Tout ça à cause d'un chaton ! Malaki&Hélios

 :: Paris je t'aime :: Quartier Nord-Ouest Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Hélios Grimaldy
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/07/2017
Messages : 22
Pseudo/Prénom : Musette
Multicompte(s) : Non
Avatar + © : Matthew Daddario
Âge : 30 ans
Métier/Etudes : Neurochirurgien
All of me : A un fils de six ans, Abel. C'est l'amour de sa vie, la prunelle de ses yeux. + Est marié mais n'a plus aucun amour pour sa femme, elle le trompe et reste avec lui pour l'argent. + Orphelin à six ans, il a été adopté par son oncle et sa tante. + Il a depuis ce jour, une peur terrible de l'abandon. Sa femme en joue et reste avec lui pour cela. + Neurochirurgien, il adore son boulot et ne le changerait pour rien au monde. + A adopté un petit chaton qui va régulièrement se faire câliner chez le voisin. + Fume peu et porte plusieurs tatouages sur le corps.

Localisation : Chez lui et à l'hôpital aussi.
Humeur : Bonne
Lun 17 Juil - 1:17
Malaki&Hélios

« Tout ça à cause d'un chaton ! »

   
Il est presque 10 heures du matin lorsqu'il ôte ses gants en latex, sa tenue pour opérer ainsi que son bonnet de chirurgien. Aussitôt une aide soignante vient récupérer sa tenue avant de partir s'occuper du patient qui sera transféré en chambre le temps de récupérer. L'opération a commencée la veille et c'est déroulée une bonne partie de la nuit, avec une pause rapide entre temps juste pour permettre aux soignants de boire un verre d'eau. Le patient était dans un état grave, emmené en urgence suite à une tumeur qui ne cessait de grossir, Hélios a bon espoir de penser qu'il s'en sortira et que si son état s'arrange dans les jours à venir, alors sa santé s'en portera de mieux en mieux. Hors si sa journée de boulot se termine pour lui, elle commence pour le reste de la ville et alors qu'il rejoint son bureau, il pense à une future activité avec son fils. Peut-être l’emmener manger quelque part à midi mais dans un endroit calme, Hélios est épuisé et nul doute que ce soir il sera au lit avant 20 heures. Il attrape ses affaires, son sac et quitte l'hôpital alors que cette journée lui est offerte pour qu'il se repose. C'est bien le minimum après plusieurs heures d'opération.

Il conduit doucement, prudent car à un moment donné il pique du nez. Mais heureusement il arrive chez lui et ouvre le portail d'une pression sur le bouton de la télécommande. Il rentre dans son jardin, se gare et enfin pénètre dans sa maison pour retrouver sa femme devant la télé, se faisant les ongles en regardant des pimbêches parler de leurs problèmes de cœur et de fesse. Il lève les yeux au ciel avant d’appeler son fils, étonné de ne pas l'entendre déjà dévaler les escaliers pour lui sauter dans les bras. Dix secondes passent, il monte à l'étage pour chercher Abel mais toutes les pièces sont vides. Légère panique, il fouille cette fois-ci les placards, les lits, sous les lits même et tout endroit où un enfant de six ans peut se cacher. Personne, le désert. Alors il dévale les escaliers, s'approche de sa femme et lui demande si elle a vue le petit. Elle hausse les épaules, elle s'en moque de toute façon. L'angoisse monte d'un cran, il sort de la maison et appelle son fils une fois, deux fois, cherche dans le jardin, dans les buissons, dans le garage. Puis il quitte le jardin et court dans la rue en appelant son fils encore, mais rien, le silence accueille son angoisse qui ne cesse de grimper. Il se met à taper aux portes des voisins, leur demandant encore et encore si ils ont vus son enfant mais tout le monde répond que non. Sauf une petite femme d'une soixantaine d'années qui lui répond qu'elle a vue Abel courir après un chaton, marchant vers une maison à quelques pas de là. Il la remercie et part en courant vers la maison, tapant contre la porte sans attendre. Quelqu'un ouvre, il est déjà tremblant. « Bonjour, excusez moi vous n'auriez pas vu un petit garçon brun avec des yeux verts et une boucle d'oreille à l'oreille droite ? » Mais alors qu'il termine sa phrase une tornade brune arrive vers lui en courant, lançant un Papaaaaaaa!!! tonitruant alors que Hélios le récupère contre lui. Il le serre, si fort comme si il pouvait s'envoler. « Ne me fais plus jamais ça ! Je t'ai déjà dis de ne pas quitter la maison, c'est dangereux Abel ! » Gronde Hélios en regardant son fils alors que ce dernier baisse les yeux, pris en faute. « Mais le chat... » Commence l'enfant alors que son père pousse un râle plein de colère. « Maudis soit ce chat, un jour tu vas te perdre ! » Dit-il encore avant de lever les yeux vers son voisin. « Merci... Excusez moi je n'ai pas pris le temps de me présenter. » Dit-il avant de se relever et de tendre la main vers son voisin. « Hélios Grimaldy, j'espère que Abel n'a pas été trop pénible. » Demande Hélios en jetant un coup d’œil à son fils, qui sourit doucement. Tout est pardonné, comme toujours.

   
© Chieuze

      
Revenir en haut Aller en bas
Malaki Hiroaki
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 16/07/2017
Messages : 11
Pseudo/Prénom : ART'N'STICK || Lucie
Multicompte(s) : pas encore.
Avatar + © : Harry Shum Jr.
Âge : trente-cinq ans.
Métier/Etudes : chorégraphe, possède une petite école de danse.
All of me :
When i was a child, i was a jedi. I wanna dance without you
For once just let me lose myself. So insecure, so uptight. I break my neck, to be polite, I cannot take your whispering.



Lun 17 Juil - 18:20

Tout avait commencé lorsque soudainement t'as eut un gamin dans ton jardin. Pas plus de sept ans et un visage d'ange qui semblait vouloir amadouer le petit chat qui a la fâcheuse tendance de squatter ta maison depuis une semaine - quelque chose comme ça. Alors t'es sorti, le gamin réclamant l'attention du félin qui préféra courir dans ta cuisine pour retrouver un bol de lait. Le gamin qui te regarde en t'accusant de voler Biscotte ! - t'es assez sceptique avant de le voir qui part à la suite de l'animal, te demandant bien comment ce genre de situation a pu arriver.
« T'habites dans l'coin gamin ? - J'suis pas un gamin, j'ai six ans ! - Et comment tu t'appelles dis moi ? - Abel. Et c'est mon chat. »
Y a pas plus que cela que tu peux tirer d'Abel alors tu reste à le regarder qui prend le chat pour le mettre sur ses genoux, et le caresser. Tu savais pas que l'animal était à quelqu'un, tu l'as appelé Pikachu y a un moment parce que tu le trouvais toujours près de chez toi. T'es déçu tu l'avoue.
« C'est où chez toi ? Tu as le numéro de tes parents peut être ? » tout ce qu'il dit c'est qu'il ne sait pas alors tu te décide à attendre. C'est encore tôt, pas encore midi, et t'as pas de cours à donner dans ton école avant 16 heures ce soir. Alors tu proposes de mettre la Wii en marche, et laisse Abel jouer à Just Dance le temps de trouver quoi en faire - appeler les flics ca semble pas la meilleure des idées étrangement.

Tes pensés sont arrêtées quand la sonnerie de la maison retentit, et tu vas ouvrir dans ton jogging Adidas, tes chaussures violettes, et ton débardeur flashy que tu mets pour aller danser au studio. Et là devant toi c'est le paradis qui s'ouvre - plus grand que toi, avec un air éméché qui te donne envie de mettre tes doigts dans ses cheveux de geai, un regard brillant de malice, et un corps de dieu grec (tu le devine par tes fantasmes soudains). Quand tu te rends compte qu'il te parle, tu ouvres la bouche comme un poisson.
« Pardon ? » C'est Abel qui t'arrête pour s'élancer dans les bras du bellâtre, et tu réagis enfin. Son père . Ca te brise le coeur - un mec qui a un gamin c'est souvent qu'il l'a pas fait tout seul. Et au vue de leurs ressemblances il y a peu de chance qu'il soit adopté. Ca gueule hétéro de tous les côtés, mais t'as déjà le coeur à l'envers. Le coup de foudre à sens unique - enfoiré de Cupidon.
« Merci... de quoi ? Excusez moi je n'ai pas pris le temps de me présenter. » Il te tend une main que tu saisis avec puissance mais tendresse tout à la fois, te rapprochant de lui par la même occasion sans quitter son regard. « Hélios Grimaldy, j'espère que Abel n'a pas été trop pénible. » Tu secoue la tête et souriant doucement tu penche la tête de côté en tapotant sur la tête du gamin à vos côtés. « Au contraire, il est vraiment adorable. Il jouait à Just Dance avec Pikachu, alors en attendant qu'il termine sa partie je peux t'offrir un café ? » Propose-tu avec un sourire avenant - tu peux pas l'empêcher devant un mec aussi craquant. « Malaki, c'est un plaisir de te rencontrer Abel. Je peux te tutoyer ? Nous sommes voisins après tout, autant oublié les formalités. » Dis-tu en espérant qu'il acceptera facilement l'idée. Toi ca te fait déjà des papillons dans le ventre rien que d'y penser. Tu reprends ta main finalement pour te décaler de la porte et lui laisser le passage.
« Je vous en pries messieurs, entrez. Faites comme chez vous. Je vous offre à boire ou à manger ? Ou les deux après tout. »
Revenir en haut Aller en bas
Hélios Grimaldy
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/07/2017
Messages : 22
Pseudo/Prénom : Musette
Multicompte(s) : Non
Avatar + © : Matthew Daddario
Âge : 30 ans
Métier/Etudes : Neurochirurgien
All of me : A un fils de six ans, Abel. C'est l'amour de sa vie, la prunelle de ses yeux. + Est marié mais n'a plus aucun amour pour sa femme, elle le trompe et reste avec lui pour l'argent. + Orphelin à six ans, il a été adopté par son oncle et sa tante. + Il a depuis ce jour, une peur terrible de l'abandon. Sa femme en joue et reste avec lui pour cela. + Neurochirurgien, il adore son boulot et ne le changerait pour rien au monde. + A adopté un petit chaton qui va régulièrement se faire câliner chez le voisin. + Fume peu et porte plusieurs tatouages sur le corps.

Localisation : Chez lui et à l'hôpital aussi.
Humeur : Bonne
Lun 17 Juil - 19:12
Malaki&Hélios

« Tout ça à cause d'un chaton ! »

   
C'est cette angoisse qui l'prend, cette peur terrible et soudaine de se dire qu'un jour quelque chose de grave arrivera à son fils et que sa femme ne s'en rendra même pas compte. Sa femme, on ne peut même pas l’appeler son épouse car elle n'est pas digne de porter ce qualificatif. Elle passe son temps entre le shopping, son petit boulot de secrétaire dans une grande entreprise et surtout, ses ongles et ses émissions débiles qu'elle regarde à longueur de journée. Oubliant même de surveiller et de fermer le portail de leur maison, pour que leur fils ne parte pas. La route passe non loin et même si il sait qu'ils sont dans des résidences et que Abel ne devrait pas se faire renverser, on est jamais à l'abri qu'un fou furieux embarque son fils pour lui faire subir le pire. Alors Hélios angoisse et lorsqu'il tient son enfant fort contre lui, il ne peut s'empêcher de le serrer jusqu'à entendre son fils pousser un petit râle en essayant de se dégager. Si petit, pas encore conscient du danger autour de lui. Enfin il en a oublié sa politesse alors il lève les yeux et remercie son voisin, un charmant jeune homme asiatique au regard envoûtant. Hélios reprend ses esprits et reste un instant sans bouger, devant cet inconnu. Avant de lui sourire, doucement, comme fasciné et hypnotisé par le mélange de couleur, de paillettes, de maquillage qui pourtant ne le rend pas ridicule bien au contraire. « Au contraire, il est vraiment adorable. Il jouait à Just Dance avec Pikachu, alors en attendant qu'il termine sa partie je peux t'offrir un café ? » Qu'il lui dit en gratifiant son fils d'une grattouille dans les cheveux. Hélios sourit et hoche la tête aussitôt. « Quelque chose de fort et de serré si possible. » Dit-il avant de serrer la main de l'autre homme, remarquant une poigne ferme mais tendre. « Malaki, c'est un plaisir de te rencontrer Hélios. Je peux te tutoyer ? Nous sommes voisins après tout, autant oublié les formalités. » « Oui bien-sûr ! Alors comme ça tu as appelé cette chose poilue Pikachu ? Chez nous il répond à Biscotte... Enfin quand il daigne répondre. » Dit-il en jetant un regard noir vers le chat, qui lui répond d'un léger feulement tout sauf agréable. Saloperie de chat.

Malaki se décale et aussitôt Hélios rentre avec son fils avant de suivre le propriétaire des lieux jusqu'à la cuisine, regardant tout autours de lui la décoration variée, témoignant d'un amour certain pour les voyages et les souvenirs. Mais aussi la danse, si il se laisse guider par les livres portant sur cette profession qui s'entassent dans une bibliothèque. « Je vous en pries messieurs, entrez. Faites comme chez vous. Je vous offre à boire ou à manger ? Ou les deux après tout. » Il se tourne vers son fils qui demande un jus d'orange. « Un café sera très bien pour moi merci ! Et un jus de fruits pour Abel si possible. » Dit-il en le remerciant d'un sourire alors que Abel repart courir après le chat, l'attrapant et se posant sur le sol pour venir le caresser encore et encore. Hélios prend place sur une chaise en regardant son fils, sentant les restes de son angoisse s'envoler doucement quand il regarde son enfant jouer avec le chaton qui s'amuse à lui mordiller les doigts. « On a trouvé ce chat il y a un mois environs dans notre jardin. On a du le nourrir au biberon pour qu'il survive et depuis une semaine j'ai remarqué qu'il quittait souvent la maison. Je pense que c'était pour venir chez toi n'est-ce pas ? » Demande Hélios en tournant son visage vers son voisin. « C'est pas bien grave, on peut se partager un chaton après tout. J'espère que Abel n'a pas été trop intrusif ? Il a tendance à faire comme chez lui lorsqu'il se sent bien quelque part. »

   
© Chieuze

      
Revenir en haut Aller en bas
Malaki Hiroaki
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 16/07/2017
Messages : 11
Pseudo/Prénom : ART'N'STICK || Lucie
Multicompte(s) : pas encore.
Avatar + © : Harry Shum Jr.
Âge : trente-cinq ans.
Métier/Etudes : chorégraphe, possède une petite école de danse.
All of me :
When i was a child, i was a jedi. I wanna dance without you
For once just let me lose myself. So insecure, so uptight. I break my neck, to be polite, I cannot take your whispering.



Mar 18 Juil - 20:34

« Quelque chose de fort et de serré si possible. » Dés qu'ca passe la barrière dde sa bouche, tu peux plus penser à autre chose qu'à des idées de détraqués. Serré et fort - t'es totalement prét à lui servire quelque chose de ce genre, qui serait pas un café que tu fais avec ta machine à expresso. Mais c'est sans doute malvenu de proposer à ton voisin de renvoyer son fils - ou de le mettre devant la télévision - pour lui montrer ta chambre et combien tu peux aimé les choses serrées toi aussi. Alors tu ravales juste les images que ca t'mets dans la tête avec trop de facilités, et tu opines en le faisant entrer chez toi. Il regarde partout - y a des livres de ton colocataire qui cherche l'inspiration pour son futur roman - ou pour les cours qu'il donne à la Sorbone en attendant d'être connu. Ou encore les diplomes de ta médecin de meilleure amie qui se trouve toujours en garde pour pas avoir de vie hors de ses patients. Ou alors tes propres trophées de danse que t'as jamais eut à coeur de virer parce que t'es pas capable d'oublier ton passé. Mais tu fais pas de remarque - parce qu'il en fait pas non plus - sur la décoration et parle plutôt du chat et de ton visiteur. « Oui bien-sûr ! Alors comme ça tu as appelé cette chose poilue Pikachu ? Chez nous il répond à Biscotte... Enfin quand il daigne répondre. » « Biscotte c'est tout aussi mignon. Peut être qu'il répond pas parce qu'il sait plus comment se faire nommer aussi. » Que tu propose plutôt avec un sourire en coin, avant de les faire venir vers la cuisine - bien qu'Abel préfère courir ailleurs avec son ami poilu.

« Un café sera très bien pour moi merci ! Et un jus de fruits pour Abel si possible. » La commande est passée et tu t'penches vers le gamin en lui souriant. « J'ai du jus d'orange maison qu'ma colocataire fait tous les matins. Ou alors j'ai du smoothie que j'ai fait hier, mais je sais pas trop ce que ca a donné, et j'ai besoin de l'avis d'un chef. » Propose-tu en offrant un clin d'oeil à l'enfant qui - se sentant charger d'une dure mission - accepte de tester ta création. C'est comme ca que tu te retrouves à lui proposer le breuvage d'orange - pêche - pomme - banane - et que tu mets ta machine à café en route, y mettant un capsule et deux tasses pour les adultes. « On a trouvé ce chat il y a un mois environs dans notre jardin. On a du le nourrir au biberon pour qu'il survive et depuis une semaine j'ai remarqué qu'il quittait souvent la maison. Je pense que c'était pour venir chez toi n'est-ce pas ? » Tu te rends compte alors qu'à nouveau il y a plus que vous deux, mais ca te convient assez. Tu lui fais signe de s'assoir, et tu perds pas de temps à lui apporter de quoi boire, avec un gateau marbré qui se trouvait protéger dans le four depuis le matin assez tôt - t'aime cuisiner quand tu sais pas quoi faire pour tes cours de danse. « J'ignorais qu'il était à quelqu'un. Je l'ai trouvé il y a une semaine qui trainait dans le jardin. »  t'explique avec un sourire en coin presque prêt à t'excuser pour avoir pris le chaton en affection.

« C'est pas bien grave, on peut se partager un chaton après tout. J'espère que Abel n'a pas été trop intrusif ? Il a tendance à faire comme chez lui lorsqu'il se sent bien quelque part. » Tu lâches un rire - en vrai les gamins t'adorent ca depuis que t'as passé ton BAFA à la fin de tes études pour te payer un voyage autour du monde. T'as jamais arrêté de vouloir animer, et après ton accident tu l'as fait plus d'une fois en été pour passer le temps. Alors un jeune homme de sept ans c'est tout ce qu'il te faut pour faire ton bonheur. « Intrusif il l'a été mais c'est loin d'être un problème. Ici c'un quartier tranquille - heureusement - tant qu'il va pas au 47, en bas de la rue. Le type qui y vit est loin d'aimer les enfants. Ou quoi que ce soit d'autre que lui-même. » Dis-tu avec un air conspirateur qu'on les voisins qui connaissent leur quartier depuis longtemps. C'est que vous êtes du genre tous les trois à faire beaucoup de soirées - avec des colocataires - et ca aide à se faire aimer - ou détester - du voisinage. « Et il peut bien revenir quand il veut. Ca fait longtemps que j'ai pas vu un gamin aussi petit - j'les aime bien à cet âge. Et ... Et l'invitation vaut pour toi aussi. On s'est jamais croisé, c'est assez étonnant. J'vis là depuis quelques temps pourtant, et un si beau visage je l'aurai pas oublié. » Tu t'empêche pas de glisser le compliment cette fois avec un sourire gravé sur la tronche.
Revenir en haut Aller en bas
Hélios Grimaldy
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 15/07/2017
Messages : 22
Pseudo/Prénom : Musette
Multicompte(s) : Non
Avatar + © : Matthew Daddario
Âge : 30 ans
Métier/Etudes : Neurochirurgien
All of me : A un fils de six ans, Abel. C'est l'amour de sa vie, la prunelle de ses yeux. + Est marié mais n'a plus aucun amour pour sa femme, elle le trompe et reste avec lui pour l'argent. + Orphelin à six ans, il a été adopté par son oncle et sa tante. + Il a depuis ce jour, une peur terrible de l'abandon. Sa femme en joue et reste avec lui pour cela. + Neurochirurgien, il adore son boulot et ne le changerait pour rien au monde. + A adopté un petit chaton qui va régulièrement se faire câliner chez le voisin. + Fume peu et porte plusieurs tatouages sur le corps.

Localisation : Chez lui et à l'hôpital aussi.
Humeur : Bonne
Jeu 20 Juil - 16:21
Malaki&Hélios

« Tout ça à cause d'un chaton ! »

   
« Biscotte c'est tout aussi mignon. Peut être qu'il répond pas parce qu'il sait plus comment se faire nommer aussi. » Il sourit doucement et hoche la tête. Faut dire que c'est pas le chat le plus intelligent qu'il a croisé, pour preuve il passe son temps à courir après sa queue et à gémir de douleur lorsqu'il l'attrape et la mord violemment. Sans comprendre d'ailleurs, que dés qu'il recommence il se blesse à nouveau. Un cercle vicieux qui dénote avec la soit disant intelligence légendaire des félins mais qui semble absente chez ce chaton. Mais il est mignon, ça sauve un peu l'honneur alors qu'il semble être une véritable machine à câlins, papouilles et ronrons en tout genre. C'est mignon, il dort souvent avec Abel d'ailleurs et les rares fois où il ne traîne pas dans le lit de son fils, il reste dans la cuisine pour dévorer ses croquettes. Un véritable gouffre à bouffe ce truc. « Gardons Pikachu, ça va bien à sa frimousse. » Dit-il en regardant le chaton qui a les poils ébouriffés et une oreille qui part toujours sur le côté, reste d'un mauvais début de vie où son oreille a été cassée. « J'ai du jus d'orange maison qu'ma colocataire fait tous les matins. Ou alors j'ai du smoothie que j'ai fait hier, mais je sais pas trop ce que ca a donné, et j'ai besoin de l'avis d'un chef. »  Dit Malaki à Abel qui accepte aussitôt de servir de cobaye pour cette nouvelle boisson. Hélios se met à rire doucement, surpris car habituellement son fils n'est pas téméraire et n'aime pas goûter des nouvelles choses, comme si on allait l’empoisonner. Malaki leur apporte tout ça et Abel revient quelques secondes pour prendre une gorgée de smoothie et une part de gâteau, qu'il vole à Hélios avec un sourire d'excuse. Ce dernier lève les yeux au ciel et commence à trier le gâteau, séparant les parties avec et sans chocolat. Ces dernières seront pour lui, il laissera à son fils les morceaux avec le chocolat car c'est ce que Abel préfère de toute façon.

« Merci pour le gâteau. Il est très bon ! » Dit-il en prenant une part avant de mélanger dans son café, deux morceaux de sucres pour adoucir le breuvage. « Intrusif il l'a été mais c'est loin d'être un problème. Ici c'un quartier tranquille - heureusement - tant qu'il va pas au 47, en bas de la rue. Le type qui y vit est loin d'aimer les enfants. Ou quoi que ce soit d'autre que lui-même. » Il note tout cela dans son esprit et comprend qu'il devra éviter de laisser Abel traîner vers là, il ne veut aucun problème. « J'avoue que je ne connais pas grand monde... Je travaille beaucoup et je n'ai pas le temps de me mêler aux fêtes de quartier. » Dit-il avec un sourire d'excuse, comprenant qu'il manque pas mal de chose et que ce serait bien qu'il lève un peu le pied sur sa carrière. Même si il adore ça, son fils a besoin de lui et il doit le surveiller afin qu'un épisode comme aujourd'hui ne se reproduise pas. « Et il peut bien revenir quand il veut. Ca fait longtemps que j'ai pas vu un gamin aussi petit - j'les aime bien à cet âge. Et ... Et l'invitation vaut pour toi aussi. On s'est jamais croisé, c'est assez étonnant. J'vis là depuis quelques temps pourtant, et un si beau visage je l'aurai pas oublié. » Il se sent rougir aussitôt et prend une gorgée de café pour masquer son malaise, son trouble alors que son cœur bat plus vite sous le regard lourd de sens de Malaki. « Tu travailles avec des enfants ? » Demande Hélios doucement alors que ses joues peinent à retrouver leur couleur normale et qu'il jette un coup d’œil à son fils non loin de là, qui a repris sa partie de Just Danse. Et c'est qu'il danse bien en plus ! « Nul doute qu'il reviendra. Il a ses têtes et il change rarement d'horizon... Merci pour l'invitation. » Ajoute Hélios avec un sourire, sentant ses joues se colorer encore une fois sous le regard du bel Asiatique.

   
© Chieuze

      
Revenir en haut Aller en bas
Malaki Hiroaki
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 16/07/2017
Messages : 11
Pseudo/Prénom : ART'N'STICK || Lucie
Multicompte(s) : pas encore.
Avatar + © : Harry Shum Jr.
Âge : trente-cinq ans.
Métier/Etudes : chorégraphe, possède une petite école de danse.
All of me :
When i was a child, i was a jedi. I wanna dance without you
For once just let me lose myself. So insecure, so uptight. I break my neck, to be polite, I cannot take your whispering.



Sam 22 Juil - 15:38

T'aime avoir du monde autour de toi. Tes parents c'était du genre à vouloir toujours le meilleur, le haut du panier - ou ce qu'ils considéraient comme le haut - pour pas se mélanger avec des gens de basse extraction. Ca t'a toujours semblé ridicule, en vrai, d'être ainsi alors que toi ils te contraignaient à t'ouvrir aux autres, à toujours découvrir plus d'choses sur d'autres cultures, ou sur les gens autour de toi. T'es plus ouvert que l'ont été tes parents, et t'aime toujours faire de nouvelles rencontres. Toujours aller vers les autres, et les avoir autour de toi. C'est peut être pour cela que t'ouvre trop facilement ta porte même à de parfaits inconnus. C'est peut être pour cela que t'arrive pas souvent à rester seul - sans doute aussi pour pas avoir de blessures passées te figer sur place de peur de plus pouvoir rien faire de ta vie.
Aujourd'hui t'étais trop seul, avec trop peu de choses à faire - et l'arrivé du fils de son si séduisant voisin c'était tout ce dont tu avais besoin aujourd'hui. Alors quand y a le beau Hélios qui arrive t'es plus qu'heureux de l'inviter à boire quelque chose, riant sur tous les sujets, surtout sur le chat qui l'a attiré ici. « Gardons Pikachu, ça va bien à sa frimousse. »  Tu souris, te tournant vers le félin qui saute autour du garçon bien trop heureux de lui courir après. Tu te dis que peut être tu devrais le leur laisser - même si égoïstement tu voudrais bien un animal à toi. En vrai t'as un colocataire qui est allergique aux poils, et même si ca te fait rire de le voir éternuer tout le temps, c'est pas l'truc le plus gentil de le faire souffrir de la sorte.

Mais pour l'heure tu sers de quoi manger et boire à tes invités, et t'es ravi de voir le gamin qui pprécie le smoothie que t'a fait avant de retourner jouer. « Merci pour le gâteau. Il est très bon ! »  « J'aime cuisiner, dés que j'ai du temps. Ravi qu'il te plaise, j'ai mis du temps à trouver la recette. » Dis-tu avec un sourire qui montre combien t'es fier de toi à ce moment-là, avant de prendre une gorgée de smoothie aussi pour toi, et de te souvenir que - que peut être t'as l'occasion de proposer une sortie à ton voisin. « J'pars en forêt ce week-end pour cueillir des prunes. Si tu veux... avec Abel vous pourriez venir ? » propose-tu sans te faire trop d'idées - ou plutôt en t'en faisant clairement trop. T'es stupide, et tu peux pas l'empêcher. Tu veux comme t'assurer que tu le reverras rapidement, et la forêt étant à plus d'une heure et demi de route ca te laisserait l'occasion d'en apprendre plus sur lui. Non ?
Surtout que t'as pas souvenir de l'avoir déjà vu auparavant, pourtant t'as la prétention de t'être fait connaitre rapidement dans le quartier, et de faire les soirées qui rameutent le plus de monde. Mais pas lui, un visage pareil tu l'aurais pas oublié. « J'avoue que je ne connais pas grand monde... Je travaille beaucoup et je n'ai pas le temps de me mêler aux fêtes de quartier.  »  Oh. Alors c'était cela - un bourreau de travail. Ca expliquait sans doute les cernes violacés qu'il avait sous les yeux - mis qui le rendait pas moins beau - et l'air épuisé qu'il arborait. Tu t'en veux soudainement de l'avoir embarqué avec toi, mais t'as pas résisté. « T'as un boulot prenant ? » Question stupide - et plus qu'évidente, mais t'as pas trouvé plus subtile pour en apprendre plus sur lui sans éveiller de soupçons.

Ou peut être que tu te poses trop de questions, alors que lui il réagit à ton discours sur la présence d'Abel sans chercher à être subtile - l'intrusion c'est un truc de famille peut être. « Tu travailles avec des enfants ? »  Tu souris, et opine. « J'ai travaillé quelques temps en centre aéré et en colonie de vacances. J'ai aussi été dans des clubs de jeune dans des campings, c'genre de choses. Et aujourd'hui j'donne quelque cours de danse à des pré-ado. Mais pas aussi jeunes. Pas encore. » explique-tu sans rien cacher - tu te dévoiles trop facilement, c'est peut être une chose que tu devrais arrêter. Mais quand t'es à l'aise avec les gens ca sort sans que tu puisse les contenir, et les mots dépassent la barrière de tes lèvres sans que tu puisse les retenir. Et apparemment t'es pas le seul à t'attacher trop vite aux gens qui t'touchent au coeur directement. « Nul doute qu'il reviendra. Il a ses têtes et il change rarement d'horizon... Merci pour l'invitation. »  « J'espère que c'est pas une invitation qui se perdra. C'est sincère, j'espère vraiment que tu viendras encore. » Que tu dis en penchant la tête de côté, ayant remarqué la rougeur à ton précédent compliment. Avant de te dire que t'abuse - t'abuse vraiment. Tu souris, et secoue la tête en te concentrant sur le morceau de gâteau que t'as pris pour toi, et que tu touche pas encore. « Pardon, j'suis peut être trop directe. »  Dis-tu avec un sourire en coin - en espérant qu'il te tienne pas rigueur de quoi que ce soit. « J'voudrais pas te mettre mal à l'aise. Parle moi plutôt de toi ? »  Propose-tu en avisant les mains d'Hélios où tu vois pas de bague - ce qui te fait sourire stupidement. Très stupidement.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» A vendre: petit chaton très mignon
» Les aventuriers vont jamais tout droit...
» Chaton Perdu ? [ PV : Petit Hérisson ]
» Le plus féroce de tout les chiens... Mouk!
» La Chasse, tout un art ... [ Braise ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Paris je t'aime :: Quartier Nord-Ouest-
Sauter vers: