Les nuits Parisiennes [Antoine-Aksel]

 :: Les RPs Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Invité
Invité
avatar
Invité
Ven 2 Juin - 2:02
Les nuits Parisiennes
Je respire l’air de cette ville qui semble si apaisée la nuit. Là-haut, de mon balcon, j’observe les lumières parisiennes qui s’éteignent une à une, armé de mon verre de whisky. Un peu de calme, un soupçon de tranquillité. L’alcool réchauffe tout doucement ma gorge pendant qu’une petite brise se lève, élégante. Au loin, la Tour Eiffel qui brille de mille feux. Cette montagne de tôle est bien plus scintillante que mon âme. Ce symbole est ridicule. Je ne trouve pas une once de charme à ce gargantuesque bout de ferraille. J’ai au moins le privilège d’en avoir s’y on s’adonne à une comparaison. Je trempe mes lèvres délicates dans ce breuvage exquis. Derrière-moi les draps se froissent, Elisa dort profondément. Peut-on parler de lit conjugal lorsqu’on n’aime pas une personne ? Je referme doucement la fenêtre afin d’éviter tout risque de la réveiller, et je la regarde dormir. Elle semble apaisée. Elisa est une très jolie femme avec une personnalité touchante que je suis incapable d’aimer. Je pense que c’est réciproque. Nos cris et nos disputes journalières peuvent en témoigner. Dans un soupir, je quitte à pas de loup cette chambre qui me renvoie le reflet d’une vie que je ne désire pas mais qui m’est fatale.

J’attrape ma veste qui pend dans le vestiaire de nos appartements qui se trouvent dans la maison familiale. J’espère ne croiser personne à cette heure tardive de la nuit, je ne suis pas vraiment d’humeur à discuter avec les domestique ou encore pire, mon père. Je descends furtivement les escaliers et me glisse dehors par la porte de service. Je m’avance dans la nuit noire profitant de ce peu de temps de liberté loin des regards curieux qui m’auraient surpris en pleine journée. Je suis invisible et j’aime ça. Marcher me donne le plaisir d’oublier les tracas et les frustrations de la journée, la nuit me protège. Sombre, elle m’enlace de son voile et me permet d’avancer où que je veuille aller. Perdu dans mes pensées, je m’avance dans un parc désert. L’air est frais et l’odeur de la nature humide me fait sourire. Je lève mes yeux vers le ciel, les étoiles sont magnifiques. Je ne peux apercevoir la grande ourse, les lumières de la ville ne me permettent pas de la distinguer. Elles sont lointaines ces étoiles. J’aimerais les toucher pour qu’elles m’apportent un peu de lumière pure. Mes pieds s’accrochent et je manque de tomber. Une chose informe se dessine alors au sol. Un être humain posté en boule semble inconscient. Je regarde à gauche, puis à droite. Personne. Et s’il était mort ? Et si c’était un SDF qui allait me faire la peau lorsque je l’aurais réveillé ? Je devrais partir et laisser ce pauvre homme, car je suppose que c’est un homme. Je remarque un bâton sur l’herbe froide que j’utilise pour dégager son visage. En effet, c’est un homme. Un jeune homme même. Ma conscience me glisse sournoisement de l’aider. Devrais-je ? Je tapote timidement l’épaule du jeune garçon : « Hé ! Mon gars ! » Murmurais-je tellement bas que je n’étais même pas sûr qu’il m’ait entendu. Il ne bouge pas. Je gigote, mal à l’aise. Que faire ?

Je m’accroupis, prenant sans doute le risque le plus important de ma vie, et je le tourne sur le dos. Un visage poupin m’apparaît. Il ne doit pas avoir plus de 25 ans et son odeur me signifie qu’il a sans doute un peu trop bu ce soir. Il serait sans doute héroïque de ma part de le réveiller et de lui dire de rentrer chez lui afin d’éviter une pneumonie. Les nuits peuvent êtres fraiches et parfois dangereuses. Je ne peux pas le laisser, là. J’aurais sa mort sur la conscience demain matin en lisant le journal et sa une qui informe la mort d’un jeune homme saoul dans un parc. Je tapote son visage avec ma main : « Hé, réveilles-toi, faut pas rester là ! » mon murmure est un peu plus audible cette fois. Du moins, je crois. Je tapote un peu plus fort, juste pour être sûr.



(c) AMIANTE
Invité
Revenir en haut Aller en bas
Antoine Maquier
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 16/05/2017
Messages : 31
Avatar + © : Dustin Mcneer
Âge : 21 Ans
Métier/Etudes : Mannequin
All of me :

Antoine Maquier

21 ans - Né à Paris - Fils d'un Militaire et d'une Institutrice - Il a un frère aîné de 6 ans de plus - Célibataire - Homosexuel - Il est sourd depuis l'âge de 6 ans - Il sait cependant parler et lire sur les lèvres mais préfère signer quand les gens savent - Il lui arrive souvent de boire - Il est partit un an aux Etats Unis pour travailler mais à du revenir à la mort de son père il y a peu

Family

Blablabla

Love

Dur sujet, tu veux ton nom ici?

Friends

On en a tous, voici les miens...

Foes

Il en faut bien non?
Ven 2 Juin - 12:27
Les nuits Parisiennes


La soirée n'avait pas été des plus tranquilles, et j'avoue qu'elle reste embrumée dans mon esprit. Je suis sortis ce soir pour aller boire un verre. Depuis quelques temps je savais plus où j'en étais dans ma vie. Un instant je vis aux Etats Unis dans un appartement sympa où je vis de mes shooting et d'une petite célébrité grandissante, l'instant d'après je reçois un coup de téléphone de mon frère m'indiquant que je devais venir d'urgence en France après le décès de mon père. Et me voilà de retour en France, de retour dans le pays qui m'a vu naître. Alors certes je ne vis plus chez ma mère mais j'ai quand même l'impression d'être redevenu le petit garçon qui était parti de là en visant les étoiles en débutant sa carrière de mannequin. Heureusement Chelsea m'aide, mon frère aussi parfois. De plus quand je vivais aux Etats Unis j'avais commencé à accepter mon homosexualité alors ici je continue mais ça reste difficile. Ma mère ne le sais pas, et je sais qu'elle ne l'accepterait pas. Pourtant je commence à regarder les hommes qui m'entourent, surtout un. Alejandro, un mannequin qui aura travaillé avec moi dans le sud de la france, je me suis vite très attaché à lui. Je crois même que je suis tombé amoureux. Mais c'est compliqué il ne me donne pas l'impression de s'intéresser à moi. Comme si lutter contre mes propres envies ne suffisait pas. Du coup je sais pas quoi faire, je me sens mal et malheureux. Du coup je suis sortis boire parce que oui j'ai commencé à boire quand ça va mal. Je sais que c'est pas bien mais parfois ça m'arrive. Et vu que j'ai pas l'habitude de boire au moins j'me met très vite à l'envers. Enfin ce soir peut être encore plus vite que prévu.

Après avoir bu pas mal de verres au bar j'avais finis par m'en aller. Et par m'écrouler dans un parc en rentrant chez moi. Complètement ivre mort je m'étais lamentablement endormi à même le sol étalé en boule dans la pelouse, et puis le trou noir. J'émergeais légèrement lorsque quelqu'un me secoua. J'ouvris difficilement les yeux. Un jeune homme brun était penché au dessus de moi et semblait inquiet pour moi. Je n'arrivais pas à lire sur les lèvres alors qu'il semblait me parler. J'avais plus trop les capacités de concentration pour faire ça. Je le regardais agiter ses lèvres sans comprendre ce qu'il disait. Moi même j'étais encore complètement à côté de mes pompes. Je finis par agiter les mains pour signer que j'allais bien. Je cherchais à me redresser mais j'y arrivais difficilement, visiblement encore largement alcoolisé. Je m'accrochais au sol comme pour l'empêcher de tourner. Il fallait que je rentre chez moi, mais je n'arrivais même plus à me souvenir de l'endroit où c'était.


(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 7 mois après la disparition de Lovensky Pierre-Antoine
» Where is Lovinsky Pierre-Antoine?
» Mes jours sont plus sombres que vos nuits [commentaires]
» Est-ce que M.Lovinsky Pierre-Antoine repose-t-il en paix ?
» Signature de contrat - Antoine Vermette

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Les RPs-
Sauter vers: