargés de sacs et puis mon impatience me titille à chaque fois que je passe une commande mais j’ai encore jamais eu de mauvaise surprise en ligne je crois et je touche du bois pour que ça continue. » Je joins le geste à la parole en me tapotant le sommet du crâne, attrape les produits d’hygiène dont j’ai besoin et ceux indiqués sur la liste dont je me souviens. Je sais que je risque d’attiser sa curiosité mais je n’ai pas envie de le voir partir maintenant alors que je commence à peine à le découvrir. J’ai envie de me coller davantage à lui, profiter de cette aura protectrice qu’il dégage mais j’en fais abstraction, je mets de côté cette attirance presque magnétique et je me concentre sur le contenu de mon caddie. « Tu m’aurais dit qu’il était naze, je t’aurais pas cru. » L’échange est naturel, aucun de nous deux ne se force pour combler un quelconque blanc dans notre conversation et c’est agréable de trouver ce feeling avec quelqu’un, il ne tente même pas de trop me poser des questions, peut-être qu’il a cerné mon fonctionnement, qu’il a compris que j’avais une technique d’auto-défense particulière et que la fuite était mon ultime recours pour échapper à une quelconque curiosité alors que j’ai juste envie de tout lui raconter, mais je n’en fais rien par peur que ça enterre définitivement l’intérêt qu’il peut me porter. « Je suis d’accord pour les pâtes mais je préfère le riz comme base quand même. Ça doit être mon côté asiatique. » Comme si mon physique nordique pouvait laisser place à une quelconque interrogation sur mes origines. Et puis, on traverse le magasin alors que je continue de le suivre, l’observant de dos. Mes craintes reprennent le dessus quand je me rends compte que je pourrais presque apprécier la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Mar 30 Mai - 19:50
Charlotte & Thimothée

       


Thimothée est tellement obnubilé par la beauté de la jeune femme et par l'aura incroyable qu'elle dégage, qu'il ne fait véritablement attention à rien d'autre. Il ne se rend pas compte qu'elle n'évolue pas avec la même aisance que lui entre les gens, dans les rayons du magasin. C'est stupide, sans doute, mais il n'a d'yeux que pour elle. C'est fou. Mais il trouve ça sacrément agréable de se perdre de cette façon. Dans les yeux bleus de cette fille qui n'a pas l'air consciente de grand chose elle non plus. Elle semble imperméable au monde extérieur. Pas tout à fait repliée sur elle même pourtant. Plus ouverte sans en avoir trop l'air. Présente, sans être envahissante le moins du monde. Bref, il y a réellement un truc chez cette fille qui intrigue. Et il doute fortement que ça ne soit que lui. Il ne peut décemment pas être le seul à "subir" cette forte attraction qui tourne exclusivement autour d'elle. Parce que non, ça ne lui était jamais arrivé à ce point là.

Pretty Woman du shopping... Il répète, le regard pétillant d'amusement. Parce qu'il trouve ça très drôle quand même, comme comparaison ! Mais je suppose qu'en effet, quand on manque de temps pour faire les magasins, c'est bien pratique ! Mais lui s'efforce de toujours trouver le temps pour ça. C'est bien parce qu'il aime ça ! Il affiche un sourire qui se veut fier. Pour finalement se contenter d'un haussement d'épaules. Il ne fait jamais mine d'être modeste. A quoi bon quand on est vraiment sûr de soi ? Il hésite à la croire quand elle se mentionne des origines asiatiques. Franchement, rien ne lui semble impossible ! D'autant plus qu'elle a une sacré forme d'yeux. Qui font d'ailleurs un peu chat. Ce qu'il trouve absolument à tomber. Selon lui, ça lui donne un charme supplémentaire.

Ca dépend comment est cuisiné le riz. Si c'est à la façon asiatique justement, j'aime pas ça du tout. Compact et collant. Histoire de bien tenir au ventre. Mais c'est plutôt logique par chez eux. Puisque ça reste un aliment de base pour eux. Ca fait même, en quelques sortes, office de pain ! Ils continuent ainsi leurs courses tous les deux. Chacun un peu de leur côté mais ensemble malgré tout. Plus le temps passe maintenant, plus il redoute le moment où il devra la laisser filer pour que chacun rentre chez lui. Il aimerait que cet instant dure un peu plus longtemps. Mais ne voit pas comment forcer les choses à aller en ce sens. Il craint toujours autant de la voir se braquer et reculer. Est-ce que t'es occupée après ? Ou on pourrait aller boire un verre ? Tous les deux ? Il ose finalement demander. Bien conscient que s'il ne le fait pas, il ne se passera jamais rien.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Jeu 1 Juin - 17:53

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




J’ai toujours eu ce côté lunaire. Dans ma plus tendre enfance, on apparentait ça à  un signe d’imagination débordante et puis avec le temps qui a passé, ça a davantage été assimilé à un déficit de l’attention. La tête dans les étoiles, je n’arrivais jamais à me concentrer sur un sujet plus de vingt minutes. Ça a longtemps exaspéré mes professeurs, et ça s’est ressenti sur mes bulletins pendant toute ma scolarité. Et puis, au fil du temps, j’ai réussi à transformer le défaut en atout. J’avais même commencé à écrire un livre, étant adolescente mais le recueil était carrément passé à la trappe malgré l’enthousiasme de mes parents à me voir canaliser un peu de mon attention sur un projet. La lecture et l’écriture, c’était ma passion pour échapper aux moqueries du collège. J’avais ma bande d’amis, les fidèles que j’aime toujours autant malgré les années. Ceux que je vois et admire toujours mais au-delà de notre cercle restreint, il y avait ceux qui se moquaient pour exister. Tantôt de ma pseudo-anorexie, tantôt de ma pâleur. Créant ainsi des complexes au fur et à mesure de mon développement. J’avais entendu toutes sortes de choses sur mon physique atypique durant toute ma vie, aussi bien positives que négatives et ça avait simplement nourri mes complexes. Si bien que je ne pouvais qu’admirer la façon de se mouvoir de Thimothée, la confiance qui émanait de lui. Comme si il était conscient de ce qu’il pouvait inspirer aux gens, aux femmes notamment. Et son côté passionné ne gâchait rien, c’était au contraire très intriguant. « Je pourrais passer ma vie à faire du shopping, j’adore ça. C’est étrange comme passion, je te l’accorde mais j’aime bien trouver de nouvelles choses, créer des associations, et puis de beaux vêtements, ça change tout enfin ça rend confiant, ça change une personne je trouve. » Je hausse les épaules en prenant un air détaché, toutes les filles devaient être pareilles de toute façon. Passionnées par les beaux sacs et les jolies marques. C’est en tout cas, ce que j’avais toujours connu et ma sœur marchait parfaitement dans mes traces, prenant plaisir à emprunter chacune de mes fringues à mon plus grand désarroi. On en vient à la manière de cuisiner le riz. « Oh non, le riz gluant, quelle horreur. Je déteste le riz au vinaigre et collant. Autant dire que je ne suis pas fan des sushis mais un bon riz cantonais ou même du riz indien. » J’embrasse mes doigts dans un geste théâtrale à la sauce italienne. Et puis la question fatidique arrive sur le tapis et j’ai l’impression que mon cœur manque une dizaine de battements tant je me sens réjouie de la perspective. « Je devais passer chez le primeur mais si tu me suis, je devrais pouvoir t’accorder un peu de temps. » Et là, je me remercie intérieurement d’être en vacances. Je me découvre une passion pour les supermarchés même. J’imagine la fin de la journée avec beaucoup plus d’entrain. Une heure de plus, à juste pouvoir discuter avec lui et m’évader. Une heure juste à nous deux alors que j’ai l’impression que chacune de nos rencontres est chronométrée. Je me sens comme Cendrillon à chaque retrouvailles, avec le besoin de fuir pour ne pas lui raconter la vérité. Il est mon inaccessible. J’ai juste envie de passer du temps avec lui, toujours davantage. « Je te propose un jeu, enfin rien de dingue mais pour faire les courses de manière un peu plus fun et se découvrir un peu, ça te branche ? » Et pour joindre le geste à la parole, je jette un paquet de riz, justement, dans mon caddie.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Jeu 1 Juin - 20:16
Charlotte & Thimothée

       


Le pauvre bougre a beaucoup de mal à ne pas regarder en direction de la superbe blonde en la compagnie de laquelle il se trouve. Le pire dans tout ça, c'est qu'elle n'a même pas l'air consciente des nombreux regards masculins qui se posent sur elle quand elle évolue dans les rayons. "Le pire" ... Ou "le meilleur". Parce que tout dépend des points de vue. Tim en arrive quand même à se dire qu'au moins, s'ils étaient ensemble, il n'aurait pas à trop s'inquiéter. Parce qu'elle n'a pas l'air consciente de sa beauté. Et que du coup, elle ne réalise même pas à quel point elle plaît. Il est un peu tordu dans son raisonnement le tatoué. Mais le moins que l'on puisse dire, c'est que cette fille lui inspire bien des choses. Il approuve d'un hochement de tête enchanté, sa remarque concernant le shopping et ajoute que de beaux vêtements, ça change une personne. C'est le moins qu'on puisse dire, oui ! Oh ça, aucun risque que j'te dise le contraire moi ! Ce n'est pas pour rien qu'il bosse dans la mode et s'applique autant à inventer de nouvelles choses dans ce domaine.

Et tout naturellement, ils parlent de nourriture. Rien de plus logique, puisqu'ils sont tranquillement en train de faire leurs courses tous les deux. C'est donc normal de parler de bouffe ! Et des goûts de chacun. Il éclate carrément de rire quand elle fait le geste de claquer un baiser sur le bout de ses doigts. Mimique italienne pure souche. Non mais sans déconner ... Il ricane encore en hochant la tête de gauche à droite. Décidément, son humour lui plaît beaucoup. Elle n'est vraiment pas du genre à se prendre la tête et ça, il ne peut nier qu'il aime. Trop de gens ont tendance à se prendre beaucoup trop sérieux. Et il trouve ça terriblement ennuyeux. Et également assez triste. Parce que la vie est beaucoup trop courte pour être prise à ce point au sérieux. C'est la gâcher que de se comporter comme ça !

Il gagne carrément en confiance quand il se jette à l'eau et lui propose d'aller boire un verre. Il s'attend quand même à un refus. Histoire de ne pas être trop déçu quand elle lui donnera une réponse claire, nette et définitive. Je te suis ! Il répond tout de suite, sans la moindre hésitation. Et il réalise qu'il doit être un peu pathétique. Qu'il doit avoir l'air con. Désespéré. C'est limite s'il ne se met pas carrément au garde à vous ... Euh ... Ouais ... C'est quoi ce jeu ? Je dois me méfier de tes idées ou pas ? Peut-être qu'elle est givrée mais qu'il ne le sait pas encore.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Ven 2 Juin - 15:54

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Je suis là, face à un presque parfait inconnu dont je ne connais en tout cas pas grand chose. Et même si j’en suis largement responsable. Je me surprends à vouloir en découvrir davantage sur lui alors que nous sommes en plein milieu d’un supermarché. Il faut dire qu’il appelle à la découverte. L’aura mystérieuse qui l’entoure invite à en connaître davantage même si je dois le regretter pendant les prochains jours. « C’est vrai que ça serait ironique que tu détestes la mode mais que tu travailles dedans. » Je hausse les épaules, l’imaginant derrière sa feuille de dessin à croquer de nouvelles tenues. Je ne peux m’empêcher d’admirer l’artiste, la tatoueur qui arpente les rayons à mes côtés avec une aisance déconcertante. J’ai toujours admiré les personnes qui vivent leur passion à fond, d’autant plus quand ça demande autant d’imagination au quotidien. Je me demande comment il est possible de ne jamais manquer d’imagination. D’où peut bien venir l’inspiration démesurée, c’est un véritable talent et même si je n’ai jamais vu aucun de ses vêtements, j’apprécie assez son look aussi bien quotidien que celui qu’il arbore pour les soirées où on s’est croisés précédemment, pour savoir que son univers me plairait probablement. Avec le peu de conversation qu’on a pu avoir, j’ai cru comprendre que nous étions d’accord sur pas mal de sujets et ces points communs me rendent d’autant plus curieuse, ils me donnent envie d’en savoir plus sur lui ou même sur son caractère. Je le fais rire, et je me sens idiote un instant, me débridant davantage en sa présence que je devrais fuir. Et puis il y a toujours ma double conscience qui me dit de fuir alors que l’autre me persuade de rester. Je tente de me rassurer en me disant qu’il a l’air d’être quelqu’un de bien, quelqu’un de plus fiable que les types que j’ai croisé précédemment, ceux qui m’ont attiré alors que j’étais au fond du trou. Pour cacher mon malaise, j’avance dans le rayon et j’attrape encore quelques trucs, surprise autant que gênée par sa proposition. J’essaie de cacher mon enthousiasme mais le sien me fait sourire, on doit avoir l’air de deux gamins qui se cherchent alors que finalement, j’ai juste envie de lui crier un énorme oui, et le suivre pour discuter dans un endroit plus intime, plus apte à entretenir des discussions. On continue d’arpenter différents rayons quand je lui propose un jeu et sa réponse me surprend autant qu’elle me fait rire, c’est vrai que ma question peut sembler assez inattendue. « J’ai oublié de te préciser que je ne suis pas une psychopathe, promis. » Et je lève les bras en signe d’innocence en lâchant le chariot, me poussant sur le côté pour ne pas gêner les personnes qui passent entre nous, qui regardent notre échange d’un œil curieux. « Je me disais que tant qu’à être dans un supermarché, on pourrait se découvrir mais de manière plus originale. » Je hausse les épaules alors mes joues se rosissent, prenant conscience de la connotation de mes paroles, alors je reprends avec empressement. « Ça consiste à se poser des questions autour des objets et aliments, par exemple, première question, si t’étais un aliment, qu’est-ce que tu serais ? »
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Dim 4 Juin - 13:59
Charlotte & Thimothée

       


Il commence sérieusement à craindre le moment où il faudra qu'ils se séparent tous les deux. Ils ont beaucoup plus parlé cette fois, qu'au cours de la soirée où ils se sont croisés. Et du peu qu'il a encore apprit sur son compte, il la trouve plus intéressante encore. En fait, plus le temps passe et pire c'est. Il a envie de tout savoir la concernant et bien plus encore. Parce qu'elle l'intrigue toujours plus. Il s'imaginait pourtant que ce serait le contraire. Qu'il serait déçu très rapidement ou vite lassé. Mais ce n'est pas le cas. Parce qu'elle est pleine de surprises. Et qu'elle donne plutôt envie de toujours plus la découvrir. D'autant plus qu'elle ne lui permet qu'une petite découverte de temps en temps. Elle est aussi adorable que monstrueuse en vérité ! Même s'il doute fort qu'elle soit volontairement ainsi. Ou en tout cas, ce n'est pas pour le frustrer.

Ouais, tu fais bien de le préciser. Parce que j'étais vraiment en train de me poser la question. Il fait remarquer, mi-figue mi-raisin. Il ne sait pas s'il doit ou non rire à l'idée de ce qu'elle pourrait avoir à lui proposer. C'est qu'il peine à voir le genre de jeu qu'ils pourraient faire tous les deux, ici, en plein supermarché. Son instinct lui souffle donc de rester sur ses gardes. Tant qu'elle ne le défie pas de bouffer un piment, ça devrait aller quand même. Il affiche un sourire attendri, quand elle se perd dans sa propre proposition en rougissant comme une adorable gamine. Il trouve ça absolument adorable mais ne fait aucun commentaire, pour ne pas la gêner davantage. Ce n'est vraiment pas le but. Il écoute son explication et hoche positivement la tête. Oh c'est simple ça ! Une pomme de terre. Parce qu'on la retrouve absolument de partout et jamais de la même façon. En salade. En gratin. En accompagnement avec des viandes. En frites. En potatoes. C'est elle qui a commencé avec sa question bizarre !

C'est une réponse bizarre ça ? Non pas qu'il ait envie de la changer pour paraître plus normal. Mais au moins, il lui montre bien qu'il en est conscient et qu'il assume tout à fait. Très bien. Pour continuer dans le portrait chinois : si tu étais un fruit ? En tout cas, la réponse sera forcément plus classe que : la patate. Lui même aurait pu choisir quelque chose d'un peu plus valorisant pour le coup. Mais c'est plus dans son esprit, le fait d'être justement de partout. Inattendu et tout ce qui s'ensuit.

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Lun 5 Juin - 17:43

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




C’est ma timidité maladive qui reprend le pas sur mes résolutions alors que je me force à m’ouvrir davantage pour ne pas le faire fuir, pas encore une fois. Juste deux heures de répit dans notre petit jeu qui dire depuis des mois. Le magasin s’est légèrement vidé depuis notre rencontre impromptue mais on n’en reste pas moins assez nombreux. Les gens nous passent devant, sans même s’excuser et j’ai plus l’impression de déranger qu’autre chose, ce qui ne contribue pas à me mettre à l’aise. On continue encore d’arpenter les rayons et je m’arrête devant les paquets de pâtes, hésitant entre deux marques comme si ça modifiait réellement le goût. Notre discussion commence à peine à devenir intéressante sans devenir trop sérieuse, j’apprends à le connaître sans vraiment prendre le risque de trop me dévoiler. J’hésite un moment à lui proposer mon idée, en sachant parfaitement qu’elle est assez étrange au premier abord, au second aussi d’ailleurs mais ma curiosité l’emporte et je me lance en lui posant la première question. « Bonne réponse, c’est bien la pomme de terre. » Je ris, comme si il s’agissait d’un réel compliment. Comme si sa réponse était totalement sérieuse, tout autant que ma question d’ailleurs. Et j’apprécie davantage encore le fait qu’il ne se moque pas de moi, qu’il joue le jeu. Surtout que finalement sa réponse m’en apprend pas mal sur son caractère, son adaptation et c’est agréable de découvrir qu’au-delà de son charme, se cache réellement quelque chose d’intéressant, d’intriguant. Loin de la coquille vide à laquelle j’avais peur d’être confrontée. Il joue le jeu et me pose une question à son tour, une question qui me fait sourire alors que je prends mon air le plus sérieux, commençant à me taper le menton avec mon index comme il s’agissait d’une question demandant réellement une immense réflexion. « Je dirais la tomate, parce qu’on sait jamais où la placer. Elle est inattendue, un coup c’est un fruit et le lendemain, c’est un légume. Et puis c’est rafraichissant, c’est un légume du soleil même si a besoin de beaucoup d’eau pour grandir. Elle s’adapte à tout, et puis j’adore la tomate alors ça gâche rien. » Je hausse les épaules, après ma réponse presque philosophique sur une question aussi anodine comme si cette discussion était parfaitement normale. Mais finalement, en y repensant, c’est vrai que la tomate me ressemblait plutôt pas mal, du côté inattendu jusqu’au paradoxe qu’il m’inspirait. Comme la tomate aimait le soleil mais avait besoin d’humidité. J’étais irrémédiablement attirée par Thimothée, pourtant je le fuyais sans arrêt. « C’est mon tour, le pays qui t’inspire le plus, au niveau culinaire. » Et à nouveau, j’attendais sa réponse avec impatience pour savoir si il était plus classique ou épicé, si il était aussi inattendu dans ses goûts qu’il semblait l’être dans ses inspirations. Au fil de notre discussion, je continue d’avancer dans les rayons jusqu’à arriver à la caisse, où je m’arrête. « On a fini ou il te reste des trucs à acheter ? » Mon caddie était rempli de sucreries, sodas et autres joyeusetés, bien loin du panier de Thimothée qui semblait bien plus sain. Mais de toute façon, je devais encore m’arrêter chez le primeur comme convenu avec le ténébreux, et faire un détour chez le boucher avant d’entrer. J’avais peur de la fausse image qu’il pouvait se faire de moi, alors qu’au contraire de ce qui pouvait se deviner dans mon chariot, j’étais plutôt une adepte de l’esprit sain dans un corps sain au grand dam de mes frères qui passaient leur temps à manger des acides gras saturés, d’où le contenu peu recommandé par les nutritionnistes de mon chariot. Mais c’était bien trop complexe à expliquer sans s’appesantir sur les détails alors je préférais le laisser croire ce qu’il voulait, sans même prendre la peine de commenter.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Mar 6 Juin - 18:10
Charlotte & Thimothée

       


Il ne sait pas si ses réponses vont forger une certaine image qu'elle pourrait se faire de lui, dans son esprit. Tout ce qu'il sait, c'est qu'il trouve son idée plus amusante qu'autre chose. Et peut-être qu'ils pourront vraiment en apprendre plus sur l'autre, en répondant à des questions de ce genre. Même si au départ c'est plus pour plaisanter qu'autre chose. On ne sait jamais ! Tout est bon pour apprendre à la connaître un peu. Lui qui est toujours plus curieux à son sujet. Il espère que tout ça, n'est encore que le début de quelque chose d'autre. Il ne s'attend pas non plus à vivre l'histoire d'amour du siècle avec elle. Mais s'ils pouvaient devenir amis, il en serait déjà très heureux. Parce que même sans vraiment la connaître, il l'apprécie. Et il ne voit rien qui pourrait venir gâcher ça. Il rit tout de suite avec elle quand elle confirme que la pomme de terre était une bonne réponse. Si elle le dit, il veut bien la croire !

La réponse qu'elle donne à la question que lui même lui pose, le conforte dans ce qu'il pensait d'elle jusque là. Il n'est pas tellement surpris. Mais c'est agréable de constater qu'elle est vraiment telle qu'il se l'était imaginée. Excellente réponse. Il conclut à son tour, tout sourire. Ravi de la tournure que prend cette conversation, décidément. Elle est toujours aussi pleine de surprises qu'au début, Charlotte. Bien plus intéressante encore, qu'il n'aurait pu l'imaginer. Et pourtant, il s'en doutait déjà pas mal au départ ! La France. Y'a que la France qui sait vraiment ce qu'est la bonne cuisine ! Y'a qu'en France qu'on trouve tellement de spécialités ! Il y a bien quelques autres qui gagnent ses faveurs, bien sûr. Surtout l'Asie. A part le riz collant, donc. J'aime la haute gastronomie. Mais j'admets que je suis friand de bien des choses. Les pays qui mangent épicés, j'adore aussi. Même le fast food, j'aime bien de temps en temps !

En fait, il est tout sauf chiant quand on y pense. La conversation continue sur ce terrain là, pendant qu'ils continuent de faire le tour des rayons. C'est agréable et léger de parler avec elle. Très simple. Ca faisait bien longtemps qu'il ne s'était pas autant intéressé à quelqu'un. Et il est pourtant quelqu'un de vachement sociable de base ! Du genre à parler avec tout le monde, très simplement. J'ai terminé. Et il regrette cet état de fait. Il aurait aimé trouver un truc pour faire durer ces courses un peu plus longtemps. Il n'est soulagé que par le fait qu'ils doivent se rendre chez le primeur ensemble. C'est toujours ça de gagné ! Une fois aux caisses, il ne peut s'empêcher de zieuter encore de nouveau dans les achats de la jeune femme. C'est drôle, mais ça ne colle pas du tout aux réponses qu'elle a pu donner aux questions qu'il a posé pendant leur petit jeu. A l'entendre, elle semble avoir une vie plus ou moins aussi saine que la sienne. Mais il se souvient qu'elle a mentionné un frère et décide donc d'en conclure qu'elle fait les courses pour toute la petite famille. Je suppose que t'es pressée. Je vais essayer de ne pas te faire perdre ton temps. Il ponctue ses paroles d'un sourire amusé. 

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Mer 7 Juin - 16:36

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Ce qui avait démarré comme une blague se transforme en un véritable jeu. J’apprends à le connaître un peu plus et j’apprécie ce que je découvre, il a l’air vraiment simple, loin du cliché du parisien. Il n’a pas l’air de se prendre la tête, et le lieu aide aussi à la simplicité. Je découvre une toute autre facette, bien que toujours soigneux, il fait moins apprêté que lors de nos dernières rencontres. Et je me surprends à espérer qu’il apprécie tout autant que moi ce qu’il découvre avec cette dernière rencontre. Alors que je passe mon temps à me répéter qu’il est dangereux, j’espère continuer de l’intéresser pour qu’il ne me fuie pas encore totalement. Je crois que je vivrais cet abandon assez difficilement et c’est en inadéquation avec ma raison, qui voudrait que je fasse ma pimbêche pour justement le dégoûter. Mais il m’a proposé de faire durer encore un peu ce rendez-vous improvisé et je me dis que c’est plutôt bon signe sinon il m’aurait simplement laissé repartir. Mon air glacial a tendance à souvent refroidir les gens qui me prennent pour une bourgeoise un peu coincée qui en fait fuir beaucoup. Et j’apprécie qu’il aille au-delà de cette façade après ma manière de l’aborder lors de l’exposition où nous nous étions tous les deux rendus. La situation est compliquée à expliquer, et encore plus à comprendre pour quelqu’un qui ne l’a jamais vécu. Thimothée m’attire comme un aimant et ce que je découvre complète le parfait portrait que je dresse du ténébreux. « C’est idiot, mais j’adore l’Espagne pour les tapas. C’est simple, sans prise de tête alors qu’en France, on a toujours tendance à trop en faire et on en finit jamais de tenter de nouveaux trucs. Même si j’avoue que la cuisine traditionnelle française est assez dingue. Tu sais cuisiner ? » Mon père avait toujours veillé à m’apprendre les bases de la cuisine française, malgré son absence de temps libre, passer du temps avec nous faisait partie de ses priorités. Garder une famille unie, sans aucun secret. Leur crash en avion était d’ailleurs sensé être le point de départ de leurs premières vacances romantiques depuis ma naissance. Des vacances tragiques qui nous avaient laissé orphelins. Et pour honorer leur mémoire, je continuais de tenter d’entretenir certaines traditions familiales comme les grands repas cuisinés à huit mains. Un doigt passé sous mes yeux humides pour chasser les quelques larmes menaçantes et je retrouvais mon sourire en arrivant à la caisse aux côtés du ténébreux. J’admirais son aisance naturelle, je le détaillais pendant qu’il vidait son panier. Regardant les détails de ses tatouages apparents, curieuse. J’avais envie de caresser du bout des doigts l’encre qui ornait sa peau mais je me retenais en commençant à décharger à mon tour le contenu du chariot sur le tapis roulant. C’était plus ou moins ce qui devait sonner le glas de notre rendez-vous mais on avait réussi à retarder l’échéance. Et finalement, j’étais plutôt soulagée de voir notre rencontre s’éterniser. « T’as de la chance, je suis en vacances pour deux semaines alors j'ai tout mon temps, mais peut-être que tu as un truc à faire. » Sa remarque me fait douter, peut-être que finalement, il préfère mettre fin à notre rendez-vous, que mes réponses vont le faire fuir et je sens une vague angoisse à l’idée qu’il ne décide à son tour de me fuir alors que je m’interdis de le suivre. Peut-être que cette rencontre impromptue est sensée signer la fin de ce petit jeu si plaisant. La caissière me sort de mes pensées et je paie le chariot avant de faire signe à Thimothée que je vais juste déposer le caddie à l’accueil pour en faire livrer le contenu à l’appartement familial. Si il souhaite vraiment partir et me laisser là, j’aurais au moins les bras libres pour aller me réconforter en faisant du shopping.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Mer 7 Juin - 18:52
Charlotte & Thimothée

       


Il aime de plus en plus discuter avec fille à propos de qui il semble y avoir encore tant à découvrir. Elle est très intéressante, c'est un fait. Et ça lui plaît beaucoup au tatoué, de constater qu'elle est aussi intéressante qu'il l'imaginait. Peut-être même plus encore. La fascination ne fait que grandir. Et pourtant, ça l'effraie quand même un peu. Parce qu'il n'a vraiment aucune idée de ce à quoi il doit s'attendre avec elle. Peut-être qu'elle n'a pas fini de le fuir comme elle le fait depuis le premier jour. Or, il n'est pas certain de pouvoir supporter de nouveau ce petit jeu là. Pas après ces échanges tous plus intéressants les uns que les autres. C'est vrai, t'as pas tort. Il affirme dans un hochement de tête positif et amusé. Il voit parfaitement ce qu'elle veut dire en tout cas. Et ne peut nier cette tendance qu'ont les français, à toujours se prendre trop la tête. Et pas seulement avec la bouffe !

Disons que je me débrouille pas trop mal. J'avoue que je ne prends pas toujours le temps et la peine de vraiment cuisiner. Mais je sais faire. Et toi alors ? T'es du genre à prendre le temps de bien cuisiner ou tu préfères ne pas trop t'embêter ? Ou peut-être que tu varies ? Au point où ils en sont, il doute de pouvoir changer d'avis sur son compte, maintenant. Il est en train de se faire une image bien précise de Charlotte et il l'aime beaucoup ainsi. Il n'a d'ailleurs pas du tout envie que s'interrompt cette rencontre. Ca tombait franchement bien en fin de compte ! C'est donc encore ensemble qu'ils rejoignent les caisses et entreprennent de vider tous les deux leurs achats sur le tapis. Oh non pas du tout, j'ai toujours tout mon temps moi !

En moyenne, en tout cas ! De peur qu'elle ne prenne la fuite malgré tout, il se hâte de régler ses achats et la rejoint avec ses sacs. Je vais seulement mettre tout ça dans mon coffre. Y'a rien qui craint la chaleur dedans. Normalement. Dans le pire des cas, ce n'est pas non plus si grave que ça. C'est plus important de gratter encore un peu de temps en sa compagnie, lui semble-t-il ! Encore une fois, il se dépêche donc pour ne surtout pas la faire attendre. Et quand il la rejoint, il a presque l'air soulagé qu'elle soit encore là. Deux semaines de vacances tu disais ? Tu n'en profites pas pour partir quelque part ? Il demande avec une certaine curiosité. Et peut-être aussi de l'intérêt aussi. Elle ne serait peut-être pas contre le revoir à l'occasion, si elle a le temps ... 

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Mer 7 Juin - 21:48

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Au début de notre rencontre inattendue, je cherchais une échappatoire à tout prix mais finalement, c’est l’inverse qui se produit et je cherche à prolonger notre entrevue absolument. J’en viens à flipper qu’il mette un terme à nos retrouvailles et je serais vraiment déçue après cet agréable moment, après toutes ces découvertes. J’ai aimé finalement tout ce que j’ai pu apprendre sur lui et je suis d’autant plus curieuse de savoir ce qu’il cache encore. Il ne cesse de me surprendre, de se dévoiler. Et peu importe le moment où ce petit jeu va s’arrêter. Peu importe si c’est lui qui y mettra un terme ou moi, je décide de profiter du temps imparti en sachant très bien que tout ça n’aboutira probablement jamais sur rien. Je garde dans un coin de ma tête que j’ai des responsabilités, toute une famille à charge et que je n’ai pas le temps pour lui, pour personne d’autre d’ailleurs et que lui n’a certainement pas envie, pas besoin de s’encombrer d’une nana avec deux adolescents sous sa garde. Tout aurait été probablement différent si j’avais été simplement une jeune femme, ça fait déjà longtemps que je me serais probablement laissée aller mais ce n’est plus le cas et je ne peux pas me permettre de ne penser qu’à moi. Thimothée me le rappelle parfaitement, c’est un rappel de ma vie d’avant, de la personne que j’étais. Du parfait paradoxe que nous aurions formé, du couple que nous aurions pu être si tout avait été différent. Et je me surprends à penser que même mes parents l’auraient adoré même si mon père aurait probablement eu un mouvement de recul face à ses nombreux tatouages avant de finalement l’adopter. Si seulement. Et puis maintenant, je me retrouve à le fuir pour éviter de trop espérer. Essayer de ne pas m’attarder sur ses qualités pour ne pas trop regretter. « J’aime bien cuisiner, mais j’aime aussi commander par moment. En fait, je cuisine surtout beaucoup en famille, on a une tradition. » J’évite de trop en dire, de ne pas me perdre dans les détails pour ne pas éveiller ses soupçons ou ses questions. Je lui fais juste comprendre à quel point la famille est importante pour moi, quelle place j’accorde à mes proches. Je distille quelques indices sans donner trop d’indications pour garder ma part de mystère. Est-ce qu’il a des frères et des sœurs lui aussi ? Est-ce qu’il est proche de ses parents ? Autant de questions que je ne me risque pas à poser, parce que je sais que ça pourrait induire la réciproque et que je ne suis pas prête à évoquer ma famille assez peu orthodoxe. « Fais attention, on dirait un glandeur qui parle. » Je ris en rechargeant mon caddie. Et je sais très bien que ce n’est pas le cas puisque j’ai entendu les éloges de mes amis au sujet de ses créations, que je me souviens de la passion avec laquelle il a évoqué son métier alors je sais qu’il ne se vexera sûrement pas de ma remarque. « Je t’en prie, je vais juste à l’accueil pour faire livrer tout ça. » Je montre mon chariot d’un mouvement de bras et le pousse jusqu’au guichet d’accueil où je laisse mon adresse et les courses avant de rejoindre le ténébreux, les bras vides cette fois. J’enfile mes lunettes de soleil et m’arrête à sa hauteur, hésitant presque à saisir son bras pour prendre notre chemin mais j’évite de trop marquer une possible complicité, par peur de le laisser trop espérer, pourtant je suis quelqu’un de tactile de manière générale et je me sens à l’aise avec Tim, tellement que ça devient presque un réflexe, les choses se font naturellement entre nous. « Enfin, j’entame ma deuxième semaine là. Je suis partie chez ma famille à Copenhague la semaine dernière pour y passer quelques jours. J’en reviens tout juste. » Loin des plages paradisiaques où je m’évadais il y a encore quelques années, j’avais revu mes priorités dans un ordre différent, et aller voir ma famille paternelle m’en semblait une maintenant alors que mes grands-parents m’appelaient presque quotidiennement.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Sam 10 Juin - 18:05
Charlotte & Thimothée

       


A chaque fois qu'elle veut bien lui donner une information sur elle, il n'ose pas en demander davantage sur le sujet. Ce n'est pas -du tout- parce qu'elle ne l'intéresse pas. Mais bien par crainte de se montrer trop curieux. Le but n'est clairement pas de lui donner l'envie de le fuir. Il tâche donc de se montrer aussi patient que possible. Et de se contenter tant bien que mal, des quelques informations qu'elle veut bien lui donner de temps en temps. C'est absolument inutile de vouloir précipiter les choses de toute façon. S'il va trop vite, elle va paniquer et encore disparaître. Et il n'est pas certain de pouvoir de nouveau supporter ça. C'est certainement plus intéressant et plus distrayant de cuisiner à plusieurs ! Il affirme avec un sourire. Oui, c'est fort possible que quoi qu'elle dise et quoi qu'elle fasse, il soit forcément d'accord avec elle. A tous les coups.

Oh j'admets que j'ai des périodes durant lesquelles j'en suis un ! Entre deux oeuvres qui lui coûtent parfois énormément en énergie ! Il est certainement beaucoup trop passionné par ce qu'il fait. Parce qu'il en fait toujours trop, c'est une évidence. Quand ils se séparent à l'entrée du magasin, le temps de chacun faire son truc, il craint de ne pas la retrouver après ça. C'est qu'elle est tout à fait capable de profiter qu'il ait le dos tourné, pour se faire la malle. Et même en se dépêchant autant que possible pour éviter ça, il ne le pourra pas si elle décide vraiment de la jouer ainsi. Mais finalement elle le rejoint dans la rue et tout de suite, il se sent nettement plus détendu. Assez pour parler de nouveau de ses vacances, curieux de savoir s'il aura l'occasion de la revoir bientôt.

D'accord. Il hoche la tête avec un intérêt sincère. Et quand enfin elle se met en route, il la suit en glissant les mains dans les poches de son jean pour tâcher d'avoir toujours l'air aussi détendu. Alors peut-être qu'on pourra se voir pendant ta deuxième semaine ? On pourrait aller boire un verre ou un truc comme ça. Comme à tous les coups, il est un peu nerveux de faire une telle requête. D'oser proposer qu'ils se revoient alors que depuis le début elle fait tout ce qu'elle peut pour lui faire. Elle doit le trouver trop insistant. Mais s'il veut avoir une chance de la revoir, il faut bien qu'il s'y risque un peu ... 

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Charlotte Favret
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/05/2017
Messages : 112
Avatar + © : Elsa Hosk, par coco câline (avatar) et exordium + tumblr (signature)
Âge : vingt-sept ans
Métier/Etudes : visual merchandiser au bon marché.
Dim 11 Juin - 18:38

to avoid complications, she never kept the same address
in conversation, she spoke just like a baroness




Les gens passent autour de nous, et j’ai pourtant l’impression qu’on est juste tous les deux. Il n’y a que le temps qui passe et j’appréhende le moment où nous allons devoir nous quitter, où mes obligations vont me rappeler à l’ordre.  Je ne m’attarde pas sur les détails de ma vie, je pense que ça ne l’intéresse pas et surtout, j’évite de trop en dire pour éviter de laisser quelconque indice qui serait susceptible de le faire fuir. J’hésite même un instant à partir dans le sens inverse pour le fuir une fois de plus et m'échapper alors qu'il est juste parti charger sa voiture mais je me résous à finalement le rejoindre pour passer un moment avec lui. Un message rapide envoyé à ma sœur pour la prévenir qu’elle ne me verrait pas arriver et lui donner l’horaire de livraison et me voilà derrière lui pour poursuivre notre tête-à-tête impromptu, bien décidée à profiter d’une petite heure d’insouciance, de découverte sur sa personne. « C’est moins long, et en général, j’arrive à déléguer la vaisselle donc je vais pas me plaindre. » La cuisine, notre truc de famille. Loin d’être une passion pour moi, je m’astreins quand même à un maximum de repas maison. C’est plus sain et au moins, ça m’aide à combattre la flemme et la simplicité de la livraison de repas. Thimothée me confesse aimer parfois glander et j’ouvre de grands yeux, sous l’effet de surprise. Je l’imagine tellement mal se laisser aller, ne pas s’apprêter un minimum et juste flemmarder. C’est une facette de lui que je découvre, bien loin de celle que j’imaginais après l’avoir croisé au détour de plusieurs soirées, toujours tiré à quatre épingles. Et ça l’humanise davantage, ça le rend plus naturel et c’est loin de me déplaire. On avance dans la rue, au milieu des badauds et je ralentis le pas par moment, devant certaines vitrines. Déformation professionnelle. L’espace d’un moment, l’idée que nous sommes probablement voisins me traverse l’esprit puisque nous faisons nos courses au même endroit et cette prise de conscience m’effraie lorsque je me rends compte que je pourrais le croiser n’importe quand dans le quartier. Nos multiples rencontres ne sont peut-être d’ailleurs pas totalement anodines si nous habitons le même voisinage. Et vient la question fatidique, si on va se revoir, toujours deux parties de moi qui entrent en collision. « Je te propose un truc, je vais à l’inauguration d’une boutique de maroquinerie du Sentier un soir de la semaine prochaine. On se rejoint là-bas si tu trouves laquelle c’est et la date de l’ouverture. Ça te branche ? » Et je lui adresse un clin d’œil, contente de pouvoir détourner son attention sur autre chose que ma demande farfelue, je m’arrête devant un petit bar,  à la devanture typiquement parisienne et à la décoration un peu bohème qui dénote mais que j’apprécie fréquenter avec des amis quand les beaux jours arrivent. Encore un indice lâché sur moi. Je salue le serveur d’un sourire, adresse un signe de main à la patronne à l’intérieur. « Ici, ça te va ? Ils ont une terrasse plutôt chouette sur l’arrière. » Je me sentirais probablement plus à l’aise en terrain connu. Loin de l’introspection que je mène depuis le début de l’après-midi. Et dans un environnement un peu plus naturel qu’un supermarché.
Revenir en haut Aller en bas
Thimothée Bery
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 11/05/2017
Messages : 126
Pseudo/Prénom : Morphine (Elodie).
Avatar + © : Ian Elkins (© morphine pour l'ava et les icons. Frimelda pour le code signa)
Âge : 28 ans.
Métier/Etudes : Artiste indépendant (principalement dans la mode)
Lun 12 Juin - 21:33
Charlotte & Thimothée

       


S'il ne comprend pas trop mal les dires de la jeune femme et les indices à peine perceptibles qu'elle laisse entrevoir, le brun en déduit qu'elle doit être issue d'une famille nombreuse. Elle doit avoir plusieurs frères et soeurs. Et probablement qu'elle vit encore avec eux. Lui qui a toujours rêvé d'une famille nombreuse justement parce qu'il s'est toujours senti trop seul, il ne peu qu'imaginer comme ce doit être chouette. Mais peut-être que de son côté c'est justement le contraire pour elle. Elle aurait peut-être préféré être fille unique. C'est toujours ainsi que ça fonctionne. C'est bien connu que l'on désire le contraire de ce que l'on a. C'est triste mais c'est ainsi que l'être humain fonctionne. A croire qu'il aime tout simplement se faire du mal. En retour des confessions de la jeune femme, il en fait de même en se livrant toujours un peu plus. Et ne peut que rire devant l'expression de son visage quand il lui annonce aimer flemmarder de temps en temps.

Ne fais pas cette tête, on dirait que je viens de dire une énormité ! Est-ce que c'est vraiment si bizarre que ça, qu'il puisse juste aimer rester à ne rien faire de temps en temps ? Il est vrai que ça colle quand même assez peu avec l'image d'hyperactif qu'il a tendance à donner. C'est le côté artiste déluré et intenable ça. C'est quand ils évoluent ensemble dans la rue, qu'il ose lui proposer qu'ils se revoient. Il a beau ne pas être un coureur de jupons, c'est la première fois qu'il est à ce point gêné et hésitant quand vient le moment d'inviter une femme. C'est qu'elle est du genre à lui filer entre les doigts, pour un oui ou pour un non. Et qu'il n'a pas du tout envie de ça. Mais cette fois elle ne fuit pas. Pas tout à fait.

Ca me branche ! Il confirme tout de suite, avec un enthousiasme sincère. J'aime ce genre de petit jeu. En vérité, il a plutôt eut envie de dire que ça l'excitait carrément. Mais il craint qu'elle ne soit perturbée par le potentiel double sens et ne le traite de goujat. Il prend le temps d'étudier le petit bar devant lequel elle s'arrête et hoche positivement la tête en souriant. C'est exactement le genre d'endroit dans lequel je pourrais t'imaginer. Il avoue sans l'ombre d'une hésitation. Pour une raison que lui même ignore, il trouve que ça lui va assez bien. Ca me convient parfaitement ! Il précise dans la foulée. Avant de la suivre à l'intérieur pour rejoindre l'arrière du bar. Il ne manque rien des salutations très cordiales. Et de toute évidence, tu as tes habitudes ici. 

(c) REDBONE

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
Sujets similaires
-
» (H) JACK O'CONNELL ⊱ elle cherche tes yeux dans tous les regards qu'elle croise.
» Premier jour avec sa guitare
» TREVOR ◐ elle a les yeux qui crient "braguette".
» elle a mes yeux et ton rire de vache. (mango)
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Paris je t'aime :: Quartier Sud-Est-
Sauter vers: