You already know that you won ft. Gabriel

 :: Paris je t'aime :: Quartier Sud-Est Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Lorelei Morvan
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 17/09/2017
Messages : 50
Pseudo/Prénom : Hopliness. / Marjo'
Multicompte(s) : Not yet ♥
Avatar + © : JLAW - (c) Lolitaes
Âge : Vingt Sept années de vie.
Métier/Etudes : Infirmière à l'hôpital Saint-Antoine ( 12ème )
Lun 25 Sep - 20:19

   


You already know that you won


Il était tard, bien trop tard pour appeler qui que ce soit afin de passer le temps. Thomas et Léa dormaient sûrement. Une chose était donc certaine, tu ne pouvais te changer les idées même durant tes quinze minutes de pause que les patients t’accordaient. Enfin dix minutes exactement puisque ton biper se mit à sonner. Avec un énorme soupir, tu allas au robinet te laver les mains et te regarder un instant dans le miroir fixé au-dessus. Tu avais encore du mal à t’habituer à ta couleur naturelle. Pendant des années, tu étais restée brune car tu voulais faire comme tout le monde, être à la mode Emo comme ils l’appelaient. Mais depuis ce soir où tu ne savais plus ce qui se trouvait être vrai ou faux, tu avais préféré changer. La décoloration avait pris pas mal de temps mais tu étais fière du résultat tout comme la coupe au carré que tu avais adopté. Pour tout le monde, c’était juste une coupe de rentrée, celle de la fin d’été. En ton for intérieur, tu savais néanmoins que c’était pour te remettre de cette nuit trop alcoolisée où tu avais trompé Thomas. Du moins, c’est ce que tu crois, les spiritueux n’ayant jamais été ton fort. Donc songe ou réalité, tout restait à éclaircir.
D’un pas vif, tu te dirigeas vers l’entrée des Urgences de l’hôpital Saint Antoine où une dizaine de blessés, plus ou moins importants, avaient pris place. « Lorie, on est dans la galère. » Elena, ta collègue, s’approcha rapidement de temps, un nombre incalculable de dossiers dans les mains. « Un car est sorti de route sur l’A4 au niveau de Créteil. Les voyageurs ont été dispatchés entre ici et la Pitié. Sauf que ces cons ont oublié que la plupart des Urgentistes font grèves. J’espère que tun as bu une bonne dose de café. Et pour moi aussi par ailleurs ! » Elle posa sa main sur ton épaule avec un regard compatissant. La nuit ne faisait que de sétendre encore plus dans la noirceur …

Il était près de neuf heures lorsque l’on te secoua énergiquement. Tu repoussas rapidement la main de la personne en grommelant. « Hé debout Dormeuse, y a ton Prince Charmant qui est là. Comme c’est toi qui t’en es occupée la première fois, j’ai parlé en ton nom pour prendre son dossier. » Léa se tenait fraîche à tes côtés. Elle devait te remplacer, ce qu’elle sembla comprendre en voyant ta tête coonfite. « Fais quelques heures sup’, je suis sûre que ça ira ! Sexy brun en vaut la chandelle. » Continua-t-elle avec un clin d’œil. Encore endormie, tu ne pris pas la peine de lui répondre, juste de lui faire un joli doigt d’honneur. Parfois, elle pouvait être crrément exaspérante. Tu te refis rapidement une beauté avant d’hausser les épaules. Après tout, pourquoi faire l’effort de lui plaire, tu es fiancée bon sang ! Tu saisis le dossier dans les mains de Léa et te dirigeas vers la salle où attendait Gabriel. Tu sentais ta pression artérielle taper dans tes oreilles et le rouge commencer à grignoter tes joues. Comment faire pour rester neutre alors que des papillons envahissent ton ventre ? Pour tenter de démêler le vrai du faux quant à leur dernière nuit ensemble ? Mais surtout, comment faire pour ne pas l’aimer … « Monsieur Dumas, quel plaisir de vous revoir ! » Lances-tu en ouvrant la porte, les yeux fixés sur les feuilles pour ne pas avoir à croiser son regard.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 576
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Mar 26 Sep - 19:09
Il n'a pas réussi à gérer la crise. Pas cette fois. Pourtant, il a fait son possible. Luttant une bonne partie de la nuit contre la douleur et surtout contre ces putains de tremblement. Prenant sur lui pour ne pas se rendre aux urgences. Mais voilà, maintenant qu'on est le matin, il n'a pas d'autre choix s'il veut pouvoir aller travailler aujourd'hui. Alors, c'est presque à contre cœur que Gabriel décide d'aller à l’hôpital. Il n'aime pas ça le brun. Non pas que les hôpitaux lui fassent peur ou un truc du genre comme la plupart des gens. C'est surtout qu'il trouve son 'problème' bien dérisoire par rapport à certains. Alors voilà, prendre la place de quelqu'un aux urgences, quelqu'un qui en aurait assurément plus besoin que lui, ça le fait grandement chier. Mais il n'a pas le choix aujourd'hui. Pas cette fois.

Impossible pour lui d'y aller en voiture. Pas dans cet état. Il risquerait l'accident à tous les coups. Alors, le mécanicien y va à pied. Ce n'est pas la porte à côté, mais il préfère ça plutôt que de prendre le bus et qu'on le regarde comme une bête de foire, à ce demander s'il n'est pas drogué ou quelque chose du genre. Car c'est la première chose qui vient à l'esprit des gens quand ça arrive. Et de ce fait, tout le monde le fuit, de peur que le 'drogué' ne s'en prenne à eux... Alors oui, marcher malgré la fraîcheur du jour est cent fois mieux que de subir ça.

Aux urgences, Gabriel est rapidement pris en charge, amené dans une salle libre où le médecin, qui s'est occupé de lui lors de son accident il y a maintenant de nombreux mois, décide de lui donner sans attendre des bêtabloquants. Et au bout de longues, très longues minutes, enfin les tremblements de Gabriel se calment. Mais le médecin veut faire un check-up complet, faisant la moral au mécanicien quant au fait qu'il ne veut pas de traitement. Mais Gabriel n'écoute pas. Car c'est toujours le même discours...

Seul, le brun finit par soupirer de soulagement. Mais il aurait préféré pouvoir retourner au garage et non pas rester ici pour on ne sait combien de temps. Calant sa tête, Gabriel finit par fermer les yeux.... et se demander si Lorelei travaille aujourd'hui. Et surtout, s'il a une chance, même infime, de croiser son chemin... Et à croire que le destin a décidé de s'en mêler – dans le bon sens du terme cette fois – Voilà que la tornade blonde débarque sans prévenir. Gabriel rouvre instantanément les yeux et se redresse de part la surprise. « Oh » qu'il lance sans vraiment s'en rendre compte. « Salut » qu'il répond finalement à la belle blonde alors qu'il se reprend. Belle blonde qui semble tout faire pour ne pas le regarder. Chose qui n'a pas échappé au mécanicien puisque de son côté, il ne se prive pas pour la fixer. Mais Lorelei ne relève pas la tête de ses feuilles... « J'pensais pas tomber sur toi » qu'il avoue finalement, alors qu'au fond, il a presque émis des prières silencieuses pour que ce soit le cas. « Tu vas bien ? » qu'il demande, alors qu'il ne cesse de la fixer. S'il s'écoutait, Gabriel se lèverait et ne perdrait pas une seconde pour prendre Lorelei dans ses bras et l'embrasser... Mais à la place, il reste assis sur son espèce de brancard, attendant les directives de l'infirmière...

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Lorelei Morvan
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 17/09/2017
Messages : 50
Pseudo/Prénom : Hopliness. / Marjo'
Multicompte(s) : Not yet ♥
Avatar + © : JLAW - (c) Lolitaes
Âge : Vingt Sept années de vie.
Métier/Etudes : Infirmière à l'hôpital Saint-Antoine ( 12ème )
Jeu 28 Sep - 13:36




You already know that you won
Tu n’avais pas envie de le revoir, pas de sitôt. Pendant quelques instants, tu es resté la main suspendue au dessus de la poignée de la porte, hésitant à l’appuyer. Tu avais peur de croiser son regard, de toucher sa peau qui t’a tellement envoûtée et de sentir son odeur. Laquelle tu ne pourrais plus t’en détacher jusqu’au soir. Pourtant, tu le devais, c’était ton devoir d’infirmière. Tu mis un faux sourire sur ton visage crispé et entra, déterminée à ne pas le regarder dans les premières minutes. Il te parle et tu sers fortement les mâchoires. Il te tutoie, tu vouvoie. Mettre de la distance. Tout faire pour reprendre le contrôle. Ta main tremble, tes feuilles aussi et tu n’arrives à lire aucun mot inscrit dessus. « Je vais bien, merci. » Tu finis par redresser les yeux et le détailler longuement. Tu sens la chair de poule envahir tes bras et un frisson courir le long de ta colonne vertébrale. Tu fais un effort et étire doucement tes lèvres. « Vous êtes venus pour une crise, c’est bien ça ? » Tu sais tout de lui. Son adresse, son groupe sanguin, sa taille. Mais au fond, t’aimerais qu’il demeure un inconnu à tes yeux. « Je vais devoir refaire quelques contrôles. » T’essaies de rester stoïque, de ne pas impliquer ton cœur dans cette affaire bien qu’il soit déjà trop tard. « Tendez votre bras s’il vous plaît. » Lui ordonnes-tu en saisissant le tensiomètre posé non loin. Quand il a obtempêré, tu le lui enroules autour du biceps en tâchant de ne rien dire bien que tu ne peux t’empêcher, involontairement, de laisser ton pouce erer sur sa peau. Tu fermes les paupières brièvement, te rappelant cette nuit. Sa bouche sur la tienne, vos peaux se caressant mutuellement et cette union parfaite. Tu te mords la lèvre inférieure et détaches rapidement le bandeau, reprenant tes distances. Tu as chaud tout d’un coup. Tu remets une mèche imaginaire en place puir finalement lui tourner le dos. « Tout est en ordre Monsieur Dumas. Je vais pouvoir vous laisser repartir. Prenez bien votre traitement et l’on vous contactera si l’on trouve une solution plus adaptée à votre cas. » Tu ne lui refaits pas face. Tu as trop peur de ta réaction. Tu préfères observer le mur blanc et attendre ta délivrance. Trop de choses pèsent sur tes épaules dans cette pièce bien que tu sais que personne ne viendra vous déranger. Chacun son patient, chacun ses règles. « En vous souhaitant une bonne journée. » Tu te diriges vers la porte, toujours sans aucun regard échangé. Et pourtant, tu pries pour sentir sa bouche dans ta nuque. Encore.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 576
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Dim 1 Oct - 11:55
Il ne pensait pas la revoir. En tout cas pas ici, et surtout pas comme ça. Gabriel ne lui a jamais parlé de ses problèmes de santé et ne savait pas si elle était au courant ou non. Le fait est qu'il pensait que seul le médecin le savait. Que cette information n'était pas partagée avec le reste du personnel. Surtout que ce n'est pas quelque chose que le mécanicien souhaite crier sur tous les toits. Alors, quand il voit la jolie Lorelei débarquer, Gabriel se fige. Et pourtant, il ne peut détacher son regard de son visage. Contrairement à la belle blonde qui semble tout faire pour éviter de croiser celui du brun. Gabriel arque un sourcil, essaye de décoincer la situation bien qu'il ne comprenne pas sa réaction. Alors, il demande comment elle va. Elle, qui a hanté ses jours et ses nuits depuis ces derniers jours. Elle, qu'il n'arrive pas faire partir de sa tête depuis qu'ils.... enfin bref.

Et finalement, Lorelei lève les yeux vers lui. Et pourtant, elle garde tout son sérieux, reste très... professionnel. Comme s'il était un patient lambda. Alors, c'est ça ? C'est ce qu'il est finalement ? Gabriel hoche la tête en signe de réponse lorsqu'elle énonce pourquoi il est venu. Et quand il tend son bras pour qu'elle prenne sa tension, Gabriel ne détache toujours pas ses prunelles de la jeune femme. Même alors qu'elle est à quelques centimètres à peine... Tout se passe très vite et Lorelei finit par l'expédier en un clin d'oeil. « Je ne prend pas de traitement » qu'il lance Gabriel d'une voix neutre, toujours en observant les agissements de la blonde qui lui font froncer les sourcils. Monsieur Dumas.... Et alors qu'elle s'apprête à franchir le seuil de la porte... « C'est tout ? Monsieur Dumas... A quoi tu joues Lorelei à me vouvoyer comme ça ? » qu'il demande, alors qu'il se lève doucement pour se diriger vers elle. « C'est quoi cette distance que tu mets là ? » qu'il poursuit alors qu'il s'approche d'elle pour venir se positionner juste derrière et la surplomber de toute sa hauteur. « Si tu ne veux plus qu'on se voit, dis-le clairement plutôt que de faire comme si on ne se connaissait pas » qu'il continue, alors qu'il approche son visage de son oreille gauche.  « Comme s'il ne s'était rien passé entre nous » qu'il lui murmure finalement, le cœur battant un peu plus fort alors que les images de cette nuit lui reviennent en mémoire.

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Lorelei Morvan
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 17/09/2017
Messages : 50
Pseudo/Prénom : Hopliness. / Marjo'
Multicompte(s) : Not yet ♥
Avatar + © : JLAW - (c) Lolitaes
Âge : Vingt Sept années de vie.
Métier/Etudes : Infirmière à l'hôpital Saint-Antoine ( 12ème )
Lun 16 Oct - 17:34




You already know that you won
Tu ne veux pas le regarder et cette pour cette raison que tu lui tournes le dos. Tu as peur de lui, de tes sentiments, de l’adultère. Peur de l’amour. Tu regardes ton timer et fronce les sourcils. Il ne bip pas, ne fait rien. Sa voix caresse ta peau et y laisse la chair de poule. Tu te mords la lèvre inférieure, que ne donnerais-tu pas pour l’embrasser, là, de suite. Mais tu refrènes tes pulsions, il faut qu’il sorte. Tu as fait déjà assez d’erreurs dans ta vie pour ne pas en accumuler d’autres. Tu l’écoutes parler et avales difficilement ta salive. La main que tu as posé sur la poignée se fait mon forte, moins mesurée, elle tremble. Parce que tu te bats avec tes démons. Tu sens son souffle dans ta nuque. « Gabriel, s’il te plaît … » C’est une supplique vaine car tu as déjà rendu les armes. Tu le sais lorsqu’intuitivement, tu verouilles la porte de la chambre. Perdue, tu te retournes vers lui, posant tes paumes sur ses pectoraux. Tu en savoures la dureté. Son odeur vient jusqu’à toi, recouvrant celles de l’hôpital. « Tu vivrais mieux avec un tes médicaments. » Tu plonges des yeux dans les siens. Tu sais qu’il ne s’autorise rien, qu’il cache sa maladie et tu as fait comme si de rien n’était. Comme s’il n’était pas affecté. Pourtant, tu as mal au cœur de savoir que tu ne peux l’aider autrement. Tu remontes une main vers son cou et lui caresse le bas de la mâchoire avec ton pouce. « Pourquoi as-tu jeté ton dévolu sur moi ? » Cela aurait tellement plus simple de ne jamais avoir croisé sa route. De ne pas avoir succombé à son charme. Qu’en dirait Thomas s’il le savait ? Plongerait-il encore plus dans la boisson ? Tu fronces les sourcils et détournes vite le regard. Tu ne devrais pas céder, tu devrais t’éloigner et c’est ce que tu fais en faisant un pas rapide de côté. Je ne peux pas Gabriel, je suis fiancée ! » Tu sens quelques larmes fleurir sous tes paupières. L’eau coule distraitement sur tes joues, tu t’empresses de les essuyer. « Je ne comprends pas ce qu’il se passe … » Tu lui refais face et entoure ton corps de tes bras comme pour te rassurer. « Je ne pensais pas tomber amoureuse de toi … » Tu le dis tout bas. Tu te rends alors compte de ton erreur et espère du plus profond de ton être qu’il n’ait rien entendu. Pourtant, tu pries. Tu implores la personne qui dirige ce monde du haut des Cieux afin que ce soit réciproque. Quelle compléxité dans ce petit corps de femme.
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 576
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Jeu 19 Oct - 18:09
Il n'aime pas cette distance qu'elle instaure entre eux. Cette manière de fait qui le fait se sentir comme un illustre inconnu. Simplement une histoire d'une nuit comme elle en a peut-être souvent. Au final, Gabriel n'en sait rien. Tout ce qu'il sait, c'est que de son côté ce n'est pas le cas, malgré ses tentatives pour se persuader du contraire. Adepte des histoires sans lendemain, c'est pourtant différent avec la blonde qu'il fixe un peu hébété d'une telle attitude envers lui. Peut-être son ego est-il simplement blessé. Ou peut-être qu'il y a plus et qu'enfin il s'en rend compte... Et finalement, il lâche prise. L'interpelle avant qu'elle ne quitte la salle. Impossible de laisser filer une occasion pareille. S'approchant lentement, Gabriel se poste derrière Lorelei et appuie doucement sur la porte pour la refermer, mais aussi pour empêcher la jolie blonde de sortir. La surplombant de toute sa hauteur, la belle est comme prise au piège entre le brun et la porte. Et lentement, il susurre à son oreille. Mais il ne s'attendait pas à ce qu'elle lui parle de son traitement. Pas sur cette intonation. Pris au dépourvu, Gabriel s'éloigne quelque peu, permettant ainsi à la jeune femme de lui faire face. Mais s'il ne s'attendait pas à parler médicament, il s'attendait encore moins à la suite des révélations faites par Lorelei. Sous le choc, Gabriel ne réagit pas tout de suite alors qu'elle s'éloigne subitement de lui. Le fait est qu'il ne sait pas quoi dire. Fiancée... comment devrait-il réagir présentement ? Que doit-il dire ?

L'observant sans un mot, les yeux de Gabriel finissent par se poser au niveau de la main gauche de la blonde. Comment a-t-il pu manquer ça ? Cette bague de fiançailles qui trône fièrement à son annulaire ? Perdu, Gabriel tente de se remémorer les quelques fois où ils ont passé la soirée ensemble, et surtout la nuit... impossible qu'il n'aie pas vu la bague... alors quoi ? « Tu la retirais, c'est ça ? » qu'il demande finalement, faisant un signe de tête en direction de la main de la jeune femme pour faire comprendre de quoi il parle. Au final, c'est l'occasion qu'il attendait depuis qu'il l'a rencontrée. La situation qui lui permet de ne pas s'attacher plus que de raison et de reléguer la belle au rang de simple conquête. Il n'a qu'à tourner les talons, disparaître et l'effacer de sa vie... Si seulement tout ça pouvait être aussi simple... Le truc, c'est que Lorelei a réussi à capturer son cœur, chose qu'aucune femme n'avait réussi jusque maintenant. Et si d'habitude il est plutôt du genre à ne pas prendre ses relations trop à cœur, notamment à cause de sa maladie, avec elle c'est différent. Et ce malgré l'anneau à son doigt... Et plus il observe la belle, plus elle lui paraît aussi désorientée que lui. Et finalement, Gabriel comprend qu'elle n'avait pas prévu tout ça. Qu'elle ne l'avait pas prévu lui, tout comme il n'avait pas prévu l'irruption de la blonde dans sa vie. «  Ce qu'il se passe ? » qu'il commence, alors qu'il s'approche à nouveau lentement d'elle, faisant phi de la bague. « Ce qu'il se passe c'est que tu n'es pas heureuse, sinon t'aurais rien fait » qu'il termine, alors qu'il est à quelques centimètres à peine de la belle blonde, intimement persuadé que c'est une fille bien, avec des principes et pas du tout le genre à coucher avec le premier venu. « Regarde moi » qu'il ajoute d'une voix douce, tout en prenant le menton de Lorelei entre son pouce et son index pour relever son visage vers lui. « Regarde-moi et dis-moi que c'est le bonheur absolu avec ton gars et je m'effacerais. » qu'il poursuit, plongeant ses yeux dans les siens. « Mais si ce n'est pas le cas... » qu'il termine en haussant les épaules, laissant sa phrase en suspend alors qu'il vient placer une mèche rebelle derrière l'oreille de la jeune femme.

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Lorelei Morvan
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 17/09/2017
Messages : 50
Pseudo/Prénom : Hopliness. / Marjo'
Multicompte(s) : Not yet ♥
Avatar + © : JLAW - (c) Lolitaes
Âge : Vingt Sept années de vie.
Métier/Etudes : Infirmière à l'hôpital Saint-Antoine ( 12ème )
Mar 24 Oct - 23:58




You already know that you won
Tu le veux tellement que a te fait mal au ventre. Tu voudrais ressentir une nouvelle fois les effluves de passion, les coups d’électricité dans tes nerfs et découvrir des parties enconre inconnues de ton corps. Sentir son odeur et t’en repraître. T’approprier chaque parcelle de son corps et sentir la chair de poule envahir sa peau lorsque tes doigts y laissent une caresse subtile. Tout a, tu en rêves, tu en redemandes et tu te le refuses. Oui, cette bague absente qui, pourtant, te brule à chaque fois que tu la remets sur ton doigt comme pour t’intiquer qu’elle n’est pas à sa place, que le « oui » autrefois prononcé n’existe plus. Que la boisson est devenue sa femme, sa maîtresse et sa confidente. Que toi, petite fleur, tu n’es là que pour faire joli à son bras lors des mondanités de la Sorbonne. Alors, dans ton travail, tu te permets d’être simplement Mademoiselle Morvan et non pas la future Madame Hemingway. Tu te mords la lèvre et cache ta main droite dans ta blouse comme pour te protéger de ses arguments. Tu ne sais plus comment répondre ni comment agir alors tu le laisses déblatérer et poser ses questions qui n’attendent même pas de réponse. Tout est flou dans ta tête, tout se mélange et tu as parfois peur de finir par exploser. Ce qu’il te demande, tu l’as déjà listé dans ta tête. Les pour et les contre de rester avec Thomas, le bien de la famille ou, du moins, ce qu’il en reste.
Il se rapproche de toi et instinctivement, tu recules. Cependant, le mur s’offre à ton dos et tu n’as pas le choix que de sentir ses doigts s’emparer de ton menton. Tu le regardes mais ta vision se trouble. Tu tentes de tourner tes prunelles ailleurs mais tout te ramènes vers lui. Tu entrouves les lèvres, les caresse de ta langue et te raccroche à Gabriel pour t’empêcher de perdre pieds. « Oui, je suis heureuse. » Les larmes coulent sur tes joues, contredisant ton mensonge comme il se doit. Les sanglots secouent tes épaules et tu te réfugies contre son torse. « Je suis promise à un monstre Gabriel. Il est alcoolique et fêtard. Il me fait peur car il devient violent. Pas contre moi mais combien de vaisselle cassée ai-je retrouvé ? » Tu t’épanches dans les bras de ton Ange. De ta tentation si agréable. Tu relèves le regard, le nez rouge et un pâle sourire vient néanmoins illuminer ton visage. « Tu es celui qui m’a aidée à y voir plus clair. Alors que feras-tu si ce n’est pas le cas … » Tu laisses la phrase en suspent comme lui la fait précédement. Tu ne sais pas ce qu’il va advenir et tu sais que tu t’embarques dans de très gros problèmes. Que tu as longtemps lutté, que tu es tombée pour mieux te relever. Que Thomas n’est pas celui qu’il te faut mais que Gabriel ne l’est pas non plus. Après tout, le Timer a toujours raison non ? Alors pourquoi serais-tu capable de tout abandonner pour ce bel inconnu …
© Frimelda, sur une proposition de © Blork

HJ:
 
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 576
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Mer 8 Nov - 19:49
Fiancée... l'infirmation tourne en boucle dans son esprit. Il devrait laisser tomber. Il devrait tourner les talons et disparaître. La laisser en plan dans cette chambre et ne plus jamais chercher à la revoir. Oui il devrait.... sauf qu'il n'en fait rien. Avec cette fille, c'est différent et il ne saurait trop dire pourquoi. Lui qui ne voulait jamais se poser à cause de sa maladie, voilà qu'il envisage cette option avec cette infirmière. Infirmière qui sait pour ses problèmes de santé, contrairement à toutes ses autres conquêtes avec lesquelles il a tout fait pour cacher cette information pourtant capitale. Alors, Gabriel ne part pas. Il reste là, planté debout, face à elle, comme un con, alors que son regard se pose sur l'anneau si symbolique. Et au bout de longues secondes, le mécanicien finit par s'approcher de Lorelei qui fait un mouvement de recul, jusqu'à ce que son dos rencontre le mur. Gabriel plonge son regard brûlant dans le sien, crevant d'envie de poser ses lèvres sur les siennes. Mais il n'en fait rien. Et Lorelei finit par détourner les yeux. Le brun l'oblige à le regarder de nouveau, prenant délicatement son menton entre ses doigts afin de relever le visage de la belle vers lui.

Et il se lance. Se met à nu comme il ne l'avait encore jamais fait. Par ses mots, il lui montre qu'il tient à elle. Qu'il ne veut pas en rester là et surtout, qu'elle n'est pas juste un énième nom sur une possible liste. Sauf que tout ne dépend que d'elle et si elle est heureuse en couple, Gabriel ne s'imposera pas et disparaîtra de sa vie. Sauf qu’une petite part en lui est persuadé qu’elle n'est pas heureuse, et que c'est même tout le contraire. Sinon pourquoi aurait-elle cédé à la tentation avec lui alors que depuis le début elle refusait même de prendre un café ? Mais il a besoin de l'entendre de sa bouche. De l'entendre haut et fort. Alors, il lui demande. Est-tu heureuse Lorelei ? La belle hésite, et finalement, le couperet tombe. Sauf que ses mots sont en contradiction avec son attitude. Et si Gabriel était sur le point de partir face à cet aveux, les larmes qui perlent sur les joues de la belle le retiennent... Et au bout de longues secondes, Lorelei se jette dans les bras de Gabriel qui reste un instant interdit face aux révélations qu'elle vient de faire, avant de finalement refermer ses bras autour d'elle et la serrer un peu plus fort contre lui alors qu'il serre les mâchoires. « Si ce n'est pas le cas de quoi ? » qu'il demande sur un ton doux qui contraste avec ses traits crispés par la colère, ne comprenant pas vraiment où Lorelei veut en venir, n'ayant pas encore remarqué le timer installé à son poignet... En tout cas son sang boue dans ses veines et il n'a qu'une envie : fracasser la tête de son fiancé... Et finalement, après de longues secondes, ne prêtant même pas attention à son visage bouffi et son nez rougi alors qu'il la trouve toujours aussi magnifique, Gabriel vient prendre le visage de Lorelei en coupe entre ses mains. « J'te ferai jamais de mal tu m'entends ? » qu'il lui murmure, alors que des deux pouces, il essuie ses joues trempées et qu'il vient à nouveau encrer ses yeux dans les siens.

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Lorelei Morvan
« Someone like you ... »
avatar
Date d'inscription : 17/09/2017
Messages : 50
Pseudo/Prénom : Hopliness. / Marjo'
Multicompte(s) : Not yet ♥
Avatar + © : JLAW - (c) Lolitaes
Âge : Vingt Sept années de vie.
Métier/Etudes : Infirmière à l'hôpital Saint-Antoine ( 12ème )
Mer 3 Jan - 15:48
« Si j'aime le chocolat et toi le café, tu partiras ? »Question con. Tu évites, tu joues, tu réfléchis. Tu essaies au maximum de le garder près de toi mais cette relation est loin d’être saine. Elle est même nocive à un stade digne d’Hiroshima. Tout est perdu dans ton petit erveau de blonde, tout se mélange, s’emmêle et ne cesse de te faire poser des questions. Tu as peur. Peur le perdre, terrorisée de le garder dans ta vie. Tant de contradictions pour un si petit être. Son visage est fermé, déformé par la colère. Envers qui ? Tu sens un frisson envahir ton corps. Tu espère que ce n’est pas contre toi, contre vous, contre tout ce qu’il se passe d’immoral. Cela te ferait trop mal. Tu joues avec ton biper que tu finis par éteindre pour ne pas être dérangée. Tu ouvres la bouche pour la refermer par la suite. Tu ne sais plus quoi dire pour dépétrer cette situation.  C’est lui qui va trouver les mots pour te consoler. Tes paupières se ferment lorsque ses pouces effleurent ta peau. Un pauvre sourire illumine alors ton visage. « Ce n’est pas de toi que j’ai peur Gabriel. » Tes poings serrent son tee-shirt, tu te raccroches à ta bouée comme une naufragée en détresse.  « Je ne saurais quoi faire s’il l’apprenait. » Tu soupires et le serre dans tes bras, ta joue reposant sur son torse. Les battements de son cœur si réguliers apaisent tes sanglots et te calment progressivement. « Je n’avais réellement pas prévu cette situation. Si j’avais pu l’éviter … » Cependant, le destin est imprévisible, il ne peut être ré-écrit comme un mauvais livre. Une fois que les rouages sont enclenchés, nul ne peut les arrêter. Tu relèves doucement la tête et détaille les traits si durs et pourtant si hypnotiques de cet Ange tombé du ciel. Cet homme que peu de femmes ont la chance d’approcher comme toi tu le fais. « Il est trop tard malheureusement …" A contre cœur, tu te détaches du bel Apollon pour t’approcher de la fenêtre et regarder au dehors. Les bras croisés sur la poitrine, tu ne sais pas vraiment ce que tu observes. Des personnes se déplacent dans le jardin de l’hôpital mais tu ne saurais distinguer les détails tellement tu es absorbée dans tes pensées. Tu tentes de ne pas penser au futur. Aux erreurs que tu t’apprêtes à comettre. En épousant Thomas. Tu fais tourner la bague autour de ton doigt, anxieuse. Un rêve qui se transforme en cauchemar …
Revenir en haut Aller en bas
Gabriel Dumas
Promises, they are overrated
avatar
Date d'inscription : 19/03/2017
Messages : 576
Multicompte(s) : Elisa Dassault (ft. Emma Watson)
Avatar + © : Vinnie Woolston + @.nyx
Âge : Né le 25 mars 1989. Faites le calcul!
Métier/Etudes : Mécano
All of me :
My lips feel warm to the touch but my words seem so alive. My skin is warm to caress. I'll control and hypnotise


Dim 14 Jan - 16:48
La situation prend une tournure à laquelle il ne s'était pas attendu. Et si l'atmosphère semblait déjà pesante, désormais c'est encore pire. Gabriel vient d'apprendre que la femme qui fait battre son cœur est déjà promise à un autre. Oh bien sûr, il aurait pu s'en douter. Une femme comme elle ne peut être célibataire bien longtemps. Mais il avait osé espérer le contraire, même si lui même s'impose une certaine distance  avec elle. Distance qu'ils ont fini par franchir une seule nuit. La nuit de trop. Car désormais, elle est encore plus présente dans ses pensées et il n'arrive pas l'en déloger. C'est bien pour ça qu'il va à l'encontre de ses principes. Lui, qui s’était juré de ne pas la mêler à sa vie, à sa maladie. De ne rien tenter avec elle. Voilà qu'il affirme le contraire. Affirme qu'il ne s'effacera pas du tableau si elle n'est pas heureuse avec son homme. Et la sentence tombe. Lorelei le regarde droit dans les yeux et lui claque au visage qu'elle est heureuse. Sauf que ses larmes ne trompent pas le brun. Et sous l’insistance dont il fait preuve, elle finit par dévoiler la vérité : son fiancé n'est pas si parfait que ça, c'est même tout le contraire. Une rage sourde prend place et gronde alors que Gabriel contracte les mâchoires. Et finalement, il sert la blonde dans ses bras. L'enveloppe comme un cocon protecteur, pour appuyer ses mots : il ne lui fera jamais de mal. Et il ne comprend pas comment on peut faire ça d'ailleurs.

Gabriel s'éloigne quelque peu. Plonge ses yeux dans ceux de Lorelei alors qu'il prend son visage entre ses mains et essuie des deux pouces ses joues mouillée. La situation n'a ni queue ni tête et les propos de la belle sont incohérents. « Tu racontes n'importe quoi » qu'il lance avec un demi sourire, alors qu'elle parle de café et de chocolat. « Et j'aime pas le café » qu'il ajoute, gardant ses yeux encrés dans les siens, essayant de la rassurer comme il le peut. Mais il ne ment pas présentement. Gabriel ne boit pas de café. Ou alors très rarement.

Quoiqu'il en soit Lorelei annonce ses craintes. Reste vague quant à la situation dans laquelle elle se trouve. Mais Gabriel l'écoute attentivement, la laisse parler sans rien dire. Et finalement, elle s'éloigne, se dirige vers la fenêtre sous le regard interrogateur du mécanicien qui ne bouge pas l’espace d'un instant. Et il se contente de la regarder, alors qu'elle lui tourne le dos. Réfléchit à la situation dans laquelle elle se trouve. Dans laquelle ils se trouvent... Et au bout de longues secondes de silence, il se décide enfin. « Tu sais, j'avais pas prévu tout ça. Nous. J'voulais pas. J'voulais pas que ça arrive. Parce que j'veux pas t'imposer cette maladie de merde. J'veux l'imposer à personne. » qu'il commence d'une voix grave, alors qu'il n'a toujours pas bougé. « Et ça fera que s'empirer avec le temps. J'guérirai pas Lorelei. J'serai un poids de tous les jours. C'est pour ça que j'voulais rien entre nous. » qu'il poursuit annonçant la triste réalité à laquelle il devra faire face, s'approchant lentement d'elle comme s'il avait affaire à un animal sauvage apeuré et prêt à lui échapper. « Sauf que... J'pense à toi tout l'temps depuis l'accident, depuis notre première rencontre. Et encore pire depuis notre dernière nuit. Et j'peux pas te laisser filer. J'suis égoïste,je sais, mais j'peux pas. Encore plus maintenant que je sais que ton fiancé est un putain de connard. » qu'il poursuit, se trouvant désormais à un mètre à peine d'elle, dans son dos. Il attend, un court moment, avant de poser une main sur son épaule et l'obliger à lui faire face, la faisant pivoter vers lui. « Tu m'rends fou. » qu'il termine finalement, plongeant ses yeux dans les siens. Et sans attendre une quelconque réaction de sa part, Gabriel saisit son menton et approche son visage du sien pour venir l'embrasser tendrement.

_________________


Cop radio screaming, noise and tears, dead on the TV and then there's you. It's fucked, it's crazy, I can't concentrate,
I just see your outline...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en hautPage 1 sur 1
Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
All of me :: Paris je t'aime :: Quartier Sud-Est-
Sauter vers: